Disneyphile
Image default
Dossiers

Le dernier nouvel an de Walt Disney au Tournoi de la parade des roses à Pasadena

En ce 1er janvier de l’année 1966, Walt Disney était très excité de sa journée à venir. Il se préparait en effet pour devenir le Grand Marshal de la 77e édition du Tournoi de la parade des roses dans la ville de Pasadena, en Californie. Au fil des ans, le défilé a accueilli certaines des personnalités les plus éminentes du monde et qui ont toutes accepté le titre de Grand Maréchal (une sorte d’ambassadeur de l’événement). On a pu ainsi voir défiler dans les allées de Pasadena des sommités comme Mary Pickford, Dwight D. Eisenhower, Gregory Peck, Bob Hope, Henry “Hank” Aaron, les astronautes d’Apollo 12, John Wayne, Frank Sinatra, Angela Lansbury (voix originale de Madame Samovar dans La Belle et la Bête) et Shirley Temple.

La parade des roses de Pasadena emmenée par Walt Disney

En 1966, avec l’univers de l’attraction “it’s a small world” comme thème de la parade, qui aurait pu être un meilleur choix que Walter Elias Disney pour occuper le fauteuil de Grand Marshal. Voilà une belle opération de promotion pour le papa de Mickey qui s’apprêtait à révéler aux Visiteurs de son parc Disneyland quelques mois plus tard sa nouvelle attraction honorant tous les enfants du monde entier. “it’s a small world” avait été présentée les deux années précédentes durant l’Exposition Universelle de New York. Quelle merveilleuse idée de souhaiter la belle année à tous son public en leur révélant cette surprise musicale le jour du Nouvel An 1966 !

parade des roses

Walt Disney démarre sa journée du 1er janvier 1966 très tôt – avec un voyage au Wrigley Mansion pour rencontrer la presse et prendre des photos. Au cours des dernières années, la Wrigley Mansion, appartenant  à la ville, avait servi de siège au Tournoi des roses et était également le point central des activités de pré-parade. Éluée Reine de la parade des roses cette année-là, Carole Cota se remémore cette journée : “Dans la Wrigley Mansion, ma Cour royale de princesses des roses et moi étions positionnées dans le salon, devant la cheminée accueillante avec notre Grand Marshal, Walt Disney, prêt à commencer des photos officielles. Nous étions tous arrivés à 3h00 du matin et je plaisantais avec lui après qu’on nous ait servi seulement un peu de jus d’orange pour nous retenir pour la parade des roses de 8 km et deux heures.”

Plusieurs heures après cette séance de photos et de questions et réponses aux journalistes, notre petit comité est sorti à l’extérieur. Chacun a pris sa position respective en attendant le début du défilé. Walt a alors confié à Carole qu’il avait accepté la propositiond’être le Grand Marshal de cette édition, à une seule condition : que ses personnages Disney puissent l’accompagner tout au long de la procession, tout en entourant sa voiture recouverte de roses. Le défilé commence alors après huit heures, un peu plus tôt que prévu initialement. Bien que la foule s’attendait à de la pluie – et s’était habillé en fonction de ce temps – la journée fut froide mais ensoleillée. Walt roule aux côtés de sa création la plus connue, Mickey Mouse, plutôt que de suivre la tradition d’inclure des membres de la famille dans la voiture du Grand Marshal. Ce jour-là, la souris fut jouée par Paul Castle, la personne que Walt croyait le mieux dépeindre Mickey en costume. Ce Cast Member était souvent l’acteur en costume de Mickey qui accompagnait Walt à des événements spéciaux, tels que l’inauguration du stade d’Anaheim. Mais vingt-deux ans plus tard, Paul Castle a avoué que ce 1er de l’an 1966 fut son moment préféré passé avec Walt : “Il était le Grand Marshal de la parade des roses et j’étais dans la voiture avec lui sur la banquette arrière. Juste Walt et moi pendant trois heures. Juste Walt et moi parmi toutes les choses que j’ai faites dans ma vie”.

parade des roses

Ce ne sont pas moins de deux douzaines de personnages Disney, “empruntés” à la division Divertissement de Disneyland, qui défilèrent ce jour-là. Mais à mi-chemin de la route, les personnages furent relayés et remplacés par de nouveaux Cast Members en costume. Il faut dire que le défilé s’étalait sur 8 kilomètres et même en hiver, ce parcours était jugé trop difficile pour les performeurs en costume. Derrière se trouvait également le char de la ville de Burbank intitulé “Our Small World of Make Believe”. La tête de défilé était un hommage réalisé avec soin et rendant hommage au travail de Disney à Burbank, avec les trois thèmes centraux qui font l’identité du studio représentés. La structure du cadre pour le char était un livre ouvert (indiquant l’importance de l’histoire) ; la pièce maîtresse visuelle était une grande clé musicale (indiquant l’importance de la chanson) ; enfin, l’unité s’achevait avec une palette de peintre (indiquant l’importance de l’art). Comme pour la plupart des têtes de cortège, ce char était décoré de plus de 100 000 fleurs, orchidées et chrysanthèmes.

