Disneyphile
Image default

De la poudre de fées pour s’envoler avec Clochette

Walt Disney disait que « le rire n’est pas un ennemi de l’apprentissage ». Dans cette nouvelle rubrique, nous vous proposons d’apprendre en vous amusant. Retrouvez sur Disneyphile la publication régulière d’un cahier d’activité se composant d’un article liant un classique d’animation des studios Walt Disney ou un long-métrage Pixar à une thématique pédagogique. Vous y trouverez un QCM sur le film, de petits exercices ludiques dans l’esprit d’un cahier de vacances et une activité pratique à faire seul ou en famille. Téléchargez tous les documents au format PDF (lien de téléchargement). Le cinquième de cette série associe La Fée Clochette à la thématique des légendes et du mythe.

Clochette, la fée la plus célèbre des studios

La Fée Clochette (Tinker Bell) est le 110e long-métrage d’animation des studios Disney sorti en 2008. Il est réalisé par Bradley Raymond et répond à une durée de 89 minutes. Dérivé de l’univers de Peter Pan en se centrant sur le personnage de Clochette, le film devient une saga nommée Disney Fairies et compte cinq suites s’étalant de 2009 à 2014. Ce premier volet retrace l’arrivée de Clochette dans la Vallée des fées. Associée aux fées bricoleuses, Clochette ne peut, à l’inverse de ses amies fées des eaux, du jardin, des animaux et de la lumière, se rendre dans l’autre monde. Cette déception entraine la jeune fée à tout faire pour changer de destinée, quitte, sans le vouloir à ruiner les préparatifs du printemps. Ce long métrage est une ode à la nature et à la saison du printemps à laquelle il rend hommage. 

fée clochette

Le long métrage d’animation repose sur tout le folklore des fées pour mettre en avant ses protagonistes magiques. Les fées sont par essence associées à la nature et caractérisées par leur pouvoir magique ainsi que leur don de voler. La naissance de la légende des fées remonterait à l’époque médiévale et serait un concept propre à l’Occident. Suivant les cultures, elles adoptent des caractéristiques plus ou moins différentes. 

Une fée britannique aux caractéristiques françaises

L’origine des fées est quelque chose de très discuté et fait l’objet de nombreuses théories. Les fées sont souvent vues comme une survivance des divinités et esprits des croyances païennes. Les auteurs de contes ont eux leur propre interprétation de la naissance des fées qu’ils diffusent au sein de leur écrits. J.M Barrie en 1902 dans Peter Pan explique, dans son chapitre « The Little White Bird », que « lorsque le premier bébé rit pour la première fois, son rire éclata en un million de fragments qui se dispersèrent en tous sens. Ce fut le commencement des fées ». Fidèlement au livre duquel Walt Disney s’inspira pour Peter Pan en 1953, le long métrage La Fée Clochette débute par cette même phrase qui annonce la naissance de la petite fée bricoleuse. 

clochette

La plupart du temps ces petits êtres sont vus comme des êtres anthropomorphes, le plus souvent féminin et dont les pouvoirs interfèrent et influent sur la vie des humains. En France plus particulièrement, Laurence Harf-Lacner, spécialiste de la littérature française du Moyen-Âge, les décrit de cette manière : « femme surnaturelle, habitante d’un Autre Monde qui délaisse son lointain royaume pour s’intéresser de près aux affaires des mortels et diriger leur destinée ». De son côté l’elficologue Pierre Dubois les associe à des marraines, enchanteresses, représentantes des forces de la nature. Il distingue les fées qui annoncent les différentes saisons telles que le printemps ainsi que différentes spécialités et catégories de pouvoirs. Ces définitions de la fée par la littérature française collent en plusieurs points à l’imaginaire développé dans La Fée Clochette. En effet, on retrouve une majorité de fées de sexe féminin pour quelques uns toutefois masculins, elles viennent d’un « autre monde » caractérisé par la Vallée des Fées dans le Pays Imaginaire. Chaque fée est également associée à une saison et se divise dans leur habitat en fonction des climats associés. Enfin, le film d’animation met en avant pour son intrigue cette catégorisation des pouvoirs en dissociant les fées de l’eau, du jardin, de la lumière, des animaux, les bricoleuses et les virevoltantes. 

clochette

En Angleterre, berceau de la fée Clochette, la vision des fées diffère quelque peu. Elle nait et prend toute son ampleur à l’époque Victorienne. Selon la spécialiste et auteure anglaise Katharine Mary Briggs, le mot « fairies » (« fées ») s’associe à toutes les créatures magiques pouvant correspondre au petit peuple, qu’elles soient elfes, fées, lutins, gnomes… Beaucoup de créatures qualifiées de fées dans la culture anglo-saxonne sont également réputées pour leur don de métamorphose. Enfin, la fée est également associée au remplacement des dents par des pièces à l’instar de la petite souris en France. A l’issue de l’approche de ces deux conceptions de l’image de la fée, il semble que les studios Disney se soient davantage penchés sur une représentation cohérente avec la littérature française au détriment d’une vision anglo-saxonne, pourtant pays de naissance de la fée Clochette. 

