Disneyphile
Image default

La Tragédie – Critique du Chapitre 14 de The Mandalorian

C’est un épisode un peu spécial qui nous a été proposé ce 4 décembre 2020 sur Disney+. Sixième acte de la saison 2 de Star Wars : The Mandalorian, « La Tragédie » arrive juste après une aventure riche en révélations la semaine passée. Dans un format exceptionnellement court, le Chapitre 14 réussit à convaincre sans pour autant exceller, grâce à une structure narrative digne d’une campagne de jeu vidéo Star Wars. Il y a là de quoi tenir effectivement une bonne demi-heure mais pas plus. Construite autour d’une impasse, l’histoire parvient malgré tout à faire bouger les lignes du récit global de la saison 2.

Un Chapitre 14 qui préfigure un final épique

Avec plusieurs développements majeurs, beaucoup d’éléments qui amuseront les fans de Star Wars de longue date et un tissu conjonctif dans la première saison, ce n’est pas l’épisode le plus important de cette saison, loin de là, ni le plus spectaculaire, mais il constitue un point d’étape important dans cette deuxième partie de saison 2 et change totalement la donne sur la suite des événements qui attendent Mando et ses amis. Reprenons le fil de cet épisode…

la tragédie

Ainsi, comme l’a conseillé Ahsoka Tano la semaine dernière, Mando (Pedro Pascal) et Grogu – dont la relation père-fils ne fait que s’amplifier manifestement – arrivent au temple Jedi en ruine sur Tython (une planète mentionnée pour la première fois dans le jeu vidéo Star Wars: Rebellion en 1998 et qui est impregnée d’une Force dit-on pure et puissante). Deux choses sont évidentes au début de « La Tragédie ». Dans le Razor Crest, Mando développe un instinct paternel beaucoup plus évident, révélant ses émotions au fur et à mesure qu’il essaye de développer les compétences dans la Force de son petit protégé ; les pouvoirs de Grogu s’accroient à mesure qu’on le suit depuis le début de la saison bien que sa compréhension de qui il est et pourquoi il est important, reste encore un mystère primordiale de cette saison, mais qui ne devrait pas tarder à être éclairci.

Grogu sur Tython

Nos héros arrivent sur la planète près de l’édifice dont il ne subsiste que quelques pierres sacrées. Grogu découvre enfin comment interagir avec la pierre de vision du temple. Cela l’enferme dans une sorte de champ de Force bleu tourbillonnant, dont Mando ne peut pas interrompre le processus tant la puissance qui en émane est élevée. Mais c’est une mauvaise nouvelle pour lui lorsqu’il aperçoit un vaisseau – semble-t-il ennemi – très familier pénètrer dans l’atmosphère. Le Slave I, le célèbre vaisseau de Boba Fett (Temuera Morrison), personnage qui avait été un peu oublié depuis sa réapparition (sa résurrection dirons-nous même ?) dans le Chapitre 9, se pose près du temple. Et ce Chapitre 14 constitue officiellement sa grande révélation au public après son caméo où son nom n’avait pas été mentionné.

la tragédie

Après un affrontement sur le flanc de la colline du Temple, Boba Fett explique à Mando qu’il revient pour récupérer ce qui lui appartient de droit (et de par son sang), l’armure que portait Cobb Vanth et que ce dernier a confié à Mando. Et c’est tout à faire compréhensible en un sens sauf pour Mando qui manque d’informations. Il pense que ce serait une violation du Credo et se refuse à la lui donner car il n’est pas mandalorien qui plus est. Cette impasse contraint Boba Fett à placer la barre des menaces un peu plus haut. Il révèle qu’il a un tireur d’élite sur la crête visant directement Grogu. Le tireur d’élite ne vous sera pas inconnu puisqu’il s’agit de Fennec Shand (jouée par Ming-Na Wen) que l’on a déjà aperçu dans la première saison. Cet échange éprouvant est interrompu par l’arrivée d’un transporteur impérial bourré à souhait de Stormtroopers, prêts à en découdre avec ce petit monde manifestement. Souvenez-vous que le vaisseau de Mando avait été balisé deux épisodes plus tôt par des agents à la solde du camp de Moff Gideon. Din Djarin tente alors de récupérer Grogu mais est projeté une nouvelle fois par son champ de force, tandis que Boba et Shennec se défendent contre les soldats. Des combats à l’arme blanche de Boba sont mis en avant et notre chasseur de primes a eu le temps de développer ces techniques dans le désert de Tatooine quand il était privé de son armure. Mais quand il songe justement à la récupérer lui-même dans le Razor Crest durant toute cette agitation, les choses prennent une toute autre tournure et le spectacle est tout simplement jouissif pour un fan de Star Wars et de ce personnage en particulier.