Une journée mémorable pour tous ses participants

“Randy” Richards, président du 77e Tournoi de roses et son comité avaient décidé de proposer à Walt Disney d’être le Grand Marshal de l’édition 1966 de leur événement phare car il incarnait selon eux la bonne volonté et le globalisme que la parade espérait incarner. “Quant on pense à Walt, on pense à un homme dont le nom parle à presque tous les foyers du monde”, avait-t-il déclaré. “Il est sans aucun doute l’homme le plus célèbre et le plus respecté de l’histoire du divertissement.” Le thème du défilé était donc l’attraction “it’s a small world”, l’une des attractions que Disney avait développées pour l’Exposition Universelle de New York, une attraction qui allait bientôt ouvrir (agrandie et améliorée) dans “the Happiest Place on Earth” à Anaheim. Le logo du défilé cette année-là – basé sur les graphismes développés par Disney pour la Foire Internationale – a été créé au sein de la Maison de Mickey et proposé au comité du tournoi, renforçant ainsi le lien visuel entre la marque Disney et le défilé de 1966.

parade des roses

Lorsqu’un journaliste lui a demandé pourquoi il n’avait pas été auparavant Grand Marshal, Walt a répondu: “J’étais toujours occupé et il faut alors rencontrer tant de gens.” Mais dans les semaines précédant le défilé, il avait assumé toutes les responsabilités et rencontré des centaines, voire des milliers de personnes dans son rôle de Grand Marshal : il a assisté au dîner des participants le 2 décembre et au Queen’s Breakfast le 21 décembre, qui se sont tous deux tenus à l’hôtel Huntington de Pasadena. La Reine des roses, les officiels du tournoi et la jeune chambre de commerce de Pasadena avaient été conviés pour une visite privée du studio de Disney et une séance photo le 6 décembre ; et, comme c’était la coutume, l’oncle Walt avait invité les deux équipes de football du match de l’après-midi du 1er janvier 1966 et le comité du Tournoi à un événement spécial à Disneyland.

parade des roses

Avec des milliers de spectateurs – et des millions d’autres qui regardaient le défilé à la télévision – Walt descendit Colorado Boulevard dans une Chrysler décapotable blanche. Avec Mickey assis à côté de lui, il représentait toute l’industrie du divertissement dans l’Ouest de l’Amérique d’alors. Il était également un représentant d’une philosophie toujours plus croissante de l’internationalisme et de l’optimisme d’après-Guerre Froide, une philosophie que Walt a promue dans ses films, séries, émissions et parcs. Cet état d’esprit incarné par Disney vers la fin de sa vie, pourrait se définir comme une sorte de “paix par la compréhension culturelle”.

Se trouvaient également dans d’autres unités du défilé des personnes associées à Disney – mais ne représentant pas officiellement Walt Disney Productions :

  • L’acteur Fess Parker (costume en Davy Crockett) qui était présent en tête de l’unité de la National Rifle Association, intitulée “Land of the Free, Home of the Brave” ;
  • Le présentateur Art Linkletter (l’un des présentateurs de l’émission d’ABC Dateline : Disneyland, pour l’inauguration du parc Disneyland en 1955, et Disney Legend) qui est monté avec ses petits-enfants au sommet du char du Farmers Insurance Group, “Aladdin’s World of Magic”.

Pour la plupart des fans de Disney, l’histoire se termine ici, avec les efforts de Walt en tant que producteur de divertissement familial et ambassadeur de la bonne humeur devant un public admiratif. Mais la journée de Walt ne s’est pas terminée avec le défilé…

parade des roses

Après le défilé matinal, Walt Disney a été conduit au déjeuner du Kiwanis Club au Pasadena Civic Auditorium pour lancer les festivités sportive du Rose Bowl de l’après-midi. Au cours de cet événement, avec les entraîneurs de football et la Reine des Roses, il est brièvement apparu à la télévision locale et s’est joyeusement entretenu avec les journalistes. Ces derniers l’interrogeaient sur son intérêt pour le jeu. Walt a plaisanté, expliquant qu’il était un garçon de la région dans l’âme et donc un fan des Bruins de l’UCLA – Université de California à Los Angeles (qui ont affronté durant l’après-midi les Spartans de l’État du Michigan). Lorsqu’on lui a demandé s’il avait des conseils pour les Bruins, il a répondu simplement “Flubber gas”, une référence au film Disney de 1963 Après Lui, le Déluge, qui offrait une longue séquence comique avec un match de football universitaire. “Ce que vous faites”, gloussa-t-il, “c’est remplir le ballon avec du gaz Flubber, le donner au quart-arrière, puis passer le quart-arrière au lieu du ballon. Ensuite, s’il y a une interception, l’UCLA aurait toujours le ballon.”

