Disneyphile
Image default
Dossiers

Conférence de presse parisienne de La Reine des Neiges II

Le 14 novembre 2019, en amont de sa sortie en salles, La Reine des Neiges II proposait une conférence de presse à Paris en présence de son équipe créative et d’une partie de sa distribution vocale française. Conviés par The Walt Disney Company France, les équipes de Disneyphile vous livrent un compte-rendu de ces rencontres exceptionnelles. La conférence s’est donc déroulée en deux temps dans le cadre prestigieux de l’Hôtel Bristol : nous avons tout d’abord pu échanger avec la scénariste et co-réalisatrice du film Jennifer Lee, qui occupe également le poste de Directrice artistique des Studios d’Animation Walt Disney, le co-réalisateur Chris Buck ainsi que le producteur Peter del Vecho. La seconde partie fut dédiée aux trois voix principales de la version française du film, à savoir les acteurs Charlotte Hervieux (qui interprète Elsa), Emmylou Homs (Anna) et Dany Boon (Olaf).

Les réalisateurs et le producteur de La Reine des Neiges II

Le réalisateur Chris Buck a réalisé le classique d’animation Disney de 1999 Tarzan (avec Kevin Lima) et le film de 2007 Les Rois de la Glisse chez Sony Pictures Animation (avec Ash Brannon). Ayant débuté sa carrière comme simple animateur sur Rox et Rouky, a aussi travaillé sur La Petite Sirène en 1989, Bernard et Bianca au Pays des Kangourous en 1990 et Pocahontas, Une Légende Indienne en 1995.

La réalisatrice et scénariste Jennifer Lee est l’une des scénaristes de la comédie d’aventures Les Mondes de Ralph. La qualité de son écriture est soulignée chez Disney si bien qu’elle co-signe également le scénario de Zootopie en 2016 et celui d’Un Raccourci dans le Temps en 2018. C’est durant cette même année qu’elle succède à John Lasseter au poste de directrice créative des Studios d’Animation Walt Disney, fonction qui lui affuble naturellement le rôle de productrice exécutive de tous les projets à venir du label. Le duo Buck et Lee s’était réuni en 2015 pour La Reine des Neiges : Une Fête Givrée mais avait préféré laisser d’autres artistes travailler sur La Reine des Neiges : Joyeuses Fêtes avec Olaf en 2017, afin de mieux se pencher sur l’écriture et la réalisation de La Reine des Neiges II prévu en novembre 2019 au cinéma.

Peter del Vecho est l’un des producteurs les plus prolifiques de son temps au sein des Studios d’Animation Walt Disney. En 1995, après avoir quitté les théâtres de la côte est des Etats-Unis, il intègre les studios de Mickey en qualité de directeur adjoint de la production. En intégrant les équipes Disney, il est devenu le directeur de production d’Hercule (1997) puis producteur associé sur La Planète au Trésor : Un Nouvel Univers (2002) et Chicken Little (2005) et de nouveau directeur de production pour les films La Princesse et la Grenouille (2008), Winnie l’Ourson (2011) et La Reine des Neiges (2013). Aujourd’hui vice-président directeur de la production, son rôle lui permet d’avoir un oeil sur la plupart des productions du label.

chris buck jennifer lee la reine des neiges II
Chris Buck, Jennifer Lee et Peter del Vecho

Succès phénoménal à nul autre pareil, il était évident que succéder au premier volet de 2013 était un défi en soi. Des questions se sont forcément posées pour les créatifs à l’issue du film, comme l’explique Jennifer Lee. Si le dénouement de ces nouvelles aventures était su depuis le départ, le cheminement scénaristique pour y parvenir a fluctué durant plusieurs années, ce qui a mis en ébullition le comité créatif responsable de l’histoire durant un moment. Créer de nouveaux lieux, faire évoluer les personnages… Tout cela les a menés à retravailler l’histoire plusieurs fois jusqu’à la fin du mois d’août 2019. Il a fallu développer aussi d’autres choses. Et comme pour chaque film à peu près, le plus gros challenge fut la création de l’histoire. D’autres défis d’ordre plus technique se sont présentés à eux, comme le souligne Chris Buck. Concevoir par exemple l’esprit du vent n’a pas été de tout repos tout comme le cheval d’eau baptisé Snokk. Mais ce fut le cas aussi pour l’esprit du feu et les Géants de pierre.

Peter del Vecho parle du moment décisif qui a conduit ses équipes à relancer la machine pour un second volet. Alors pris par la production du cartoon La Reine des Neiges : Une Fête Givrée (d’autres cartoons pourraient d’ailleurs être créés dans les années futures), ils se sont dit que La Reine des Neiges II était possible dès lors que de nouvelles questions se posaient. Concernant le développement de certains personnages, Jennifer Lee est revenue sur le cas d’Olaf, fait de neige pure et donc d’innocence et de couleur blanche, symbolisant une certaine pureté enfantine créée à partir de l’amour pour Anna et Elsa dès leur plus jeune âge ; ce postulat établi, il peut dès lors se poser autant de questions métaphysiques qu’il le souhaite et ainsi impliquer la réfléxion des jeunes spectateurs. Olaf peut ainsi faire figure de personnage inspirant pour les enfants, qui, comme lui, font face au changement, évoluent et éprouvent parfois des difficultés.

