Disneyphile
Image default
Reviews

La Jedi – Critique du chapitre 13 de The Mandalorian

Le retour d’un personnage adoré des fans, presque douze années après sa première apparition sous forme animée, et des révélations sur l’Enfant. C’est ce qui vous attend dans ce nouvel épisode de Star Wars : The Mandalorian… Mais pas que ! Le chapitre 13 intitulé “La Jedi”  met fin à des mois de rumeurs et de spéculations et offre par la même occasion plus d’indices non seulement sur le futur de cette série mais aussi sur l’univers global de Star Wars sur Disney+, amené logiquement à s’étendre. Le public attendait beaucoup donc de cet épisode charnière de la saison 2 et n’a pas été déçu. Il tient ses promesses et va même au-delà de nos espérances.

L’épisode qui fera date

Depuis la diffusion du chapitre 12 sur Disney+, les fans anticipaient le retour (longtemps annoncé) du personnage d’Ahsoka Tano, qui n’était apparue auparavant que sous forme animée ou dans l’univers littéraire de Star Wars. La toute première apparition en chair et en os de la Jedi, interprétée par Rosario Dawson, permet de lui faire honneur tout en reconnectant des intrigues disparates de l’univers starwarsien plus étroitement que jamais. Mando (Pedro Pascal) la cherche en effet, après avoir été aidé par Bo-Katan qui la connait, pour lui remettre sa créature verte miniature.

la jedi

Après quelques manœuvres scénaristiques plus ou moins intéressantes, Jon Favreau offre (le mot n’est pas galvaudé) aux fans enfin ce qu’ils veulent cette fois-ci. En dépit de cela, on peut aussi faire le constat de l’arrivée peut-être un poil trop précipité de Ahsoka dans cet épisode à l’ambiance (au départ) calme et atmosphérique, déclenchant ses doubles sabres laser blancs dans une scène d’action imprégnée de brouillard avant même que nous retrouvions Din Djarin et l’Enfant. Cette introduction d’un autre ordre par rapport au reste de la série montre à quel point Dave Filoni, le réalisateur de “La Jedi” ne fait simplement qu’adapter un scénario mais se l’approprie. Qui était par ailleurs plus apte à mettre en scène ce chapitre 13 que le créateur de Star Wars : The Clone Wars ? Si l’arrivée de l’héroïne de manière aussi frontale pourra surprendre, force est de constater qu’elle est pleinement réussie. Le maquillage et l’interprétation que propose Rosario Dawson tout au long de l’épisode sont absolument bluffants. Le poids des années sur le personnage se ressent par ailleurs. Mieux, on sent que Ahsoka est là où elle devrait être à ce moment donné et que le déroulé de son propre parcours se fait de la manière la plus naturelle qui soit.

Rosario Dawson est la Jedi

Ahsoka Tano a donc décimé une partie de la milice de la cité, qui la pourchassaient, et a demandé à ses gouverneurs de se rendre et libérer les lieux. Elle a promis par ailleurs qu’elle reviendrait d’ici 24h. En attendant, elle continue à se cacher telle une ermite dans les bois. Le Razor Crest se pose donc près de la cité forestière de Calodan sur la planète Corvus espérant trouver la Jedi et achever sa mission. Cette ville barricadée par une milice tyrannique est dirigée par une femme qui répand la terreur, torture des villageois et instille la peur de tous les habitants, vivant sur le chaos semé par la guerre et profitant des reliques de l’Empire pour prospérer. Mando cache l’Enfant sous sa cape et se rend aux portes de Calodan. Là il découvre une société menée par l’autoritarisme de la Magistrate. Cette dernière demande à le voir dès son arrivée et lui confie la mission d’exterminer Ahsoka Tano, en échange de quoi elle lui offrait une lance en beskar massif. Mando fait mine d’accepter mais utilise en réalité la Magistrate pour arriver à ses fins et retrouver la Jedi pour lui remettre l’Enfant.

la jedi

Avec les instructions des tyrans, il part à la recherche d’Ahsoka mais c’est elle qui le trouve. La querelle entre les mandaloriens et les Jedi ressurgit et Ahoksa affronte celui qui la traque. Le spectacle est bref mais intense. L’agilité de la Jedi face à la brutalité et les gadgets de Mando sans oublier la résistance du Beskar aux sabres laser : on vibre ! Mais ce dernier lui avoue qu’il a été envoyé par Bo-Katan, ce qui arrête immédiatement les hostilités.

