Disneyphile
Image default
News

Ron Miller, ancien patron de Disney, est décédé

Ron Miller vient de nous quitter à l’âge de 85 ans, rejoignant ainsi Diane Disney Miller, son épouse, qui a disparu durant l’année 2013. Avec sa mort, c’est tout un pan de l’héritage de The Walt Disney Company qu’il nous lègue. Entré au sein de la maison de Mickey grâce à sa femme, Ron a non seulement exercé des fonctions exécutives importantes dans la société mais a permis également à de nombreux films de voir le jour. Son dernier grand projet de sa vie fut, aux côtés de Diane, de travailler à la création du The Walt Disney Family Museum pour péréniser la mémoire de son beau-père Walt Disney.

Ron Miller, symbole de l’après Walt Disney

Ron est né un 17 avril 1933 à Los Angeles. Ron et Diane se sont rencontrés à l’Université de Californie du Sud et se sont mariés en 1954. On note d’abord une brève carrière dans la National Football League, comme joueur au sein de l’équipe des Rams de Los Angeles. Un premier enfant naît de leur union en décembre 1954, ChristopherMiller revenait en 1984 sur cette partie de sa vie auprès du journaliste Dale Pollock : « Mon beau-père m’a vu jouer dans deux matchs de football quand j’étais avec les Rams de Los Angeles. Dans l’un d’entre eux, j’ai attrapé une passe et Dick ‘Night Train’ Lane m’a laissé le prendre par l’arrière. Son avant-bras a traversé mon nez et m’a assommé. Je me suis réveillé vers le troisième trimestre. À la fin de la saison, Walt est venu me voir et m’a dit : « Tu sais, je ne veux pas être le père de tes enfants. Vous allez mourir là-bas. Pourquoi ne pas venir travailler avec moi ? Je l’ai fait et c’était une sage décision de ma part. » »

Ron Miller Mariage

A ses débuts chez Disney donc, Ron Miller a joué un petit rôle dans la construction de Disneyland, U S. A, comme il l’avait déclaré au journal Nob Hill en 2018 : « J’attendais d’être enrôlé dans l’armée et Walt a dit : « Que vas-tu faire pendant que tu attends d’être recruté ? «  J’ai dit : « J’ai un travail provisoire au volant d’un camion. » Et il a dit : »Eh bien, regarde, j’ai cet endroit à Anaheim que je commence tout juste à construire, et peut-être que tu pourras trouver un petit travail là-bas quelque part jusqu’à ce que tu sois recruté. » « Deux fois par jour, je conduisais de Burbank à Anaheim et déposais les plans. Je les ai vus déplacer les orangers. Je les ai vus développer des Rivers of America sans eau. Je voyais que quelque chose de vraiment excitant arrivait. »

Ron Miller Disneyland

 

Dès l’année 1957, Walt lui permet de mettre un premier pied dans le monde d’Hollywood en rejoignant lae syndicat de la Screen Directors Guild of America. Ses premières missions au sein de Walt Disney Productions restent néanmoins modestes : d’abord nommé second réalisateur assistant dans Fidèle Vagabond (1957), il prend peu à peu du galon, aidant son beau-père lors des tournages de l’émission Walt Disney’s DisneylandL’année suivante, Bill Or, gendre du dirigeant Jack L. Warner de la société Warner Bros., l’appelle pour l’auditionner comme remplaçant de l’acteur Clint Walker sur la série Cheyenne mais Walt intervient et lui demande d’oublier ses rêves d’acteur pour se consacrer à la production.

Ron Miller
Ron Miller

Ron Miller gravit les échelons non sans appréhension à chaque fois et devint producteur de films Disney vers la fin de la vie de Walt et après son décès en 1966. Son crédit en tant que coproducteur figure dans plusieurs films tels que Après Lui, le Déluge (1963), L’Eté Magique (1963), L’Espion aux Pattes de Velour (1965) et Frissons Garantis (1968), premier film où il est pleinement crédité. À partir de 1968, Miller est exerce comme producteur ou producteur exécutif des films Disney des années 1970 et 80, notamment La Montagne Ensorcelée (1975),  Un Vendredi Dingue, Dingue, Dingue (1976), Les Aventures de Bernad et Bianca (1977), Peter et Elliott le Dragon (1977), Le Trou Noir (1979), Tron (1982) et Taram et le Chaudron Magique (1985)… Il est devenu président de Walt Disney Productions en 1980.

Ron Miller Diane Disney

Miller devint Directeur Général de The Walt Disney Company en 1983 et guida l’entreprise au cours d’une période de croissance ambitieuse, notamment le lancement de The Disney Channel en 1983 et la création du studio Touchstone Pictures l’année suivante. Dans une démarche toute aussi innovante comme l’avait son beau-père, Ron Miller aide à financer le jeune Tim Burton dans ses projets expérimentaix (Vincent en 1982 et Frankenweenie en 1984) et participe aussi à planter les fondations de la création de Qui Veut la Peau de Roger Rabbit ?. Le support vidéo se développe aussi sous son ère avec la sortie des premières VHS Walt Disney Home Entertainment : Dumbo inaugure cette collection en 1981. En ce qui concerne les parcs à thème, Miller était un partisan clé du développement du Parc EPCOT Center et était à la tête de la firme lors de l’inauguration de Tokyo Disney Resort. Sous sa direction, Ron Miller est devenu la cible de plusieurs attaques envers l’entreprise et son poste ; il fut aussi souvent moqué comme « l’idiot sportif de la famille Disney », pour avoir été placé à des postes importants n’ayant pas pu être diplômé et n’affichant qu’une carrière de footballeur américain.

Ron Miller Disney

Plusieurs projets critiqués et de nombreuses difficultés de certains départements de Disney poussent les investisseurs à réclamer son éviction. En 1984, Roy E. Disney (neveu de Walt Disney), accompagné des actionnaires Stanley Gold et Sib Bass, le poussent vers la sortie, lui préférant un trio de cadres ne faisant pas partie de Disney, Michael Eisner, Frank Wells et Jeffrey Katzenberg. Après son départ de la société, Ron Miller a ouvert l’écologique Silverado Vineyards Winery à Napa Valley, en Californie, pendant que Diane et lui travaillaient à la création du The Walt Disney Family Museum à San Francisco. Diane Disney Miller est décédée en 2013. Il reprend ainsi la présidence du musée dans la foulée. Le couple a eu sept enfants. Ron Miller a été honoré d’un Emmy Award en 1971 pour l’émission The Wonderful World of Disney ainsi que d’un Annie Award d’honneur en 2015 pour son travail sur le musée dédié à son beau-père, avec sa femme. Ce grand dirigeant était le dernier représentant vivant d’une époque où Disney a su étendre son empire avec cohérence, détermination et passion.

En poursuivant votre navigation sur Disneyphile, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. Je comprends En savoir plus