Chris Buck revient sur l’aspect davantage plus sombre du film par rapport au premier opus. Inspiré constamment par l’héritage de Walt Disney, le réalisateur appuie son propos sur les thèmes puissants et sombres de Blanche Neige et les Sept Nains, Pinocchio ou encore Bambi. Dans le même temps, des personnages comme Pinocchio qui s’endurcissent mais aussi vivent un véritable conte de fées sont aussi des points d’ancrage pour lui. A la question de savoir si un troisième film est envisageable, Jennifer Lee répond simplement qu’ils ont l’impression qu’un voyage complet a été fait avec ces deux films connectés.

Comme pour le premier opus, la musique (entendez par là les chansons surtout) et l’histoire de La Reine des Neiges II sont créées en même temps. Cette fois-ci, l’acte 2 du film était plus profond, plus intense, ce qui leur a permis de travailler les nouvelles chansons en conséquence. Jennifer Lee ajoute que la création d’une chanson dépend réellement du destin du personnage. Si celui de Kristoff, réservé et introverti presque avec son renne, ne s’y prêtait pas vraiment dans le premier volet, c’est tout le contraire dans cette séquelle. Et dans tous les cas, les chansons doivent servir l’histoire et non l’inverse. Depuis le départ, une chanson puissante avait été imaginée pour Anna, que l’on connait comme étant naturellement heureuse et optimiste et qui démontre avec ce nouveau morceau que c’est un choix qui forge son tempérament chaque jour durant. La chanson qu’elle interprète montre à quel point elle souhaite aller de l’avant.

Les voix françaises de Elsa, Anna et Olaf

C’est Dany Boon qui prête sa voix – tant parlée que chantée – au bonhomme de neige Olaf depuis 2013 exclusivement dans les long-métrages de la saga La Reine des Neiges. Acteur, humoriste et réalisateur, porte-drapeau de la scène comique française, Dany Boon reste pour beaucoup l’inoubliable interprète et réalisateur de Bienvenue chez les Ch’tis, qui battit des records au box-office français en 2008 (plus de 20,6 millions de personnes l’ont vu). Mais il compte à sa filmographie une vingtaine d’autres films dont Pédale Dure (2004), Joyeux Noël (2005), La Doublure (2005), La Maison du Bonheur (2005) – son premier film comme réalisateur, Mon Meilleur Ami (2006), De l’Autre Côté du Lit (2008), Le Code a Changé (2009), Micmacs à Tire-Larigot (2009), Rien à Déclarer (2011) – sa troisième réalisation, Astérix et Obélix : Au Service de sa Majesté (2012), Un Plan Parfait (2012), Eyjafjallajökull (2013), Supercondriaque (2014) – son quatrième film en tant que réalisateur, Radin ! (2016), Raid Dingue (2017) – son cinquième film qu’il a dirigé, et dernièrement, La Ch’tite Famille en 2018, dernière réalisation en date par ailleurs. Chez Disney, Dany Boon est connu également pour avoir prêté à sa voix au BGG dans Le Bon Gros Géant de Steven Spielberg en 2016.

Charlotte Hervieux succède à Noémie Orphelin et surtout Anaïs Delva dans le doublage français de la voix de Elsa. Charlotte Hervieux est chanteuse et comédienne de formation : elle apprend son métier dans les années 2010 à l’Institut Supérieur des Arts de la Scène Rick Odums mais aussi au sein de plusieurs Master Class animées par des noms du métier tels que Allan Wright, David Baranes, Dominique Szpindel et Olivier Megaton. Elle fait ses débuts sur les planches en 2012 dans Shrek, Le Musical au Casino de Paris puis multiplie les projets scéniques : L’Enfant au Grelot (de 2012 à 2013) au Théâtre des Nouveautés, The Phantom of the Opera (2013) au Vingtième Théâtre, Kid Manoir (2013 à 2014) au Palais des Glaces, Raiponce et le Prince Aventurier (2014 à 2016) au Théâtre de la Porte Saint-Martin, une version concert de la comédie musicale (Les) Misérables en 2017 à l’Opéra de Rennes… Mais son rôle le plus connu jusqu’à présent sur la scène française reste celui de Mercredi Addams en 2017 dans l’adaptation du spectacle La Famille Addams au Palace, pour lequel elle décroche une nomination dans la catégorie Révélation Féminine aux Trophées de la Comédie Musicale 2018. Elle enchaîne en 2018 avec le rôle de Scaramouche dans le spectacle We Will Rock You au Casino de Paris. Elle s’essaye à l’art du doublage depuis 2017. Citons notamment le téléfilm animé Charming : Un Prince Trop Charmant ou deux séries de Netflix, Love, Death & Robots (voix de Jennifer) et 13 Reasons Why où elle incarne Sheri Holland.

