Disneyphile
Image default
Reviews

Descendants 3 – Critique du Téléfilm Disney Channel

Dans Descendants 3, la cité d’Auradon se réforme petit à petit et souhaite accueillir de nouveaux écoliers parmi les Vilains Kids, les enfants de Méchants vivant sur l’Île de l’Oubli. Mal, la fille de Maléfique, accompagnée de Evie, Jay et Carlos, se rend ainsi sur l’Île de l’Oubli pour fêter l’arrivée de quatre nouveaux écoliers issus d’une ascendance de méchants. Le jour où Mal doit aller chercher ces nouvelles pupilles d’Auradon, un heureux événement survient dans sa vie : son fiancé Ben lui demande sa main. Acceptant de l’épouser, elle devient par la force des choses Reine d’Auradon. Elle et ses amis sont loin de se douter des conséquences de ce changement important, qui met en jeu ni plus ni moins que l’avenir d’Auradon…

C’est bon d’être vilain

Descendants 3, téléfilm du catalogue Disney Channel Original Movie, est, comme son titre l’indique, le troisième opus de la franchise phare des années 2010 de la chaîne Disney Channel, Descendants. Diffusé pour la première fois le 2 août 2019 sur la chaîne américaine, ce nouvel opus ne souffre d’aucune comparaison avec les deux précédents téléfilms et démontre que cette franchise, cinq ans après sa création, a toujours de belles propositions à offrir.

Good to Be Bad

Cette nouvelle aventure poursuit l’entreprise lucrative de Disney Channel de permettre à une nouvelle génération de Méchants Disney de briller auprès d’un public toujours plus fidèle. Bien plus qu’avec High School Musical ou Camp Rock ou même plus récemment Teen Beach, ce nouveau genre musical télévisé a su s’imposer comme une marque incontournable de la chaîne thématique sans pour autant atténuer la qualité de ses productions. Descendants en 2015 puis Descendants 2 en 2017 ont tous les deux été de franches réussites très inventives et c’est encore le cas avec ce troisième téléfilm. La pression était assez forte pour leur succéder puisque le premier opus avait attiré 6,6 millions de téléspectateurs tandis que le second avait rassemblé 5,4 millions de curieux lors de leur première diffusion outre-Atlantique (et s’est sans compter les diffusions auxiliaires sur des applications ou des chaînes apparentées). Mais Descendants 2 a eu la chance de pouvoir être diffusé à des horaires différents sur pas moins de six chaînes du groupe Disney différentes, cumulant en tout et pour tout 8,92 millions de téléspectateurs (au moins 13 millions de personnes ont vu au moins une minute du film).

uma descendants 3

Depuis, le phénomène des adolescents du monde entier n’a cessé de se déployer sur tous les supports. Les clips des deux premiers films ont ainsi été vus près de deux milliards de fois, et la bande-originale de Descendants 2 s’est placée en tête du classement iTunes pendant plusieurs semaines. Aussi, une auteure, Melissa De La Cruz, s’est emparée de cet univers en offrant aux fans une quadrilogie de romans dérivés (édités chez Disney-Hyperion aux Etats-Unis et Hachette Romans en France), qui complètent l’histoire des téléfilms dans un seul et même univers canon. En 2015 est sorti L’Île de l’Oubli, en 2016 Retour sur l’Île de l’Oubli et en 2017 L’Île de l’Oubli se Rebelle. Le premier roman se déroule avant le premier téléfilm, tandis que les deuxième et troisième tomes font le pont entre le premier et le second volet. En 2019, un quatrième roman préquel, Panique sur l’Île de l’Oubli, prépare justement les bases du récit de Descendants 3 en présentant notamment certains nouveaux personnages ou certaines pistes d’intrigue.

