Disneyphile
Image default
Reviews

Le Marshal – Critique du chapitre 9 de The Mandalorian

Pour la première fois depuis l’année 2014, Lucasfilm Ltd. mise sur une série télévisée pour occuper l’espace médiatique de l’année 2020 auprès des fans de la saga Star Wars. De 2015 à 2019, il est vrai, le studio fondé par Lucas sortait chaque année un long-métrage événement dans les salles de cinéma. En cette fin d’année, c’est la saison 2 de The Mandalorian qui occupe tous les esprits sur Disney+. Et tant mieux d’une certaine manière puisque les salles de cinéma sont fermées ou referment aux quatre coins du monde. À grands renforts de merchandise, Disney espère faire l’événement avec les nouvelles aventures de Mando et de l’Enfant et confirmer le succès grandissant d’une série, qui est devenue la marque phare de la plateforme de Mickey depuis la création de celle-ci.

“Le Marshal”, l’épisode le plus épique de la série jusqu’à aujourd’hui

Après avoir visionné le premier épisode de la saison 2 de The Mandalorian (lancé le 30 octobre sur Disney+), force est de constater que son créateur Jon Favreau a sans aucun doute imaginé quelque-chose d’aussi ambitieux qu’un long-métrage Star Wars, si ce n’est plus même, tant le spectacle est impressionnant d’un bout à l’autre dans un épisode de moins d’une heure, qui passe à vive allure et se veut riche en révélations et scènes épiques. Le cadre est posé : cette saison 2 promet à la fois de nombreuses surprises et un divertissement de taille. L’équipe créative de la série a choisi de prolonger tout d’abord la numérotation des épisodes précédents de la saison 1. Ainsi, ce premier épisode introductif de la saison 2 est le chapitre 9 de la série, et s’intitule “Le Marshal”.

le marshal

Le développement qui suit contient forcément un certain nombre de divulgâchis. Si vous n’avez pas encore vu cet épisode, passez votre chemin… Telle est la voie ! Il débute ainsi par une scène très sombre et tout en subtilité, comme nous a habitué Jon Favreau depuis la saison 1 (il réalise l’épisode également ici). Din Djarin (incarné par le brillant Pedro Pascal) et l’Enfant qui se sont échappés des griffes de Moff Gideon. Le Mandalorien a désormais une mission, retrouver le peuple de l’Enfant et le remettre aux siens, une mission qui a pris une plus grande ampleur quand l’Armurière lui a fait savoir qu’il était désormais le père spitirituel de ce petit être. Pour arriver à ses fins, Mando enquête dans la galaxie, ce qui l’amène à rencontrer Gor Koresh (joué par l’acteur John Leguizamo), chef criminel d’une pègre organisée, qui finance également des combats clandestins entre gamorréens. La scène se déroule dans une arène de combat. Le but de Din Djarin est d’obtenir des informations sur d’éventuels mandaloriens circulant dans la galaxie, et qui pourraient l’aider dans sa quête, lui qui a perdu beaucoup des siens dans la première saison, souvenez-vous.

Mando et l’Enfant sur Tatooine de nouveau

Mais les choses ne se passent pas comme prévu et Gor le menace pour récupérer sa nouvelle armure en fer Beskar. Bien évidemment, l’issue du combat qui oppose le Mandalorien aux hommes de main de Gor est assez facile à deviner. Leur chef, qui finira mal, dilvulgue quelques informations à notre mercenaire, ce qui amène (ramène dirons-nous plutôt) ce dernier sur la planète Tatooine. Son but est de retrouver un homme (peut-être mandalorien) portant une armure de son peuple. C’est dans le petit village de Mos Pelgo qu’il trouve un shérif (d’où le titre de l’épisode) portant une armure abîmée qui, manifestement, ne lui appartient pas. Son nom ? Cobb Vanth (joué par le charismatique Timothy Olyphant). Pour celles et ceux qui suivent également la saga Star Wars dans les romans, il vous sera peut-être familier puisque cet humain est apparu pour la première fois dans le livre Star Wars : Riposte écrit par Chuck Wendig et paru en 2015.

le marshal

Se retrouvant nez à nez avec lui dans une cantina de fortune, Mando exige qu’il enlève son armure, qu’il n’est pas digne de porter, et qui revient de droit à notre héros. Mais le shérif refuse et lance un duel dans l’estaminet. Mais avant que les deux personnages ne se décident à dégainer leur arme, ils sont interrompus par une créature géante qui traverse la ville prospère. Ce dragon Krayt fait trembler les murs et menace les installations de la bourgade et ses habitants. Il sort de ses repères désertiques pour venir se nourrir du bétail élevé dans cette localité. Cobb admet alors à Mando que son armure lui permet de protéger Mos Pelgo et ses habitants de ce dragon. Il est également respecté par les Jawas qu’il protège aussi. L’épisode “Le Marshal” fait un lien avec la trilogie de romans Riposte dans lesquels est apparu Cobb, bien que des informations ne concordent pas sur la façon dont notre shérif s’est procuré cette armure de combat mandalorienne, qui ne vous sera pas inconnue.