Emmylou Homs tient le rôle de la Princesse Anna depuis 2013 pour la version française des long comme des court-métrages issus de l’univers de La Reine des Neiges mais aussi dans la série télévisée Once Upon a Time – Il Etait une Fois et la mini-série LEGO La Reine des Neiges : Magie des Aurores Boréales. Elle s’exerce à la chanson et à la comédie depuis l’âge de sept ans et débute sa carrière de comédienne de doublage dans des dessins animés comme Heidi ou Maya l’Abeille. Dès l’année 2005, on la retrouve dans des séries télévisées telles que Supernatural, puis dans American Wives (2007), Willa ! (2008), Les Enquêtes de Murdoch (2008), The Walking Dead (2010), Le Trône de Fer : Game of Thrones (2011) où elle prête sa voix à Lyanna Mormont, Jessie (2011)… En 2011 toujours, elle double le personnage de Hailey dans le film Happy New Year. L’année suivante, elle prête sa voix au personnage de Sonja dans le film de fantasy Le Secret de l’Etoile du Nord. En 2013, elle incarne Steph dans la version française du film L’Epreuve. C’est à partir de cette même année qu’elle décroche de nouveaux rôles plus importants dans des séries ou films : The Originals, Peaky Blinders, Souvenirs de Marnie, Supergirl, The Frankenstein Chronicles, Captain Fantastic, Stranger Things, Designated Survivor, La Garde du Roi Lion, Vampirina, S.W.A.T., La Belle et la Bête, Black Lightning, Mia et le Lion Blanc… Également chanteuse, on lui doit de nombreux génériques de films.

voix francaises la reine des neiges II
Emmylou Homs, Dany Boon et Charlotte Hervieux

Les deux comédiennes nous ont confié qu’elles se laissaient guider par l’émotion, l’intrigue et les personnages avant tout. Elles ont découvert le film par bribes et n’ont pas eu forcément le temps de trop se préparer à leurs séances de doublage. Se plonger corps et âme dans La Reine des Neiges II a été intense pour elles. Dany Boon a eu plus de temps de préparation notamment pour ses parties chantées, puisqu’il avoue qu’il ne maitrise pas tant que ça cet art. Il précise que le plus important pour lui est de retrouver la magie de l’enfance dans ce type de film. Se nourissant de ses expériences successives, l’acteur offre une interprétation plus profonde de son personnage dans le second volet, bonhomme de neige qui lui colle désormais à la peau, les enfants dans son entourage lui réclamant très souvent de donner de la voix pour les divertir. Pour lui, écrire, réaliser ou jouer dans un film est important mais les gags visuels sont tout aussi importants pour faire rire les enfants. Il faut dès lors, dans un doublage de film d’animation, insuffler beaucoup plus à son personnage.

Emmylou Homs explique que la magie du doublage réside dans le fait que l’on peut interpréter à peu près n’importe qui, si tenter qu’on puisse apporter de l’émotion. Parfois enregistrée seul ou d’autres fois avec des comédiens, une voix de personnage se crée en se laissant porter par les autres ou les personnages à l’écran mais aussi en étant fixé sur le regard du personnage. Dany Boon précise que le doublage est assez technique puisqu’il faut rester spontané, dans une forme de jeu tout en respectant le cadre bien précis de la bande rythmo du studio d’enregistrement. Charlotte Hervieux ne laisse pas de place à l’improvisation mais parle de compromis entre le respect de l’oeuvre et sa sensibilité personnelle pour incarner Elsa. Le phrasé de son personnage a amené la comédienne dans les graves, pour être raccord aux mouvements de sa bouche. Au contraire de Dany Boon, qui s’est permis quelques petites libertés comme changer l’appelation française « tornadette » qui était prévue pour dénommer l’esprit du vent, et qu’il a souhaité changer par « courant d’air ». Mais il rappelle que l’émotion est primordiale par la sincérité, notamment dans une scène dramatique à la fin du film.

Les voix françaises de La Reine de Neiges II reviennent sur la rapidité d’exécution du doublage. Les comédiennes ont découvert les chansons originales le même jour puis ont passé quelques après-midis à les répéter en français pour finir par les enregistrer en une à deux journées seulement. En moyenne, elles y ont passé une petite semaine, répliques parlées et chantées comprises.

Articles en lien

Les avant-premières La Reine des Neiges II

Akibe Kone

Frozen Celebration : la saison givrée de Disneyland Paris

Florian Mihu

Caissie Levy et Patti Murin annoncent leur départ de Frozen à Broadway

Victoria Richard

En poursuivant votre navigation sur Disneyphile, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. Je comprends En savoir plus