Celia descendants 3

Côté télévision, la franchise Descendants a su se développer sous plusieurs autres formes. Une série d’animation fut diffusée après le premier téléfilm, intitulée Descendants : Génération Méchants. Bénéficiant de deux saisons sur Disney Channel, étalée de 2015 à 2017, revenait ainsi sur le quotidien de Mal et Evie à Auradon et faisait le pont avec le deuxième téléfilm. En 2016, Dove Cameron avait repris son rôle de Mal le temps d’un clip vidéo, « Genie in the Bottle », faisant le lien avec la série animée. Mais ce sont évidemment tous les autres types de produits dérivés qui permettent à cette franchise de prospérer telles que des poupées, des novélisations des téléfilms, des petits romans issus de la série d’animation Descendants : Génération Méchants, des carnets et autres agendas, des cosmétiques etc. Enfin, Descendants a su se frayer un chemin dans les Parcs Disney notamment durant les périodes d’Halloween. Disneyland Paris en 2018 a créé un spectacle de toute pièce sous forme de karaoké géant lors de sa Soirée Halloween.

audrey descendants 3

Pour préparer les fans à l’arrivée de Descendants 3, deux court-métrages sont produits par Disney Channel. Le premier,  Sous l’Océan : Une Histoire de Descendants, diffusé le 28 septembre 2018, relate la rencontre fortuite de Mal avec la jeune Java Tremaine, qui font finalement face à Uma à nouveau, ennemi jurée de Mal. Le second, Le Retour Royal de Audrey : Une Histoire de Descendants, est proposé le 5 juillet 2019, et revient sur le cas de la ravissante Audrey, fille de la princesse Aurore, qui fait son grand retour à Auradon. Ces deux histoires font à la fois le point sur les anciens événements des deux premiers téléfilms et permettent de proposer une introduction claire au téléfilm Descendants 3.

descendants 3 mal evie jay carlos

Kenny Ortega, Monsieur Musical

Déjà aux commandes de Descendants et Descendants 2, Kenny Ortega revient aux manettes en toute logique. Kenny Ortega est un réalisateur, chorégraphe et producteur qui a été maintes fois primé. Son premier travail avec Disney a été la chorégraphie de l’émission télévisée Totally Minnie (1988), suivie du soixantième anniversaire de Mickey la même année. Il réalisera ensuite trois épisodes de Hull High (Touchstone Television) en 1990. En 1992, Kenny Ortega dirige le long-métrage musical qui a fait son chemin au sein des fans Disney Newsies, qui a été suivi, en 1993, par l’incontournable Hocus Pocus. En 2006, il réalise le téléfilm musical à succès High School Musical : Premier Pas sur Scène pour Disney Channel, et la popularité du premier film le ramènera dans les suites High School Musical 2 (2007) et High School Musical 3 : Nos Années Lycée (2008). Kenny a également produit et mis en scène la tournée High School Musical: The Concert, ainsi que la tournée de Miley Cyrus et des Jonas Brothers Best of Both Worlds Tour. Ses autres crédits chez Disney incluent la réalisation du court-métrage The Making of Frozen (2014), Les Cheetah Girls 2 (2006) et, plus récemment, sa nouvelle franchise Descendants, qu’il pense comme une trilogie.

descendants 3 good to be bad

Descendants 3 se veut plus original que la précédente aventure. Le scénario de Sara Parriott et Josann McGibbon (Starter Wife, Just Married… ou presque) réussit à mêler des histoires non achevées entre certains personnages, notamment la rivalité entretenue entre Mal et Uma, mais propose aussi de nouveaux axes, permettant de développer des personnages anciens ou inédits. Le téléfilm se découpe ainsi en plusieurs actes assez clairs. Le premier, centré sur le destin d’Auradon peut dérouter car le téléspectateur a su s’habituer à des tempéraments francs venant des personnages principaux. La prise de décision de départ de Mal est un vrai coup de théâtre remettant en cause la vision que l’on a pu se faire du personnage depuis les débuts de la saga. Ce postulat permet en effet de faire éclater plusieurs intrigues qui arrivent à se croiser les unes des autres. Si elle provoque de nombreuses conséquences sur le destin des personnages, elle se résoue d’elle-même, peut-être trop simplement à l’issue du film.

hades mal

Certains messages sous-tendus sont assez crédibles comme la dénonciation de l’exclusion et la différence de l’autre. Une nouvelle morale, certes très consensuelle pour un Disney Channel Original Movie, mais toujours amenée de manière digeste, borde le récit avec toujours une pointe d’ambiguïté : le manichéisme n’est qu’une notion aux frontières floues et la méchanceté n’est pas nécessairement là où on l’attend. Cette parabole implicite concerne d’ailleurs plusieurs personnages ce qui permet au téléfilm de trouver sa personnalité propre par rapport aux deux autres.