La bonne humeur était communicative et a continué quand il abordé son lien avec l’université. Bien qu’il n’ait jamais terminé ses études secondaires, l’UCLA lui avait déjà décerné un doctorat honorifique en beaux-arts. Ou comme l’a dit un journaliste :Disney a parlé d’un diplôme honorifique de l’UCLA ; sa principale raison de tenir les Bruins ‘près de [son] cœur’.” Walt a expliqué qu’il était à l’origine un fan de l’équipe de l’USC (Université de Californie du Sud), il fut président d’une organisation appelée USC Trojaneers. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’étaient les Trojaneers, il a ironisé sèchement : “Il est composé d’hommes qui ne sont pas allés à l’université qui donnent du travail à ceux qui l’ont fait, les athlètes en particulier.” Et cela explique parfaitement la gestion de WED et de Disneyland au milieu des années 1960, en tant qu’organisation qui avait embauché un grand nombre d’anciens footballeurs de l’USC et les avait transformés en managers – dont Dick Nunis, Orlando Ferante, Tommy Walker et le gendre de Walt, Ron Miller.

parade des roses

Une fois l’événement de presse terminé, Walt a continué à regarder le match de football en tant qu’invité spécial dans le stade. La reine de la parade Carole Cota se souvient que “M. Disney s’est assis directement derrière moi sur la ligne des 45 mètres, lors du match du Rose Bowl et encourageait les Bruins de l’UCLA. Le programme (que Walt tient dans un certain nombre de photos) comprend des œuvres d’art produites par le studio : à la fois des couvertures représentant diverses équipes collégiales sous forme de dessin animé et des bandes dessinées internes mettant en vedette des personnages de Disney (tels que Donald Duck) engagés avec humour dans le sport. En fin de compte, l’équipe choisie par Walt, UCLA, a gagné le match. Après celui-ci, Walt est retourné dans une maison temporaire de l’autre côté de la ville. Pendant le Tournoi de la Parade des Roses de 1966, les Disney remodelaient leur maison de Holmby Hills et vivaient ailleurs pendant les rénovations. Ils attendaient également un nouveau petit-enfant, ce qui était l’une des raisons pour lesquelles Lillian a refusé de participer au défilé avec son époux. Mais Walt a donné une réponse plus directe sur la façon dont sa vie publique et privée s’était séparée. Lorsqu’un journaliste a posé des questions à ce sujet, Walt a expliqué que le travail sur sa maison était “très bouleversant. Mais je n’ai rien à dire sur ce projet [maison]. C’est son affaire. Elle n’interfère pas avec la mienne et je fais de même avec elle.”

parade des roses

Et même si Walt ne savait pas encore que le cancer se développait à l’intérieur de ses poumons, il y avait de fortes chances pour que sa tumeur se soit déjà développée à ce moment-là. Sa bonne humeur et son énergie ont prospéré encore durant plusieurs mois.. Au milieu de l’été, il perdit son souffle, clairement malade. Durant l’automne, une partie de son poumon lui serait enlevée. Fin septembre 1966, Walt a publié une déclaration revenant sur son expérience dans le défilé. On peut y lire ceci : “Ce fut un honneur distinct d’avoir été choisi Grand Marshal du 77e Tournoi de la parade des roses. Cette expérience passionnante m’a donné le sentiment d’être entouré d’amis – non seulement ceux de ce pays mais aussi du monde entier.” Mais comme pour de nombreuses déclarations publiques publiées vers la fin de sa vie, celle-ci n’a pas été réellement écrite par Walt lui-même – plutôt par le journaliste en chef du studio, Joe Reddy. Il a été révisé par Walt et signé à la main avec son fameux “ok” en signe d’approbation.

Le 1er janvier 1966 sera le dernier Jour de l’An pour Walt. Une journée qui restera mémorable pour lui et tous les gens qui ont eu la chance d’y assister. Il était le Grand Marshal de la Parade des Roses. Il était honoré sur son propre char pour toute sa carrière et les bonnes ondes positives qu’il a véhiculé à son public. Son image était diffusée sur les télévisions du monde entier. Personne ne réalisait encore que Walt était atteint d’une maladie chronique et que l’année qu’il démarrait avec toute la démesure, l’exubérance mais aussi la poésie qu’on lui connait, allait être la dernière de son existence.

Copyright © Disneyphile 2020 / Tous droits réservés / Reproduction interdite