Attributs physiques et mode de vie 

L’apparence des fées, suivant quelques constantes, a évolué avec le temps. Dans la littérature médiévale française, ce sont des femmes parfaites à l’apparence physique humaine, leurs attributs tels que les ailes et la baguette magique arrivent plus tard. Le dictionnaire Bouillet au XIXe siècle nous apprend qu’elles sont représentées le plus souvent belles, jeunes, avec des habits magnifiques, mais au besoin leur représentation peut également pencher vers la vieille femme, ridée, vêtue de haillon. Enfin ces deux caractéristiques peuvent également se mêler pour une même fée douée de métamorphose et pouvant changer son apparence. C’est quelque chose de par exemple visible dans La Belle et la Bête où la fée qui condamne la Bête lui apparait en premier lieu comme une vieille femme misérable avant de révéler sa plus magnifique apparence. Dans la culture germanique, il est très courant de rencontrer des fées laides, voir monstrueuses, dans la littérature. Les anglo-saxons et leur vision plus large de ce que peut être une fée permettent de développer une imagerie de cet être encore plus large. Ces dernières sont ainsi également associées aux revenants, la banshee est de sorte parfois associée aux fées, parfois aux fantômes. L’écrivains britannique C.S Lewis les perçoit également comme une forme de démon ou d’ange totalement distincte du monde humain. Ces diverses visions de la fée ont ainsi alimenté un imaginaire déjà très flou d’une créature fantastique et mythique à l’époque médiévale. L’image aujourd’hui popularisée de la fée suivant le schéma d’un être petit, ailé et d’apparence mignonne nous vient principalement de la comédie de William Shakespeare, Songe d’une Nuit d’été (1600) qui démocratise à l’époque moderne ces caractéristiques en les inscrivant dans l’imaginaire collectif. 

fées

Lieu et mode de vie

Le mode de vie, les habitudes des fées sont connues depuis les premiers écrits du Moyen Âge et varie en fonction des différents folklores propres à chaque époque. Les fées vivraient généralement dans un monde parallèle à celui des humains. Le plus souvent, elles habitent la nature comme les forêts et les grandes vallées, éventuellement parfois des îles comme la célèbre île d’Avalon associée aux fées de l’univers du roi Arthur. Les fées auraient pour rôle de veiller à la protection de la nature, d’aider cette dernière à croître, de veiller au bien être des animaux qui l’occupent. Cet aspect est complètement mise en avant dans le film d’animation Disney qui dépeint cette petite vie au service de la nature, non pas en revanche pour leur propre monde féérique, mais au service et pour celui des humains dans « l’autre monde ». Dans de nombreux ouvrages de littérature les fées sont également associées à la malice et aux mauvais tours qu’elles pourraient jouer aux humains. La plupart des écrits retracent l’entrée d’humains dans le monde des fées, plus que le voyage des fées en monde humain. Dans le premier cas, cela passe parfois par l’enlèvement des humains directement par les fées ou par les curieux qui découvrent ce monde par hasard ou à la suite d’un voyage voire d’une quête. Dans le monde humain, certains lieux sont associés à la présence de fées comme en Bretagne avec le monument mégalithique La Roche-aux-Fées ou encore les forêts de Brocéliande, Huelgoat, Fouesnant, Dartmoor et Devon. 

fée

L’imagerie de la fée au service de la nature et de la poésie

La Fée Clochette de DisneyToon Studios est ainsi un conte féérique qui reprend les codes plus français de l’imagerie de la fée. Mettant un accent fort sur le rapport à la nature des part ces petites fées qui préparent les saisons, le film d’animation dépeint un cadre naturel splendide dans lequel les petits êtres ailés fourmillent et s’adonnent à leurs activités. Sans grande prétention, le film centrée sur la petite fée de Peter Pan est une réelle bouffée d’air frais, aux notes printanières et à l’histoire enchanteresse. 

© Disneyphile 2021 / Tous droits réservés / Reproduction interdite

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.