Mando et l’Enfant rencontrent Ahsoka Tano

Ahsoka est tout de suite attirée par l’Enfant. La Jedi explique alors à Mando qui est la Magistrate, qui dirige l’horrible et inhospitalière ville de Calodan. Elle lui apprend qu’il s’agit d’une sorte de juge et répond au nom de Morgan Elsbeth (Diana Lee Inosanto). Elle a aidé l’Empire à construire des Destroyers Stellaires et semble toujours y participer, servant ce qu’il reste de ce régime (l’état des forêts autour d’elle le prouve). Cela ressemble à une forme de friche chimique, à en juger par les armures portées par les gardes. Si Morgan se détend à l’intérieur de sa jolie résidence, les habitants quant à eux sont reclus chez eux et sont torturés par des décharges électriques. Quoi qu’il en soit, Ahsoka commence à communiquer et travailler avec l’Enfant. Elle ne prononce aucune phrase mais on sent bien qu’une connexion puissante se forme entre eux, tandis que Mando assiste à cela comme un spectateur. Ahsoka révèle que les deux peuvent vraiment ressentir les idées de l’autre et révèle aussi et surtout que l’Enfant a un vrai nom, il s’agit de Grogu. “Grogu ?” répond un Mando confus, comme tout le monde parmi les téléspectateurs, auquel Ahsoka clarifie que c’est bien son vrai nom. Évidemment il y a peu de chances pour que le fandom débaptise l’Enfant avec son pseudonyme Bébé Yoda mais au moins, on connait son nom officiel.

la jedi

Quoi qu’il en soit, l’épisode 5 de la saison 2 de The Mandalorian contient des révélations supplémentaires liées à l’arc narratif de Grogu, qui font considérablement avancer l’histoire. Ahsoka révèle qu’il a été élevé sur le temple Jedi de Coruscant – la capitale de la galaxie lointaine, très lointaine – et a été éduqué par de nombreux Maîtres. Après la montée de l’Empire, Grogu fut caché, puis récupéré par une personne du Temple Jedi. Seul et égaré pendant plusieurs années, Grogu a caché ses pouvoirs au fil du temps pour survivre. C’est pourquoi son utilisation de la Force n’est pas totalement maîtrisée, car ses talents s’estompent à cause de l’inutilisation et de l’inquiétude qui se développe en lui. Il a aussi omis une partie de son passé. Son histoire est finalement sombre et traumatisante. Le poids des événements de la saga pèse sur ce petit être qui nous avait été présenté durant une saison et demi comme une créature espiègle et épanouie. Or, ce n’est pas le cas et l’Enfant trouve d’ailleurs en Mando un père de substitution. Il réussit à maîtriser un peu la Force qui est en lui quand Mando lui demande alors que c’est pas le cas avec Ahsoka, qui préfère ne pas le former davantage, de peur qu’il lui échappe et prenne le risque de basculer dans le Côté Obscur de la Force, du moins, c’est ce qu’elle imagine, rappelant que certains Jedi y ont succombé par le passé (sans pour autant citer son Maître, Anakin Skywalker, devenu Dark Vador par la suite).

La vérité sur l’Enfant

Ahsoka refuse donc de l’entraîner, car elle a peur de la piste que Grogu pourrait emprunter à cause de l’inquiétude, de la colère et du ressentiment en lui. Le parallèle de cette scène avec une grande partie de l’intrigue de Star Wars : Les Derniers Jedi est trouvé. Souvenons-nous des réticences de Luke Skywalker (Mark Hamill) pour entraîner Rey (Daisy Ridley) parce qu’il avait vu ce qui s’était passé avec Kylo Ren (Adam Driver) quelques années plus tôt. Mais Mando tente le tout pour le tout en concluant un accord avec Ahsoka. Il lui promet de l’aider à se débarrasser de Morgan et de sa milice, en échange de quoi Ahsoka pourrait poursuivre la formation de Grogu. Ahsoka note que Mando est devenu comme un père de Grogu – c’est lui qui est en mesure d’amener Grogu à utiliser ses pouvoirs, contrairement à Ahsoka – et qu’il devrait emmener l’Enfant à Tython, l’endroit où se trouvent des ruines d’un Temple Jedi. Elle pense que Grogu devrait résoudre son parcours personnel, ce qu’il peut faire sur Tython en puisant dans les énergies. Si il se dirige vers la bonne voie, son appel sera entendu par une(e) autre Jedi. Sinon, Mando devra continuer à s’en occuper manifestement.

