Disneyphile
Image default
Films Disney

Ce qui n’a pas été gardé dans Star Wars : L’Ascension de Skywalker

Les langues commencent à se délier sur ce qu’aurait pu être Star Wars : L’Ascension de Skywalker, qui continue de culminer au box-office, malgré une vitesse de croisière en deça des attentes de Disney. Il est d’ailleurs assez étonnant de découvrir des premières déclarations officielles de cette nature alors que le film est sorti depuis moins d’un mois dans le monde. Mais avec la fin de la saga Skywalker et la fin d’un premier acte Star Wars chez Disney, les créatifs ont comme qui dirait une envie folle de liberté de parole. Ainsi, l’un des scénaristes du film et sa monteuse se sont déjà confiées dans la presse sur certains sujets phares.

Un film en deux parties au départ

S’il y a bien un constat alarmant dans Star Wars : L’Ascension de Skywalker, c’est la profusion des informations qui en émanent et le rythme mené tambour battant. On assiste ainsi à une première partie beaucoup trop dense voire brouillonne à certains moments (notre critique est à retrouver ici). Cette histoire très touffue et cette vitesse accélérée sont des points abordés par Chris Terrio, co-scénariste du film, qui, dans une interview accordée à Awards Daily revient sur son idée initiale, celle d’avoir souhaité raconter cette histoire en deux films au lieu d’un seul. L’idée était d’explorer plus de thèmes, et notamment le passé des personnages.

l'ascension de skywalker

« J’aurais aimé pouvoir faire ça », dit-il. « L’intrigue est foisonnante dans ce film, et en tant que scénariste, on veut toujours des scènes qui laissent l’intrigue respirer davantage. S’il y avait eu un moyen de le faire, diviser le film aurait été mon rêve. Nous aurions pu écrire éternellement pour ces personnages. Il y a tellement d’éléments concernant le passé qui ont dû etre laissés de côté. J’aurais aimé que nous puissions avoir tout ça, mais George [Lucas] a toujours dit qu’il y avait neuf films. C’était la taille naturelle de la saga, et donc, à part dans quelques discussions initiales, nous n’avons jamais vraiment fait avancer cette conversation. Evidemment, en tant que scénariste, ça me brise le cœur de laisser des choses sur la table dont on pense qu’elles auraient pu donner plus de profondeur et de nuance à l’histoire, et plus de choses à faire aux personnages. À titre personnel et sans m’exprimer au nom du studio, j’aurais aimé qu’il y ait une ‘Partie 1’ et une ‘Partie 2’. » Voilà qui est dit et c’est aussi notre ressenti même si l’idée de casser les codes de la saga Skywalker basée sur des constructions en blocs de en trois films, aurait été tout autant critiquée.

Des séquences non retenues en Rose Tico et Leia

Un autre point majeur de l’Episode IX est son ambiguité sous-jacente, pris entre deux étaux : il choisit par moment de se relier indubitablement à des éléments développés dans le précédent volet, tout en s’en émancipant, voire en se détachant carrément de cette postologie. Le scénariste Chris Terrio, toujours lui, revient sur la faible visibilité offerte au personnage de Rose dans L’Ascension de Skywalker, par rapport à l’influence qu’elle avait dans Les Derniers Jedi. Dans une première confidence auprès du Awards Daily, il explique que la binôme de Finn devait avoir davantage d’apparitions aux côtés de Leia mais que ces scènes ont été coupées du montage à cause d’effets visuels pas assez convaincants. Il ne faut pas oublier que par effets visuels, on entend effets numériques pour Leia puisque les équipes ont du transformer des rushs existants de l’Episode VII pour donner vie au personnage dans le IX, Carrie Fisher, son interprète, étant décédée depuis 2016.

« Tout d’abord, J.J. et mois adorons Kelly Marie Tran« , a introduit Terrio. « Une des raisons pour lesquelles Rose a un peu moins de scènes que nous le voulions est la difficulté d’utiliser les enregistrements de Carrie [Fisher] de la façon dont nous le voulions. Nous voulions que Rose soit le pilier de la base rebelle qui est avec Leia. Nous pensions que nous ne pouvions pas laisser Leia à la base sans aucun des personnages principaux que nous aimons, donc Leia et Rose travaillaient ensemble. Au fil du processus, il s’est avéré que quelques scènes que nous avions écrites avec Rose et Leia n’atteignaient pas le niveau de photoréalisme que nous espérions. Malheureusement, ces scènes ont été écartées du film. La dernière chose que nous voulions était d’essayer délibérément de mettre Rose sur la touche. Nous adorons le personnage, et nous adorons Kelly, à un point tel que nous l’avions ancrée à notre personne favorite de la galaxie, la générale Leia. »

Rose Tico dans Star Wars : L'Ascension de Skywalker
Rose Tico, jouée à nouveau par Kelly Marie Tran, et Rey (Daisy Ridley) dans Star Wars : L’Ascension de Skywalker

Mais il s’est avéré que le scénariste ne s’était pas tout à fait bien exprimé à ce sujet. De ce fait, il s’est corrigé quelques temps plus tard dans un communiqué à Vulture. La cause n’était pas les difficultés à recréer le personnage de Leia dans l’environnement du neuvième opus.

