Disneyphile
Image default
Reviews

Le Siège – Critique du chapitre 12 de The Mandalorian

Qu’on se le dise, ce quatrième épisode de la saison 2 de Star Wars : The Mandalorian, est un bon cru là encore. Après un véritable tour de force avec “L’Héritière”, Jon Favreau propose de recalibrer l’intrigue avec des fondamentaux. Le chapitre 12 intitulé “Le Siège” est lancé le vendredi 20 novembre 2020 sur Disney+, et comme prévu, voit Mando et l’Enfant retrouver de vieilles connaissances sur un système déjà aperçu à plusieurs reprises durant la saison 1. Petit à petit, on sent que différents éléments de l’histoire s’imbriquent même s’il reste encore assez difficile de savoir où cette saison 2 va nous mener. C’est encore l’inconnu pour les quatre prochains chapitres qui nous attendent.

Le Siège de Carl Weathers

Dans “Le Siège”, sont de retour deux personnages terriblement attachants de la série, Greef Karga (incarné par Carl Weathers) et Cara Dune (Gina Carano). En plus de jouer dans cet épisode d’une quarantaine de minutes, chargé d’action, Carl Weathers est à la réalisation et prouve dans sa manière de poser la caméra ou de diriger les acteurs qu’il est parfait comme conteur d’histoire intergalactique. Offrant une atmosphère finalement très authentique voire classique de l’univers Star Wars, le cinéaste raconte une histoire forte, mais livre également des plans visuels mémorables de grande qualité, optimisés pour des écrans larges.

le siège

Encore une fois, cet épisode regorge de scènes truculentes mettant en scène l’Enfant. Il y a d’ailleurs de fortes chances pour qu’il devienne une référence pour de nouveaux “memes”, puisqu’après le vol d’œufs – une intrigue secondaire dégoûtante mais indéniablement drôle – la petite créature protégée adopte un comportement légèrement plus innocent, semblable à celui d’un bébé. La variation de la façon dont est traité ce personnage d’épisode en épisode est évidente. Mais ce qui fait que cet épisode fonctionne avant tout, ce sont ses scènes d’action, consistantes, soignées et revendiquant un lien fort avec la trilogie originale.

Un épisode renouant avec la trilogie originale

En plus d’être efficace et inspiré derrière la caméra, Carl Weathers garde une prestance indéniable devant, et Karga reste à ce jour l’un des meilleurs personnages de la série de Disney+. Cara Dune est une fois de plus excellente dans sa manière de s’impliquer tout en restant en retrait de l’histoire en tant que telle. Ex-Shock Trooper qui s’est rebellée contre son propre camp, elle n’apporte pas trop d’éléments pour faire avancer cet épisode mais sa présence est bénéfique malgré tout, et il est clair à ce stade qu’il y a encore beaucoup à raconter sur elle. Deux autres personnages déjà vus dans la saison 1 permettent de raccrocher les wagons. Le Mythrol (joué par Horatio Sanz), capturé par Din Djarin (Pedro Pascal) dans le Chapitre I, est devenu l’employé personnel de Karga, bien qu’il ait essayé d’escroquer ce dernier une fois. Ici, il a un plus un rôle comique qu’autre chose ce qui apporte des petites touches d’humour à un épisode où le danger est omniprésent. Une autre star est invitée dans cet épisode, il s’agit de Moff Gideon (Giancarlo Esposito), dont la présence sombre pèse de plus en plus sur le destin de notre personnage principal et ses amis par ricochet. Sa présence nous interpelle sur le fait qu’il pourrait justement faire le lien entre les différents arcs scénaristiques installés jusqu’à maintenant. Une jolie construction de l’histoire se dessine…

le siège

Nous avons donc eu des Hommes des Sables, un dragon Krayt, des araignées des glaces, d’honorables guerriers de la Guilde… Cette saison 2 est assez diversifiée dans les univers qu’elle propose à chaque épisode et “Le Siège” déroge justement à la règle puisque ce sont de vieux amis qui ponctuent le récit, qu’il s’agisse des héros ou des antagonistes qu’ils affrontent. Le Razor Crest navigue de manière très calamiteuse dans l’espace intersidéral. Pour réparer son vaisseau, Mando place son espoir dans l’Enfant, qui avec sa petite taille pourrait justement l’aider à effectuer quelques réparations. Sans succès… Quand il estime ne plus pouvoir faire grand chose pour pouvoir mener à bien sa mission de ramener son petit passager à une Jedi, il décide de se poser sur Nevarro et de demander l’aide de Greef Karga, qui est maintenant le gouverneur du système, avec Cara Dune devenue la Marshale du coin. Notre ancienne Rebelle vient d’ailleurs de “faire le ménage” dans un repaire de voleurs Aqualish et met de l’ordre un peu partout, si bien qu’elle et Greef sont désormais respectés.