Le retour de deux personnages importants dans « La Tragédie »

Finalement, la cause de tous ces combats reste souvent la même : protéger l’Enfant, qui représente aux yeux de beaucoup de monde, une cause manifestement très noble. En ce sens, l’épisode permet aux enjeux de la saison 2 de s’élever un peu plus. La cause de Mando devient progressivement celle de beaucoup de personnages qui gravitent autour de lui. Le Chapitre 14 : « La Tragédie » propose un développement scénaristique finalement très proche d’un un épisode de télévision faisant de lui une aventure beaucoup plus sérialisée que d’habitude. Une fois les dizaines de Stormtroopers chassés par Boba Fett, le Razor Crest est détruit intégralement et soudainement par le croiseur impérial de Moff Gideon (Giancarlo Esposito) en orbite autour de la planète. C’est alors que nous assistons enfin au déploiement des derniers « jouets » de ce haut gradé de l’ex-Empire. Les fameux Dark Troopers, des droïdes de combat expérimentaux qui sont apparus dans l’Univers Légendes via le hit vidéoludique Star Wars : Dark Forces (1995), mais aussi dans le jeu Star Wars : Commander (2014), sortent enfin du vaisseau.  Ils parviennent à se saisir de Grogu endormi – l’utilisation de la Force le fatigue grandement – avant que Mando ne puisse retourner au sommet du Temple. La petite créature est enlevée et restituée à Moff Gideon. Nous n’avons vu que peu de choses des capacités de ces droïdes de combat pour le moment : il y a de fortes chances pour qu’ils reviennent plus tard et montrent l’étendue de leurs talents.

la tragédie

Heureusement, après avoir prouvé sa lignée et revendiqué officiellement son armure (évoquant le fait que son père ait combattu aux côtés de la grande armée mandalorienne), Boba explique qu’il a une dette envers Mando, car il a promis d’aider à protéger Grogu en échange de cette armure. Dès lors, Fennec étant redevable elle aussi à Boba de l’avoir sauvé en plein désert, cela apporte à Mando deux nouveaux alliés très utiles puisque fins combattants au corps à corps pour l’un et à distance davantage pour l’autre. Mando retourne avec eux voir Cara Dune (Gina Carano). Elle est maintenant le Marshall officiel de la Nouvelle République sur Navarro. Mando lui demande si elle peut l’aider à rechercher Migs Mayfeld, le tireur d’élite mercenaire de la saison 1. Mando a besoin de lui pour localiser le croiseur de Moff Gideon, ce qui signifie que nous retrouverons très probablement l’acteur Bill Burr la semaine prochaine.

