Disneyphile
Image default

AZF : Au Cœur du Chaos – Critique du Documentaire National Geographic

Le 21 septembre 2001 à 10h17, une gigantesque explosion retentit dans l’usine chimique AZF en plein cœur de Toulouse. Vingt ans après cette tragédie, des témoins se remémorent cette journée.

Récit d’un drame et d’un traumatisme

Avec AZF : Au Cœur du Chaos diffusé pour la première fois le 21 septembre 2021, National Geographic France commémore le vingtième anniversaire d’un drame humain et matériel survenu à Toulouse le 21 septembre 2001, et qui reste à ce jour, la plus grosse catastrophe industrielle en France depuis la Seconde Guerre Mondiale, ayant fait 31 victimes et près de 2500 blessés, car la déflagration (séisme de magnitude 3,4) a certes, fait le plus dégâts sur le site (devenu une zone de guerre) mais a été ressenti jusqu’à 80 kilomètres alentours. Car l’explosion a également retourné des dizaines de voitures, détruit des milliers de logements et paralysé la région toulousaine durant plusieurs jours.

azf

La particularité du documentaire est tout d’abord son format finalement assez court de 44 minutes, rendant le propos plus concis et clair. Il évite ainsi les longueurs et permet de faire le focus sur les événements qui se sont produits avant et après l’instant t de l’explosion. Et finalement en vingt années, s’il y a eu énornément de documentaires ou reportages télévisés qui sont revenus sur l’après et les conséquences juridiques, peu ont vraiment saisi l’instant du drame avec autant de réalisme que AZF : Au Cœur du Chaos. Nous suivons ainsi minute par minute la catastrophe, son impact sur la population toulousaine et la réponse des autorités publiques durant cette triste journée du 21 septembre 2001.

21 septembre 2001, 10h17

L’explosion meurtrière de ces 300 tonnes de nitrate d’ammonium de l’usine AZF a suscité l’intérêt du réalisateur Simon Kessler, qui avait déjà signé le remarquable film Notre-Dame : L’Épreuve du Feu pour National Geographic France également en 2019. Le cinéaste, accompagné du metteur en scène Stéphane Rybojad et du prodcteur Thierry Marro ont l’idée de rassembler des témoins oculaires pour revivre cette journée. Face caméra, René Maillot, ancien directeur adjoint de l’usine AZF, Christel Arce-Menso, cheffe d’atelier adjointe à AZF ou Monique Mauzac, chimiste et veuve d’une victime de l’explosion, témoignent de cette journée, livrant de douloureux souvenirs aux téléspectateurs, même s’ils ont le sentiment que la vérité sur les causes de cette explosion n’a jamais vraiment éclaté. On notera que les équipes de production ont fait le choix de privilégier un nombre réduit de témoins, qui permet malgré tout de rendre compte de la mémoire du drame aujourd’hui divisée, tout en étant le plus clair et authentique possible dans le propos.

Le producteur Thierry Marro nous expliquait après la diffusion du documentaire : « Il nous a semblé que c’était le bon moment pour réaliser ce film. Certes, il y a la date anniversaire des 20 ans, mais surtout, du temps s’est écoulé et les gens sont plus apaisés ».

Le documentaire prend le parti, National Geographic oblige, de ne pas remettre en cause les décisions de justice survenues ces dernières années, et établit un certain nombre d’hypothèses basées sur des faits, sans pour autant en venir à des conclusions arrêtées. En effet, le documentaire AZF : Au Cœur du Chaos prend le temps d’exposer les faits avec un montage qui ne donne pas dans le sensationnalisme ni dans le pathos. Il s’en dégage un juste équilibre entre l’émotion nécessaire pour permettre de nous projeter dans cette catastrophe et mesurer l’ampleur des dégâts et la rationnalité nécessaire pour analyser les circonstances de cet accident. Des reconstitutions et des images d’archives inédites et poignantes viennent d’ailleurs étayer l’ensemble.