Retour à Nevarro pour Mando et l’Enfant

Le Mandalorien est d’ailleurs assez déconcerté par les changements de Karga et Dune en si peu de temps (surtout pour Karga peut-être qui rappelons-le, travaillait d’abord pour des chasseurs de prime au départ) – et il est encore plus choqué de voir Mythrol, la première personne sur qui il avait mis la main dans le Chapitre 1, devenu aujourd’hui assistant administratif et surveillé de près par Karga. Ce dernier a justement a une sorte de faveur à demander à son vieil ami : il veut se débarrasser d’une ancienne installation impériale située à l’autre bout de la planète pour s’assurer que les forces restantes de l’Empire – dont celles de Moff Gideon – n’y retourneront pas pour s’y procurer des armes et de la technologie de pointe. A ce stade, nos héros sont persuadés que Moff Gideon (Giancarlo Esposito) est mort mais ne veulent pas prendre de risque pour autant. Mando accepte la mission de détruire cette base pour que la paix et la liberté règnent totalement sur cette planète par la suite.

Mando, Dune, Karga et Mythrol partent à bord d’un speeder après avoir laissé l’Enfant dans une salle de classe pleine d’élèves (on vous laissera découvrir d’ailleurs la scène très sympathique de notre petit écolier). Leur destination est la base opérationnelle avancée, et le plan de Karga est assez simple. Il prévoit de fermer les lignes de refroidissement et de laisser la lave du cratère sur lequel repose cette base, qui l’utilisait comme source principale d’alimentation en énergie jusqu’alors. Malheureusement, la base n’est pas vide et les quatre héros doivent se faufiler, saboter les lignes de refroidissement et sortir – le tout au nez d’un bataillon de StormTroopers, qui ont l’air bizarrement un peu plus coriaces que les précédents vus dans la série.

Quelques briques supplémentaires pour complexifier le récit

Dans cette base, Mando découvre deux choses très importantes. D’une part, Moff Gideon est toujours en vie, et de deux, la raison pour laquelle il convoite absolument l’Enfant. L’organisation menée par Moff Gideon n’est pas simplement qu’une armée prête à restaurer l’ordre impérial. Elle tente également des expériences biologiques de clonage, notamment dans cette base qui renferme un laboratoire dirigé par le Dr. Pershing (Omid Abtahi), vu pour la dernière fois au cours de la première saison où il ponctionnait du sang de l’Enfant. Non seulement des sortes de clones sont fabriquées dans cette base, mais il est évident, après avoir vu cet épisode, que ces scientifiques espèrent améliorer ces êtres artificiels en leur apportant du sang contenant des midichloridiens, c’est-à-dire, une aptitude à maîtriser la Force. Voilà pourquoi l’Enfant est tant recherché. Voilà pourquoi aussi Mando souhaite le remettre à une personne expérimentée dans ce domaine, une Jedi.

Nos quatre héros sont interceptés par des StromTroopers. Ils décident de se séparer. Mando veut à tout prix récupérer l’Enfant pour éviter qu’il lui arrive malheur sur cette planète. Il rentre rapidement à l’école pour récupérer l’Enfant et Karga, Dune et Mythrol doivent s’échapper de la base dont la destruction est imminente (puisqu’ils ont saboté le système de refroidissement du cratère volcanique et que la lave s’engouffre dans la base). Une fois arrivés sur le quai d’embarquement de la base, ils sont encore attaqués par des soldats. Mais Cara a pour idée de s’emparer d’un vaisseau de transport de StrormTroopers pour s’en échapper. Une fois qu’ils ont quitté la base, ils se rendent compte qu’ils sont poursuivis par un groupe de ScoutTroopers sur Speeder Bikes ainsi que quatre vaisseaux TIE Fighters, dont ils ont du mal à se débarrasser.