Giancarlo Esposito crève l’écran

Le Chapitre 14 : « La Tragédie » se termine à bord du vaisseau de Moff Gideon avec un Grogu (plus féroce et inquiétant que jamais) se défendant contre deux StormTroopers dans sa cellule en essayant de les étouffer à distance, ce qui a l’air d’amuser Moff Gideon. Tentant de les étrangler, il finit par les projeter contre les murs de la cellule violemment mais pas assez pour les tuer, ce qui nous interpelle. Grogu maîtrise un peu sa colère à priori mais pour combien de temps, de quoi nous rappeler les craintes évoquées par Ahsoka la semaine dernière sur la façon dont ses émotions et ses pouvoirs se mélangeant peuvent le rendre vulnérable au côté obscur de la Force. Moff Gideon semble reconnaître ce glissement vers la colère des Jedi. Agenouillé devant lui, il lui montre le Sabre Noir et lui explique qu’il encore trop tôt pour lui de manier cette arme, avant d’ordonner à ses soldats de le paralyser et de l’enchaîner. Il demande enfin à contacter le Dr Pershing pour lui remettre Grogu, futur donneur de sang si l’on en croit ce qui a été relaté dans les épisodes précédents.

la tragédie

De cet épisode, il faudra peut-être d’abord tirer la performance exceptionnelle de Temuera Morrison qui apporte à Boba Fett une fureur et une rage explosive qui n’avaient jamais encore été montrées dans les films. L’ancien chasseur de primes de l’Empire se bat comme un homme possédé, détruisant, c’est le mot, tout ce qui l’entoure, et prenant le contrôle de la situation d’une manière si singulière. Paradoxalement, son code de l’honneur issu de la culture mandalorienne est on ne peut plus respectable. Cet hommage a toujours des valeurs malgré une vie où la violence régnait en maîtresse. Il est évident que Jon Favreau a souhaité réhabiliter ce personnage en lui offrant une seconde chance dans la série, lui qui, rappelons-le, a été battu de façon presque ridicule par un Han Solo à moitié aveugle avec un simple bâton dans Le Retour du Jedi… Il se bat ici avec un bâton Gaderffii, une arme de combat rapproché utilisée par les Pillards Tuskens. Quand il reprend le contrôle de son armure, c’est peut-être encore plus spectaculaire, tant il maîtrise à la perfection tous ses outils et ses subtilités. C’est probablement de tous ces que les fans attendaient de ce personnage depuis fort longtemps !

Robert Rodriguez propose une demi-heure d’action dans « La Tragédie »

Le retour de Fennec est aussi très intéressant car elle joue un rôle assez important ici. On devine également un peu la suite des événements avec le probable retour de Bo-Katan. Vous l’aure compris, cette série est peut-être la seule du moment à captiver autant son public. Il reste seulement deux épisodes et sans aucun doute, ils promettent beaucoup d’action vu tous les enjeux posés. Autre personnage important de l’épisode, celui de Moff Gideon, qui est plus terrifant que jamais. L’interprétation qu’en propose Giancarlo Esposito est tout bonnement transcendante. L’acteur, l’un des plus doués de sa génération, se fond dans son personnage avec une aisance déconcertante et apporte un jeu si subtil qu’on ne peut qu’admirer, même s’il n’apparaît que quelques minutes. Il crève l’écran et s’inscrit directement dans la lignée des plus grands méchants de la saga.

Enfin, qui aurait deviné un jour que le réalisateur Robert Rodriguez s’invite dans l’univers Star Wars ? C’est désormais le cas. De Spy Kids à Sin City en passant par Alita : Battle Angel, le cinéaste sait mettre en scène l’action et le prouve dans le Chapitre 14 : « La Tragédie ». Cet épisode est visuellement très excitant et comporte certaines des scènes d’action les plus intenses de toute la série à ce jour. Malgré sa courte durée, l’épisode (qui n’est pas un épisode de remplissage pour le coup) arrive à nous garder en haleine, exploitant à bon escient chacune de ces 33 minutes. Bien qu’une bonne partie de l’épisode soit essentiellement une scène d’action prolongée, ce n’est pas une mauvaise chose, en particulier au moment où vous découvrirez le « vrai » retour de Boba Fett. Après les prouesses offertes par Ahsoka, dans un tout autre style, cet épisode peut devenir le préféré de bon nombre d’entre vous et promet surtout un final grandiose pour cette saison 2.

© Disneyphile 2021 / Tous droits réservés / Reproduction interdite

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.