Un épisode réalisé de main de maître

Cobb passe alors un marché avec Din. Si ce dernier aide à tuer une bonne fois pour toutes le dragon, le shérif s’engage à lui remettre l’armure, sans poser de questions. Les voilà donc embrigadés dans une mission folle et périlleuse dans le désert aride de Tatooine à la recherche d’une créature dangereuse. Mando sait qu’il ne pourra pas y arriver seul avec Cobb et il joue les diplomates pour établir la paix entre les Hommes des Sables et le peuple humain de Mos Pelgo, et en particulier Cobb, qui a tué un certain nombre de Tusken par le passé. Dans les discussions avec ces nomades, Mando s’engage également à faire intervenir les habitants de Mos Pelgo pour en venir à bout du dragon. S’en suit une séquence divinement bien écrite et réalisée où deux peuples que tout oppose, menés par Mando et Cobb, s’allient pour faire sortir de sa tanière ce dragon Krayt, qui menace les intérêts de chacun.

le marshal

Pour rendre encore plus spectaculaire cette séquence de “Le Marshal’, Jon Favreau emploie des moyens techniques exceptionnels, ouvrant le format habituel du Cinémascope à un 16:9 digne des salles de cinéma les plus à la pointe comme l’IMAX. L’enjeu est d’immerger complètement le téléspectateur dans un enchaînement de plans d’action qui, par la maestria de Jon Favreau et Industrial Light & Magic, n’aurait rien à envier à toutes les scènes d’action emblématiques connues jusqu’à maintenant dans les grandes séries du petit écran. La leçon est clairement donnée à la concurrence. Il y a là un véritable tour de force artistique, qui place d’ores et déjà la saison 2 de The Mandalorian à un niveau d’ambition plus élevé que les épisodes précédents.

Mando s’est trouvé de nouveaux alliés

L’intelligence d’écriture de “The Marshal” réside aussi dans la capacité de Jon Favreau à véhiculer un déroulé narratif à la fois simple et lisible mais avec un soin qui rend l’ensemble bien plus édifiant. La subtilité est toujours importante avec Din Djarin qui imagine un plan d’attaque très ingénieux contre le monstre. On retrouve alors les aptitudes du guerrier mandalorien, à la fois dans la réflexion comme dans la mise en œuvre de l’acte. Même si cet épisode ne permet pas nécessairement à notre héros de véritablement avancer dans sa quête pour l’Enfant (qui est toujours à ses côtés), il est l’occasion pour Mando de se faire de nouveaux alliés, dont il aura peut-être besoin par la suite, à savoir Cobb Vanth et les Hommes des Sables. Il démontre aussi sa capacité intrinsèque de leader à la force tranquille.

le marshal

Après un retournement de situation avec la créature, Mando prend les choses en main pour un ultime face à face explosif. Et nous sommes forcément remués à l’issue du combat incertain. Mais “Le Marshal” ne s’arrête pas à une simple armure en terme de surprise. Le “cliffhanger” final nous amène à retrouver ni plus ni moins que l’ancien propriétaire de la fameuse armure dont vient de faire l’acquisition Din Djarin, qui repart on ne sait où pour continuer à retrouver des membres de son peuple. Boba Fett apparaît sur le tout dernier plan de l’épisode, sous les traits de Temuera Morrison (qui avait incarné le père de ce personnage dans la prélogie souvenez-vous). On retrouve un (ex ?) chasseur de primes au visage abîmé par ses différentes confrontations et notamment celle du Sarlacc… Mais il a survécu ! Comment ? Nous le saurons (peut-être) dans les épisodes suivants puisqu’il observe depuis une dune Mando (toujours avec l’Enfant) qui quitte ses nouveaux amis. Forcément, une question se pose : Boba Fett veut-il récupérer son armure ? Sera-t-il un futur allié ou un ennemi de Mando ?

Le cliffhanger qui ravira les fans dans “Le Marshal”

Le chapitre 9 de The Mandalorian regorge de bonnes surprises. Personne ne s’attendait à un tel format compilant à la fois action effrénée et installation d’au moins un arc narratif important pour la suite de la saison 2. N’oublions pas l’humour, présent de manière très ponctuelle, et la douceur qu’amène l’Enfant, spectateur de ces événements. Nous pourrons nous identifier facilement à lui avec ses yeux de bambin et nous émerveiller devant cet épisode introductif qui donne le ton épique. Certes, cet épisode propose un certain nombre d’images déjà vues dans la campagne de promotion de la saison 2 mais la façon dont elles sont présentées ici n’est pas forcément prévisible. Au-delà du cliffhanger, la véritable bonne surprise est la performance de Timothy Olyphant (qui amène le même charisme que dans la série Deadwood), qui forme un duo très intéressant avec Pedro Pascal, comme deux frères qui ont su dès le départ trouver une accroche. Il est aussi fort appréciable de retrouver quelques instants le personnage de Peli Motto jouée par Amy Sedaris.

pely motto

À ce stade, le peu d’éléments révélés dans ce premier épisode “Le Marshal” ne nous permet pas de nous projeter sur la suite des péripéties que vont vivre Mando et l’Enfant, même si on sait qu’ils croiseront de nouveau le chemin de Cara Dune, Greef Karga et probablement le Grand Moff Gideon. Mais impossible de dire où et comment pour le moment. Enfin, la saison 2 de cette épopée empruntant toujours autant les codes du space western, réserve encore un certain nombre de surprises pour les fans… On espère donc que tous les autres épisodes seront au même niveau que “Le Marshal” qui restera dans les annales !

Copyright © Disneyphile 2020 / Tous droits réservés / Reproduction interdite