Une scène de course-poursuite excitante

Mais voilà, Mando surgit à temps à bord d’un Razor Crest flambant neuf et s’occupe des TIE restants, permettant aux autres de revenir dans leur ville en toute sécurité. Une fois revenus chez eux, Karga invite Mando à prendre un verre, mais le Mandalorien refuse, car maintenant avec un vaisseau entièrement fonctionnel, il ne peut se permettre du perdre davantage de temps sur sa mission première, apporter l’Enfant à Ahskoka Tano.

le siège

Alors la paix s’est définitivement installée sur Nevarro, une patrouille de la Nouvelle République vient relever des déclarations et le capitaine Carson Teva (Paul Sun-Hyung Lee) pose des questions sur le Razor Crest, qui continue à intriguer la Nouvelle République. Greef Karga nie que Mando était là au moment de la destruction de la base impériale, mais Teva montre à quel point il peut tirer profit de la situation. Avant de partir, il demande à Cara Dune de rejoindre de nouveau les forces de la Nouvelle République, et elle refuse. Nous apprenons alors qu’elle vient d’Alderaan et Teva essaie de “servir” du deuil qu’elle a vécu pour ses proches pour la persuader de revenir. Il lui laisse une balise de la République si jamais elle a besoin de leur aide et il part. L’épisode se termine dans un grand vaisseau de l’ex-Empire où Moff Gideon est informé que le Razor Crest a été balisé par l’un des réparateurs  sur Nevarro et que Mando a toujours “l’objectif” en sa possession (l’Enfant). Le plan final préfigure des événements durs pour la galaxie…

“Le Siège” est un petit chef-d’œuvre de réalisation

Ce chapitre 12 ne souffre d’aucun défaut particulier si ce n’est qu’il laisse encore un grand flou sur ce qui pourrait advenir de l’intégralité de nos personnages. C’est là probablement toute la force de la série. “Le Siège” se raccroche sous forme d’hommage à la trilogie originale Star Wars dans le ton assumé que dans son contenu. Il est forcément jouissif de retrouver la fine équipe de la première saison quasiment au complet, et les voir affronter – s’amuser ? – à tirer à coup de blasters sur des StormTroopers à foison, dans un dédale de couloirs impériaux. Par moments, nous pourrions même nous croire dans l’un des niveaux du jeu Star Wars: Jedi Fallen Order.

La nostalgie tient aussi par la profusion de vaisseaux dans cet épisode. Les fans de jouets seront servis avec un “Troop Transport”, maisaussi des Speeder Bikes, des TIE Fighters, des X-Wings et, bien sûr, le Razor Crest au sommet de sa forme (oui, il pourrait même s’agir d’un personnage à part entière dans cette saison 2 tant il est mis en avant et malmené par l’intrigue). Les puristes auront sûrement reconnu que le “Troop Transport” effectue sa seconde apparition dans la série, lui qui avait été conçu au départ pour la trilogie originale mais n’y est jamais apparu finalement, s’offrant malgré tout le le luxe de devenir un jouet Kenner. Ce douzième épisode de Star Wars : The Mandalorian est une sorte de madeleine de Proust pour les fans de la première heure. Respectueux de l’héritage avec une écriture fine de Jon Favreau et une réalisation posée et maîtrisée de Carl Weathers, il apporte son lot de péripéties. Weathers se doit de retourner très vite au fauteuil de réalisateur d’un épisode tant il parvient à nous émouvoir de la façon la plus simple, et ce malgré le fait que cet épisode soit davantage du “remplissage” qu’un vrai bond en avant dans l’intrigue (de quoi amener de sérieux doutes sur le choix du Chapitre 10, qui lui est passable par tous les aspects).

Cet épisode est à la fois intense et classique dans son déroulement. La mission d’infiltration dans la base impériale, les scènes d’action rocambolesques, le ton humoristique servi par l’Enfant et le Mythrol et les quelques révélations qui y sont faites, pouvant d’ailleurs être analysées avec l’histoire de Star Wars : L’Ascension de Skywalker, permettent à la série de s’ancrer davantage dans un vaste récit d’une saga toujours plus surprenante et complexe.

Copyright © Disneyphile 2020 / Tous droits réservés / Reproduction interdite

Articles en lien

Les adieux de Mark Hamill à la franchise Star Wars

Akibe Kone

Star Wars : L’Ascension de Skywalker en avant-première

Akibe Kone

Une jardinière adorable en forme de landau avec Bébé Yoda

Florian Mihu