Disneyphile
Image default

On a testé la nouvelle formule du Silver Spur Steakhouse

Depuis le 30 juillet 2021, le Silver Spur Steakhouse a enfin retrouvé sa carte classique. Avant cela et depuis la réouverture du Parc Disneyland en juin, il ne servait simplement que d’extension au The Lucky Nugget Saloon afin de répondre à la forte demande des visiteurs et parce que d’autres services au comptoir étaient fermés ailleurs. Sa nouvelle formule nous permet de retrouver des mets servis en 2020 mais le choix est beaucoup plus limité qu’avant. On vous détaille tout ça et on vous donne un bref avis.

Carte plus réduite pour le Silver Spur Steakhouse

Le restaurant Silver Spur Steakhouse au Parc Disneyland retrouve un peu ses lettres de noblesse avec une carte classique depuis le 30 juillet. Les deux menus existants ont augmenté de 1 €. Le menu du cow-boy (43,99 €) et les plats à la carte ont été supprimés en revanche. Concernant le menu du Shérif que nous avons testé en entrée, plat et dessert est désormais à 40 €. On pourra notamment déguster un Chou’rif Woody, profiter d’une offre vegan et ou encore goûter à une bavette grillée au feu de bois. Vous pouvez consulter la carte du restaurant ici.

silver spur steakhouse

Tout d’abord, nous avons été heureux de retrouver ce saloon, dont la décoration reste, près de trente après son ouverture, toujours aussi immersive. La très grande salle du restaurant mettant en avant de somptueuses boiseries nous plonge tout de suite dans l’ambiance du Far West et nous met aussi en appétit, il faut bien le dire. La lumière tamisée et l’ambiance chaleureuse qui s’en dégagent participent aussi de cette atmosphère apaisante.

silver spur steakhouse

Nous avons préféré profiter du restaurant en début d’après-midi, à un moment où le service est plus calme.

Nous avons opté en entrées pour la salade Silver et l’assiette de cow-boy.

silver spur steakhouse

Nous sommes passés aux plats avec pour l’un le travers de porc fumé barbecue, compotée d’oignons aux tomates cerise et pour l’autre le saumon rôti aux épices cajun, salsa d’avocat.

silver spur steakhouse

Le petit spectacle offert par l’un des cuisiniers du Silver Spur Steakhouse pendant le repas : on adore !

Pour ce qui est du dessert, nous avons choisi la même chose, le Chou’rif Woody, sorte de chou avec craquelin, composé de crème au pop-corn (avec un arrière goût de biscuit), le tout surmonté d’une mousse au chocolat. L’ensemble est très léger malgré tout.

silver spur steakhouse

Au final, la nouvelle formule à table du Silver Spur Steakhouse se révèle gagnante. Si la présentation de certains plats reste vraiment à améliorer et n’est pas au niveau d’un tel établissement, culinairement, le menu du Shérif tient ses promesses et est assez copieux.

La direction prise par le restaurant se rapproche davantage d’un concept de bistrot amélioré plus que d’un restaurant premium du Parc. Mais le concept reste à peu près le même, basé sur les grillades au feu de bois ce qui fait sa force ! La personne qui nous a servi était aussi très agréable. Côté tarif, les 40 € peuvent paraître abérrants compte-tenu de la descente en gamme du restaurant. En 2017, ce même menu du Shérif ne coûtait « que » 36,99 €. En quatre années, il aura pris plus de trois euros d’augmentation !

Si nous devions noter le restaurant tel qu’il est géré actuellement, nous lui mettrions un 7/10.  Nous avons été accueilli chaleureusement, le spectacle était garanti ce qui est primordial selon nous dans un restaurant d’un Parc Disney, le rythme du service était parfait de sorte que nous n’avons pas eu trop à attendre ni à nous bousculer. La nourriture y était excellente et généreuse et le cadre très plaisant. On notera néanmoins que le pain est pré-cuit et industriel, ce qui fâche forcément au pays de la baguette. Par ailleurs, le visuel des plats est perfectible. De plus, constater une réduction drastique du choix au menu montre également une volonté de la Direction du Resort de mettre l’accent sur les marges sans véritablement penser à monter en qualité et en gamme des lieux qui ont tellement de potentiel comme celui-ci. Bien évidemment, la crise covidaire a bon dos quand on sait qu’elle est prétexte à tout à Disneyland Paris… enfin surtout aux réductions budgétaires et à l’optimisation de l’Ebitda… C’est regrettable à la veille d’un cap symbolique pour la Destination, ses 30 ans !



© Disneyphile 2021 / Tous droits réservés / Reproduction interdite

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.