« Je me suis vraiment mal exprimé si j’ai insinué dans une précédente déclaration qu’une quelconque scène entre Rose et Leia a été coupée à cause de notre équipe d’effets spéciaux et des sorciers [du studio d’effets spéciaux] Industrial Light & Magic (ILM) », a-t-il précisé. « Dans cette précédente interview, je faisais référence à une scène spécifique où l’état émotionnel de Leia dans l’Episode VII ne semblait pas correspondre à la scène que avions écrite pour l’Episode IX, et elle a donc été coupée au stade de l’écriture avant que le travail sur les effets spéciaux ne soit fait. Si nous avions choisi d’utiliser la scène, ILM lui aurait donné un aspect parfait. Comme toujours. ILM a effectué de véritables miracles à chaque étape du processus créatif de l’Episode IX. Je suis toujours en admiration devant leur travail. »

L’explication de la survie de Palpatine

Attention, cette partie contient évidemment des divulgâchis sur l’intrigue du film. Maryann Brandon a signé le montage de Star Wars : L’Ascension de Skywalker. Elle fut même nommée pour l’Oscar du Meilleur Montage pour Star Wars : Le Réveil de la Force. Proche collaboratrice de JJ Abrams, elle est revenue, sur le site britannique du Huffington Post, sur les choix de montage du film et notamment sur le passé de Palpatine, qu’il conviendra de nommer Palpatine tout court : le film le présente tel quel, ni comme Dark Sidious ni comme Empereur réellement. Les explications sur son retour sont d’ailleurs totalement occultées : il est de retour pour assouvir sa vengeance, lui qui manigançait dans l’ombre depuis tout ce temps en manipulant la galaxie avec ses marionnettes (notamment Snoke, qui n’est qu’un clone créé de toute pièce).

palpatine l'ascension de skywalker

Les réflexions sur le montage des premières scènes de Palpatine (effrayantes au passage) ont préoccupé les équipes, comme l’énonce Maryann Brandon : « C’était un équilibre délicat, et il y avait beaucoup de va-et-vient concernant le nombre de choses que nous voulions révéler. Certaines scènes ont beaucoup changé, dans la manière dont vous voulions présenter cela au public. Au final, nous avons fini par en montrer beaucoup moins que ce que nous avions au départ. » La monteuse ajoute plus loin dans l’entretien qu’à l’origine, des explications plus fournies sur les raisons de la survie de Palpatine, auraient du figurer dans le film, mais qu’il ne fallait pas non plus perdre le spectateur avec trop d’informations. Au contraire, on pense qu’il aurait été judicieux d’apporter plus d’éclaircissements sur ce sombre personnage. Comment était-il maintenu en vie ? « Il y avait tellement d’informations dans le film et tellement de personnages sur lesquels nous voulions que le public se concentre. Nous pensions que nous ne voulions pas encombrer le film avec des choses qu’on n’avait pas besoin de savoir. » Alors, tout porte à croire que, comme il le suggérait si bien dans la prélogie, Palpatine a pu recouvrir une vitalité, somme toute relative, grâce à des pouvoirs Sith hors du commun. On le saura jamais ou peut-être un jour dans un roman Star Wars.

Le baiser entre Rey et Ben

Là encore, l’un des gros points du final de L’Ascension de Skywalker, qui a remué le fandom starwarsien. Il faut évidemment comprendre ce baiser comme un soulagement mutuel entre les deux héros qui ont tout donné pour sauver la galaxie, plus qu’un vrai aboutissement de début de romance. Sur ce sujet délicat, l’équipe du film a toujours mûri sa réflexion et s’est arrêtée à ce choix après de longs débats. Etait-il important de préserver ce baiser avant la mort de Ben Solo ? La monteuse Maryann Brandon confirme que plusieurs scènes alternatives existaient, avec ou sans baiser.

« J’ai toujours dit : « Le film nous dira s’ils doivent s’embrasser ou pas. D’ici à la fin de notre processus, nous saurons si ça doit se produire.’ Et je pensais que ça devait se produire, et [le réalisateur J.J. Abrams] était d’accord avec moi, et d’autres personnes ayant vu le film étaient d’accord. »

kylo ren rey dark vador

Merci à SWU pour les traductions des déclarations.

Copyright © Disneyphile 2020 / Tous droits réservés / Reproduction interdite

Articles en lien

Star Wars : jamais deux sans trois sur Disney +

Florian Mihu

Star Wars : The High Republic décalé à 2021

Florian Mihu

Leia Organa aurait dû être au centre de l’Ascension de Skywalker

Florian Mihu