descendants 3 mal

Dove Cameron brillante

De nombreuses péripéties s’entrechoquent dans Descendants 3 ce qui nous permet de ne jamais s’ennuyer. Kenny Ortega prouve une fois encore sa créativité en mettant en scène nos jeunes héros dans des situations rocambolesques et épiques. Le film confronte sans vergogne les problèmes qui ont bouillonné sous la surface depuis le premier volet ; notre protagoniste Mal est définitivement le fil rouge principal de cette sage (toujours incarnée par la talentueuse et plus mature Dove Cameron) flirtant avec la méchanceté non par méchanceté mais par désir de faire ce qui est juste. Une autre intrigue très intéressante concerne Audrey, la fille de la Belle au Bois Dormant, de retour à Auradon. Interprétée à nouveau par Sarah Jeffery, son destin est d’autant plus intéressant qu’il est lié à celui de Mal et Ben (Mitchell Hope). Ce personnage absent du deuxième téléfilm fait un retour fracassant et permet à nouveau d’apporter du liant entre les différents volets. Finalement, la posture originale de ces deux personnages féminins nous offre une vision d’Auradon moins angélique qu’auparavant.

night falls descendants 3

On retrouvera bien évidemment les amis de Mal, Evie, Carlos et Jay, respectivement incarnés par Sofia Carson, Cameron Boyce et Booboo Stewart. La première est toujours aussi bienveillante et apporte des conseils à beaucoup de protagonistes. Elle est un peu la voix de la sagesse. Sofia Carson reste malgré tout très figée dans son interprétation. Quant au regretté Cameron Boyce disparu quelques semaines avant la diffusion du téléfilm, son talent n’est malheursement pas assez mis en valeur tout comme Booboo Stewart, qui souffrent de l’effet de groupe. D’autres personnages introduits dans Descendants 2 font leur grand retour dans cette ultime épopée, à savoir Uma (China Anne McClain), Gil (Dylan Playfair) et Harry (Thomas Doherty). Tous les trois ont leur petit moment de gloire bien qu’ils soient davantage des faire-valoir tout au long du récit, contrairement aux deux précédentes histoires, où ils avaient leur propre destin à prendre en main. Il n’y a à la limite que le personnage de Uma qui reste attrayant puisqu’il évolue, peut-être l’un des seuls justement. Car Gil et Harry, bien qu’ils gagnent en présence à l’écran perdent en maturité…

descendants 3 ile de oubli

Hadès, révélation de Descendants 3

Mais le gros avantage de cette franchise est d’exploiter à chaque nouveau téléfilm de nouveaux personnages issus de la galaxie Disney. Cette fois-ci, et contrairement au second volet, de nouveaux Méchants Disney sont mis en avant. Hadès est ici intégré directement dans l’histoire et n’est pas un simple élément marketing. Cheyenne Jackson lui offre une personnalité très charismatique et rock, qui rejoint certains traits de personnalité du personnage du film d’animation Hercule. Le comédien édulcore la folie sous-jacente d’Hadès en lui apportant une touche de tempérance voire de sensibilité qu’on appréciera forcément, venant d’un Méchant aussi emblématique. Finalement, teasé comme le nouveau personnage le plus important de ce troisième volet par Disney Channel, Hadès fait pâle figure puisqu’il n’apparaît que très peu à l’écran, bien qu’il ait malgré tout un rôle important. Aucun des autres personnages ne sort vraiment du lot : Audrey, bien qu’elle soit intéressante dans l’histoire, frise la caricature ; Jane (Brenna D’Amico), la petite amie de Carlos, gagne en profondeur dans ce téléfilm ; Ben campe un Roi d’Auradon sans relief mais assez convaincant. Par ailleurs, les nouveaux enfants de l’Île de l’Oubli n’ont quasiment aucun intérêt dans le récit qu’il s’agisse de Célia (Jadah Marie), la fille du Docteur Facilier (Jamal Sims), de Asticot et Vermiceau (Christian Convery et Luke Roessler), les fils jumeaux de Monsieur Mouche ou de Java Trémaine (Anna Cathcart), la fille de Javotte Tremaine. C’est dommage…

