Disneyphile
Image default
News

Casse-Noisette et les Quatre Royaumes : trailer final

Ultime acte promotionnel pour le ballet cinématographique que nous concoctent les Walt Disney Studios pour le mois de novembre 2018. Si Casse-Noisette et les Quatre Royaumes, librement inspiré du ballet russe mythique de Piotr Ilitch Tchaïkovski (lui-même tiré de l’argument d’Alexandre Dumas Père), paraît aux premiers abords très artificiel, doté de tous les atouts marketing les plus en vogue pour prétendre au titre de future franchise Disney (si le film cartonne), il se pourrait également qu’il soit une très agréable surprise de fin d’année pour les cinéphiles, qui ne pourront que se réjouir du parti pris plutôt original de Disney dans la reconstruction narrative de cete histoire maintes fois relatée. Car outre son univers riche et foisonnant qui nous rappelle non sans mal le travail visuel offert par Tim Burton sur Alice au Pays des Merveilles (2010) ou même celui de Andrew Adamson sur Le Monde de Narnia – Chapitre 1 : Le Lion, La Sorcière Blanche et l’Armoire Magique (2005), il va sans dire qu’un tel projet nourrit l’ambition d’offrir aux familles du monde entier un condensé pur de féérie nostalgique, comme il s’en fait peu au cinéma. Mais, et c’est là où Disney redouble d’intelligence, le film n’est pas qu’un simple prétexte pour surfer sur le marché de Noël : Disney y voit là le moyen de jouer avec ses Fans et son patrimoine. Par de simples clins d’oeil efficaces, les studios rendent ainsi hommage au Classique de l’Animation Fantasia, qui en 1940, mettait déjà en exergue la maestria musicale de Tchaïkovski sur grand écran avec ce conte (si bien qu’on imagine aisément que l’hommage sera appuyé dans cette nouvelle relecture).

Casse Noisette

Un line-up Disney très resserré fin 2018

Il faut également souligner l’importance de ce ballet, qui continue encore et toujours d’attirer de nouveaux publics que ce soit directement à l’Opéra ou dans les salles de cinéma où des représentations du Bolchoï russe y sont projetées depuis plusieurs années. L’engouement n’a de cesse depuis la création de ce ballet et Disney espère de la sorte taper dans le mille grâce à une histoire somme toute assez simple mais profondément originale et ancrée dans les moeurs de nombreuses cultures internationales pour satisfaire le plus grand nombre. Et en y réfléchissant bien, Le Retour de Mary Poppins reste tout de même une offre légèrement différente, en dépit du fait qu’elle soit aussi estampillée Disney et malgré le fait que la production sorte quelques semaines après Casse-Noisette et les Quatre Royaumes : les deux films ne peuvent rivaliser sur leur contenu à proprement parler ; il est certes familial mais les deux démarches restent différentes. Casse-Noisette et les Quatre Royaumes est une proposition de la part de Disney. Le Retour de Mary Poppins joue sur l’attachement du personnage principal auprès de millions de fans et suit la logique commerciale des contes de fées en prises de vue réelles de Disney depuis des années. Et finalement, les deux films ont leur chance de cartonner chacun de leur côté mais cette opération de sortir deux films Walt Disney Pictures à si peu d’intervalles n’est pas sans risque (elle l’est d’autant en plus en France ou Jean-Christophe & Winnie qui est sorti cet été dans le monde, a été volontairement repoussé par Disney France au 24 octobre 2018, soit un mois avant Casse-Noisette et les Quatre Royaumes).

Cette adaptation du conte d’Ernst Theodor Amadeus Hoffman « Casse-Noisette et le roi des souris » a inspiré le célèbre ballet éponyme de Tchaïkovski.

La bande-annonce finale du film joue la carte de l’épique alors qu’auparavant, Disney abordait le conte avec plus de tendresse et de poésie. Il s’agit effectivement de ne pas se rater : les reshoots du réalisateur Joe Johnston commandés par Disney y sont sûrement pour quelque-chose. Rappelons que le film sort le 2 novembre 2018 aux Etats-Unis et le 28 novembre 2018 en France. Co-réalisé par Lasse Hallström et Joe Johnston, il met en scène Mackenzie Foy, Keira Knightley, Helen Mirren, Morgan Freeman et Misty Copeland.

Affiche Casse-Noisette
Affiche française de Casse-Noisette et les Quatre Royaumes

Synopsis de Casse-Noisette et les Quatre Royaumes

Tout ce que souhaite Clara (Mackenzie Foy), c’est une clé. Une clé unique en son genre, celle qui ouvrira la boîte contenant l’inestimable cadeau que sa mère lui a laissé avant de mourir. À la fête de fin d’année organisée par son parrain, Drosselmeyer (Morgan Freeman), Clara découvre un fil d’or qui la conduit jusqu’à cette précieuse clé … mais celle-ci disparaît aussitôt dans un monde étrange et mystérieux. C’est dans ce monde parallèle que Clara va faire la connaissance d’un soldat nommé Phillip (Jayden Fowora-Knight), d’une armée de souris, et des souverains de trois Royaumes : celui des Flocons de neige, celui des Fleurs et celui des Friandises. Pour retrouver cette clé et restaurer l’harmonie du monde Clara et Phillip vont devoir affronter la tyrannique Mère Ginger (Helen Mirren) qui vit dans le quatrième Royaume, le plus sinistre d’entre tous…

Regardez la bande-annonce de Casse-Noisette en VO et VF

Affiches des personnages de Casse-Noisette et les Quatre Royaumes !

Articles en lien

Casse-Noisette et les Quatre Royaumes – Critique du Film

Florian Mihu

Casse-Noisette et les Quatre Royaume nous plonge dans ses coulisses

Florian Mihu