De plus, l’univers de Star Wars : The Mandalorian semble s’approfondir lentement mais sûrement avec l’éventualité d’un ou plusieurs spin-off(s), qui pourrait faire intervenir de nouveau Bo-Katan et/ou Ahsoka. Une autre preuve qui conforterait cette idée se situe à l’afin de “La Jedi”. Ahsoka ayant gagné son combat contre Morgan nous apprend qu’elle était à la recherche du maître de cette dernière, le Grand Amiral Thrawn, qui faisait également partie de Star Wars Rebels. Ahsoka a donc son propre parcours personnel à suivre, tout comme Bo-Katan… Après une très belle scène de bataille dans la ville, Mando s’est fait une nouvelle alliée, une Jedi qui plus est ! Il convient avec Ahsoka qu’il est mieux d’amener l’Enfant lui-même à sa nouvelle destination, Tython, se situant au milieu de la galaxie, alors que Mando a tout le temps évolué dans la Bordure Extérieure, l’endroit où le danger est moindre. Qu’est-ce qui attend le Mandalorien et Grogu dans ce lieu ? Moff Gideon sera-t-il là pour les accueillir ? L’épisode s’achève sur un plan somptueux de Ahsoka.

Des révélations en chaîne

Bien qu’il s’agisse d’un épisode qui risque parfois de dérouter ceux qui n’ont pas suivi les aventures passées d’Ahsoka notamment dans Star Wars Rebels, l’histoire est assez facile à suivre même si certaines références sont susceptibles de ne pas être forcément comprises de tous. En revanche, il ne s’agit clairement pas d’un chapitre autonome comme la série nous a souvent habitué car il fait de nouveau avancer l’histoire et donne à Din Djarin une nouvelle mission et un nouveau but dans une saison 2 décidément riche en révélations et rebondissements.

Visuellement, “La Jedi” impressionne par sa beauté. Dave Filoni aborde cet épisode avec une sensibilité très personnelle, s’inspirant du monde des samouraïs pour proposer un acte très original dans cette saison. Et ce n’est pas une grande surprise quand on sait que le réalisateur avait décrit Ahsoka comme “une sorte de samouraï errante”. À ce stade, il est évident que Lucasfilm se doit de donner au cinéaste l’occasion de raconter d’autres histoires dans des formats encore plus ambitieux comme le grand écran. Dave Filoni est définitivement le digne héritier de George Lucas. Difficile de faire mieux dans la manière de proposer une aventure avec toujours autant de fraîcheur sans pour autant renier le passé, les codes et tout en apportant une cohérence scénaristique globale à la saga. Il faudra aussi souligner le soin avec lequel il dirige ses comédiens et travaille la direction artistique (la photographie de “La Jedi” est absolument divine). Jon Favreau excelle comme showrunner de la série mais le destin de Filoni est probablement encore plus grand au sein de Lucasfilm. Du moins, on l’espère. Il permettrait en tout cas d’apporter une vraie vision sur le long terme à tous les futurs projets du studio.

Dave Filoni s’inspire des samouraïs dans “La Jedi”

Bien que le chasseur de primes passe souvent au second plan dans cet épisode très spécial, il forme avec Ahsoka une équipe de choc qu’il nous tarde de revoir. Toutes les révélations sur l’Enfant sont un bonus non négligeable. Et la prestation de Rosario Dawson dans la peau de Ahsoka Tano, succédant dignement à l’actrice Ashley Eckstein dont la voix restera à tout jamais emblématique, ne peut que nous réjouir sur le suite. Ajoutez à cela de solides performances offertes par les seconds rôles portés par Diana Lee Inosanto et Michael Biehn, et vous obtenez un épisode historique dont les fans parleront durant des années, et qui fera référence. Répondant à beaucoup de questions et en créant d’autres, ce chapitre 13 ne laisse pas entrevoir malgré cela de temporalité particulière, si bien qu’on ignore totalement quand ces questions seront résolues. Mais Jon Favreau et Dave Filoni font un travail impressionnant en trouvant continuellement de nouvelles façons de maintenir l’excitation autour de cet univers de semaine en semaine.

la jedi

Conte passionnant, épisode qui fera date de par ses révélations, grande aventure Star Wars, “La Jedi” combine à la perfection les genres et démontre à quel point les créateurs de la série s’amusent autant qu’ils restent exigeants dans leur façon d’aborder la saga de George Lucas. Le chapitre 13 ouvre un pan entier de la mythologie de cet univers et nous présente pour la première fois une Ahsoka Tano en chair et en os, terriblement attachante.

Copyright © Disneyphile 2020 / Tous droits réservés / Reproduction interdite