Descendants 3 Mal Ben

Les chansons de Descendants 3 sont pour la plupart agréables, bien que seul un duo, « Do What You Gotta Do » dans le second acte entre Mal et Hadès marque vraiment le téléspectateur. Un solo de Dove Cameron, « My Once Upon a Time » est aussi très impressionnant. Malheureusement, tous les autres numéros musicaux même s’ils sont très inventifs visuellement, restent très oubliables. L’hymne collégial de départ, « Good to Be Bad », ne reste pas en tête contrairement à ceux des précédents téléfilms. La scène mettant en scène tous nos personnages face à des armures ensorcelées est visuellement splendide mais la chanson, « Nigh Falls », encore une fois, n’est pas à la hauteur. Pire, certaines chansons sont là simplement pour permettre aux stars principales de la franchise d’avoir du temps à l’écran ; c’est le cas de « One Kiss », une chanson d’amour chantée par le personnage de Sofia Carson. C’est un manque cruel de cohésion et de cohérence qui est à souligner ici.

jay carlos evie mal ben

Descendants 3 marque-t-il la fin d’une ère sur Disney Channel ?

Finalement, le point culminant de Descendants 3 a un goût amer après le dernier film, qui s’est terminé par une bataille gigantesque entre un dragon et un monstre marin, mais ce point se termine suffisamment tôt pour permettre aux personnages de conclure dignement un arc narratif étalé sur trois téléfilms et établir un nouveau statu quo. Il semble que la saga elle-même marque son point final car ce téléfilm est présenté comme la dernière aventure de Mal et ses amis, bien que l’univers reste quant à lui assez riche pour permettre à d’autres personnages d’émerger dans l’avenir dans de nouveaux téléfilms. Il faut rappeler que cette saga est portée par de jeunes (voire très jeunes artistes) et que ces derniers ont fait tout leur possible pour faire le show. Ils ont même réussi à créer une nouvelle marque Disney à part entière, ce qui n’est pas donné à toutes celles créées par la maison de Mickey. Il faut également saluer la direction artistique ambitieuse apportée à cette franchise, rutilante de décors splendides, de chorégraphies entraînantes et de costumes colorés et chamarrés.

docteur facilier descendants 3

Dans un sens, on se croirait à la fin d’une époque. Il fut un temps, il y a une dizaine d’années environ, où une franchise très populaire de Disney Channel comme High School Musical pouvait devenir digne d’un prolongement cinématographique pour témoigner de sa valeur. Mais non seulement la trilogie de Descendants s’est cantonnée au petit écran alors qu’elle aurait pu émerger au cinéma si Disney en avait eu la réelle ambition, mais il y a fort à parier qu’il s’agisse de l’un des derniers projets de cette envergure pour cette chaîne, dès lors que la firme aux grandes oreilles compte investir le plus possible dans sa nouvelle plateforme Disney+ pour proposer des programmes toujours plus attrayants auprès de son jeune public. Un nouveau mode de consommation pour « teenagers » est en marche : la fin de Descendants est-elle une évocation symbolique de la fin d’une ère sur la télévision linéaire ?

Quoi qu’il en soit, la franchise, dirigée par Kenny Ortega, reste un bel exemple de récit de « nouvelles » histoires et d’introduction de « nouveaux » personnages à partir d’un univers installé depuis des décennies dans l’inconscient collectif. Les fans de cette franchise lui sont restés fidèle, non pas à cause du postulat de départ d’avoir confronté les enfants des héros et des méchants Disney, dans un univers correspondant à leurs codes, mais parce qu’ils aiment vraiment les personnages qui ont été créés et ont souhaité savoir le dénouement final. Plus qu’une simple saga de téléfilms musicaux, Descendants peut trouver un écho en chacun des adolescents qui a regardé ces téléfilms : comment une jeune adulte née pour faire le bien ou le mal, peut prendre son destin en main et comprendre comment devenir meilleure et finalement plus mature.

Articles en lien

Cameron Boyce : la star de Descendants nous a quitté

Florian Mihu

It’s Good to Be Bad avec Descendants 3

Florian Mihu