azf

Outre des victimes directes ou indirectes, des pompiers qui sont intervenus au plus près de la zone du sinistre et des journalistes locaux, interviennent également durant le documentaire AZF : Au Cœur du Chaos. Du souffle de l’explosion à la couleur orangée de la fumée en passant l’effondrement des infrastructures et les risques supplémentaires que l’accident a engendré, le film nous permet d’avoir une vue globale de la situation à l’époque. L’une des problématiques soulevées par les secouristes et en particulier  le lieutenant-colonel Christophe Ghiani, chef de groupe sur l’opération AZF, et qui montre à quel point le sang-froid doit être de mise quand les enjeux sont autant exceptionnels, est l’intervention des pompiers sur place. Comme nous l’expliquait le colonel Christophe Pizzocaro, qui a coordonné et commandé les opérations de secours de la catastrophe de l’usine, la question s’est posée de savoir s’il fallait ou pas entreprendre de suite les recherches de victimes à sauver sous les décombres malgré le risque de fuite de produits chimiques ou de nouvelle explosion ?

« AZF a été rayé de la carte », annonce-t-on au Lieutenant-colonel Christophe Ghiani le 21 septembre 2001.

D’autres paramètres sont entrés en jeu et ont sévèrement impacté les secouristes puisqu’à l’époque, les pompiers ne bénéficiaient que de vingt minutes d’autonomie avec leur respirateur, prenant un risque supplémentaire pour leur santé en agissant au milieu des décombres. Les communications furent aussi coupées pendant un temps, l’hôpital le plus proche de la zone totalement inopérant et la menace terroriste planait sur la France dans un contexte où les États-Unis avaient été frappés quelques jours plus tôt. Les pompiers sont intervenus durant les premières heures pour évacuer tous les blessés, rechercher les victimes et mettre en sécurité le site pour éviter une nouvelle explosion. Mais l’opération sur l’usine dévastée a duré en tout un mois. Dans tous les cas, le documentaire AZF : Au Cœur du Chaos rappelle à quel point les pompiers restent peu importe les époques des héros du quotidien.

Les secouristes des victimes de AZF inspirent le respect

Le documentaire en vient à poser la question centrale qui occupe tous les esprits des familles de victimes et des français depuis vingt ans. Qu’est-ce qui a bien pu faire exploser les 300 tonnes de nitrate d’ammonium (utilisé principalement comme composant d’engrais chimiques en agriculture mais aussi pour des engins explosifs) stockées dans le hangar 221 ? A cette question, des réponses actées par la justice certes, mais qui ne font pas l’unanimité. Des résidus de produits chlorés (500 kilogrammes) jetés par erreur dans le hangar, qui, mélangés au nitrate d’ammonium, auraient déclenché une réaction chimique menant à l’explosion.

azf

Aujourd’hui, il ne reste plus que les archives, les mémoires collectives et ce site où la nature a repris ses droits. Totalement nettoyé de débris de nitrate d’ammonium, nous avons pu le visiter. La zone la plus sensible, celle de l’explosion est entourée de barrière de sécurité. On aperçoit au loin un vaste cratère de 5 mètres de profondeur sur 70 mètres de long, qui a remplacé l’hangar 221 de l’usine. La Ville Rose a mis de nombreuses années à renaître de ses cendres, l’explosion ayant détruit de nombreuses installations, logements, entreprises ou institutions comme le Grand Palais et le centre hospitalier Gérard-Marchand de Toulouse. En tout, la reconstruction aurait coûté 2 milliards d’euros. Mais les familles des sinistrés et plus généralement la ville restent marquées à jamais par cette catastrophe et sont pour la plupart d’entre elles toujours accompagnées psychologiquement. Non loin du cratère, une œuvre d’art contemporaine, accompagnée d’une stelle, rend hommage à toutes les victimes de la catastrophe et constitue un lieu de recueillement pour les toulousains et les familles endeuillées.

AZF : Au Cœur du Chaos est à la fois un documentaire qui prend de la hauteur sur des événements dramatiques tout en livrant avec émotion et une profonde humanité le récit d’un traumatisme, sur l’une des pires catastrophes de l’histoire de l’industrie française.





© Disneyphile 2021 / Tous droits réservés / Reproduction interdite

Articles en lien

Welcome to Earth, la série documentaire de Will Smith arrive en décembre sur Disney+

Akibe Kone

Narco Wars : La Mafia Américaine, la série évènement de la rentrée de National Geographic

Akibe Kone

Will Smith signe un contrat de partenariat avec National Geographic

Akibe Kone

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.