Disneyphile
Image default
Dossiers

Discoveryland : Génèse, Gloire, et Futur – Partie 1

Le futur. C’était un sujet cher à Walt Disney. De la conquête spatiale, avec Man in Space, un film éducatif présenté en 1955, au projet original d’EPCOT, en passant par le Tomorrowland de Disneyland, Walt a toujours eu à cœur de représenter diverses visions du futur, toujours de manière optimiste. « There’s a great big beautiful tomorrow ! », voilà comment nous pourrions décrire sa manière de penser, et de montrer le futur. Cependant, il y avait un problème, avec toutes ces représentations. Le temps passe, et Demain devient Aujourd’hui ! Bienvenue dans ce dossier sur l’histoire d’un Land à part : Discoveryland.

Walt Moon
Man in Space (1955)

À l’ouverture de Disneyland, en 1955, Walt n’était pas satisfait du résultat de Tomorrowland, et à vrai dire, il ne l’a jamais été pleinement. C’est en 1959 que la zone connaîtra sa première grande réhabilitation, seulement quatre ans après l’ouverture du parc. De nombreuses ont suivi, tentant de suivre l’évolution de la vision du futur, le land devenant dépassé assez rapidement. Le temps fit son œuvre, et Walt Disney s’éteignit en 1966. Cependant, le navire ne fut pas abandonné. Une nouvelle génération d’esprits créatifs était sur le point d’éclore, et allait révolutionner la manière que la firme aux grandes oreilles a de raconter le futur.

Un souffle frais sur WED Enterprises…

En 1979, ouvre à Disneyland une attraction qui restera dans les mémoires : Big Thunder Mountain Railroad. Cette dernière outre le fait qu’elle soit un fleuron technologique, ayant un rendement horaire hors normes, elle représente également un tournant chez WED Enterprises (qui deviendra plus tard Walt Disney Imagineering). En effet, bien que l’attraction soit TRÈS fortement inspirée du travail de Marc Davis sur Western River Expediton, et Thunder Mesa, pour le Magic Kingdom, elle est bel et bien le fruit de Tony Baxter. Contrairement à Marc Davis, Tony Baxter n’a pas eu la chance de travailler avec Walt Disney. Mais c’est, selon lui, cette jeunesse qui contribue à son talent. Contrairement, aux premiers Imagineers, il a grandi avec Disneyland, ce qui lui permet de mieux se projeter en tant que visiteur, là où ses prédécesseurs ont du partir d’une feuille blanche.

BTM
Big Thunder Mountain Railroad (1979)

Discovery Bay : les prémices d’une nouvelle façon de raconter le futur

Big Thunder Mountain Railroad est à l’étude, mais Baxter ne compte pas s’arrêter là. A Disneyland, l’attraction est construite à la place d’une autre, Mine Train Through Nature’s Wonderland, mais n’en occupe qu’une partie. Le jeune prodige souhaiterait également s’occuper de l’aménagement du terrain restant, et continuer de raconter l’histoire de Big Thunder Mountain, et des protagonistes qui parcourent cette mystérieuse montagne. Il imagine donc le concept de Discovery Bay. Fondée par Jason Chandler, un inventeur qui vivait aux alentours de Big Thunder Mountain, et que tout le monde croyait mort dans un tremblement de terre, Discovery Bay devait figurer une cité regroupant nombre d’inventeurs, et d’esprits créatifs fictifs, le tout dans un style assurément victorien, et steampunk.

Disco Bay
Concept art de Discovery Bay (1979)

Si Discovery Bay ne verra Jamais le jour, la faute notamment à un budget inflationniste du chantier d’EPCOT Center, c’est bien ici qu’est née l’âme de Discoveryland. Tony Baxter continuera de briller dans les années 1980, avec l’ouverture de nombreux classiques des parcs Disney, tels que Star Tours, Splash Mountain, ainsi qu’avec Journey Into Imagination, l’un des fleurons d’EPCOT Center à sa grande époque. Mais c’est avec le projet EuroDisney que Baxter va pouvoir montrer l’étendue de sa créativité. S’entourant d’une équipe de créatifs novateurs, il va, à la demande de Michael Eisner, créer le plus beau des Royaumes Enchantés : Notre Parc Disneyland. Et ce dernier n’aura pas de Tomorrowland. En lieu et place, se tiendra Discoveryland

 

En savoir plus :

Pour retrouver la deuxième partie de ce dossier, c’est par ici : Partie 2

Articles en lien

Discoveryland : Génèse, Gloire, et Futur – Partie 3

Martin Bertrand

Magical Pride célèbre la diversité à Disneyland Paris

Florian Mihu

Star Wars Galaxy’s Edge : on connait les dates d’ouverture

Florian Mihu