Disneyphile
Image default
Streaming

Disney+ et les autres plateformes devront financer une partie de la création française

Depuis le début de la crise sanitaire mondiale, les plateformes SVOD ont implanté leur suprématie afin de continuer à divertir les spectateurs privés de cinéma. Mais quand tout cela sera terminé et que la situation sanitaire reviendra à la normale, est-ce que le consommateur lambda voudra continuer à regarder des œuvres dans les médias dits traditionnels ? En attendant, le Ministère de la Culture tente de trouver des solutions afin d’aider au mieux le secteur de la culture qui a été lourdement impacté par la crise actuelle.

Un décret attendu

C’est une mesure longtemps attendue qui devrait bientôt être effective. Les plateformes internationales implantées en France (Disney+, Netflix, Amazon Prime etc.) devront bientôt participer au financement de la création de contenus en France (et en Europe) que ce soit pour le grand ou petit écran. Selon le journal Les Échos, le gouvernement aurait terminé de préparer un décret obligeant les plateformes de SVOD à participer à l’effort culturel hexagonal, participant ainsi à faire rayonner un peu plus “l’exception culturelle française”. Le taux de participation serait évalué autour de 20 % à 25 % du chiffre d’affaires des plateformes réalisé sur le sol français. Ces apports pourraient ainsi être injectés dans l’industrie culturelle, de quoi rapporter la coquette somme de plus de 200 millions d’euros. En contre-partie, cette mesure pourrait permettre aux plateformes de réduire le délai spécifique qui leur est imposé avant de pouvoir mettre en ligne des films sortis au cinéma. Rappelons que cette durée est fixée à 36 mois actuellement et qu’il s’agit d’une exception française contrairement aux autres marchés.

disney plus la reunion mayotte maurice

Des inégalités entre les plateformes et les chaînes de télévision

L’assouplissement du régime de la chronologie des médias ne peut qu’être satisfaisant à condition évidemment que chaque parti joue le jeu efficacement. Dès lors, il faudra que Disney puisse trouver les ressources nécessaires pour participer à cet effort mais semble-t-il, Disney+ et ses concurrents ne seraient pas encore enclin à accepter un tel taux de financement de 20 à 20 %. Récemment, les plateformes avaient fait des contre-propositions au gouvernement français. Aujourd’hui principalement, ce sont les chaînes de télévisions historiques (TF1, France Télévisions, Canal+, M6) qui financent le CNC à hauteur de 16% de leurs chiffres d’affaires, ce qui est un poil inférieur à ce que verseront les plateformes SVOD. Le décret est soumis à la consultation générale jusqu’au 10 novembre.

Copyright © Disneyphile 2020 / Tous droits réservés / Reproduction interdite