Disneyphile
Image default
News

Soaring Fantastic Flight à Tokyo DisneySea officiellement ouvert

Nous vous en parlions il y a plusieurs mois. La nouvelle attraction Soaring Fantastic Flight est arrivée au terme de sa construction et a enfin ouvert ses portes aux visiteurs du parc Tokyo DisneySea le 23 juillet 2019. L’attraction au style bien caractérisé a été inaugurée en grandes pompes par Mickey, Minnie et la patineuse artistique japonaise Rika Kihira. Cette nouveauté s’inscrit dans le vaste plan d’expansion du Resort nippon étalé sur plusieurs années et qui comprend un land La Belle et la Bête ou encore un nouveau port sur les contes de fées Disney.

Soaring Fantastic Flight prend son envol

L’attraction loge au sein de la section Mediterranean Harbor de Tokyo DisneySea. Soaring Fantastic Flight est la quatrième version de l’attraction Soarin’ dans le monde. Elle prend une grosse partie de son inspiration de la célèbre attraction Soarin’ Around the World – tout en affirmant une certaine dépendance. La comparaison est finalement assez limitée. Et pour ses premiers voyages aux confins du globe, Soaring Fantastic Flight a créé l’émoi, affichant des temps d’attente exceptionnels allant jusqu’à 350 minutes. Le blog WDW News Today, qui a couvert l’événement sur place, rapporte qu’à 9h10, soit seulement dix minutes après l’ouverture du parc, tous les FastPass pour la journée étaient écoulés concernant cette attraction.

Soaring Fantastic Flight entrance

Comme à chaque ouverture d’une nouvelle attraction dans les parcs japonais, c’est la folie pure, tant l’excitation et la fréquentation sont immenses. Une fois n’est pas coutume, Tokyo Disney Resort a fait appel à l’une des célébrités de son pays pour accompagner Mickey et Minnie, tous les deux vêtus de tenues « molto italiano ». La patineuse artistique Rika Kihira, qui a remportée le Trophée NHK 2018 pour les Dames à Hiroshima la saison passée, a ainsi pu découvrir en première mondiale l’attraction.

Il museo del volo fantastico

Cette attraction prend une toile de fond un peu différente des précédentes versions puisqu’elle utilise d’une part un style de Renaissance italienne (à la sauce Las Vegas, il faut bien l’avouer) très original tout en offrant un vrai scénario. Les visiteurs sont plongés dans un lieu unique, le Musée du Vol Fantastique, dédié à tous les grands visionnaires qui ont rêvé de voler dans l’Histoire de l’Humanité. Le lieu fait la part belle à une certaine Camellia Falco, un nom que nous avons déjà aperçu chez Disney puisque ce personnage est mentionné dans le restaurant Tropical Hideaway de Disneyland à Anaheim. Fille de Cellino and Giuliana Falco, fondateurs du Musée du Vol Fantastique, Camellia Falco, a hérité de ce temple des rêves en 1850 selon l’histoire qui nous est narrée.

Camellia Falco

Innovatrice de son temps, elle fut la première femme à devenir un membre de la SEA, la Société des Explorateurs et des Aventuriers, une assemblée d’hommes et de femmes qui servent une « storyline » interconnectée entre plusieurs Parcs Disney. Lors de leur visite à l’intérieur du musée, les visiteurs pourront découvrir toutes les aventures vécues par Camellia avant d’embarquer pour sa dernière invention, un véhicule volant de l’époque de la Renaissance, baptisé « Dream Flyer », inspiré par les travaux de Léonard de Vinci. Morte en 1875, son esprit s’attarderait dans les salles du musée et lors d’une rétrospective spéciale de sa vie organisée en 1901, date fictive dans laquelle sont immergés les visiteurs, elle inviterait ces derniers à prendre un vol magique à bord de son invention.

Soaring Fantastic Flight file attente

La file d’attente de l’attraction regorge de détails tous plus inventifs les uns que les autres. Des hommages sont donc rendus à différents génies de l’histoire qui ont conçu voire même créé des machines volantes. Icar, Pégase, Archytas de Tarente, Besnier, les frères Montgolfier, Francesco Lana De Terzi… Tous les grands mathématiciens, philosophes, astronomes et autres penseurs de toutes les époques sont honorés dans ce passage obligatoire avant de rejoindre le « pre-show ». La file d’attente invite aussi à découvrir la vie trépidente de Camellia, ses tableaux, ses différents objets qu’elle a récolté durant sa vie, le tout dans de magnifiques salles aux volumes impressionnants.

Mickey Minnie Soaring Fantastic Flight

Bien que l’attraction en elle-même (dans deux salles de simulation de vol d’une capacité de 87 places) présente des scènes similaires avec les versions précédentes des films Soarin’, une nouvelle technologie visuelle est employée ici. Cette version propose également deux nouvelles scènes : la scène de vol dans Paris a disparu et s’est vue remplacée par des scènes dans Tokyo où l’on aperçoit en fond le Mont Fuji, la Tokyo Tower et le parc Tokyo DisneySea lui-même comme point d’orgue. Le compositeur lauréat d’un Emmy Award, Bruce Broughton, qui a créé les partitions d’autres attractions de Disney, telles que Soarin’, a également créé celle de Soaring Fantastic Flight.

Tokyo DisneySea : l’avenir radieux

Le « pre-show » de l’attraction est à saluer particulièrement, tant il regorge de surprises. Il nous fait faire la connaissance du Faucon de Camellia Falco, qui devient le guide des visiteurs durant le voyage aux quatre coins du globe. Des passages en Australie, en Tanzanie, dans le Sahara ou même au dessus de la Grande Muraille de Chine nous permettent de mieux apprécier la beauté de la planète bleue et de ses trésors naturels ou non. Si quelques transitions entre les scènes sont quelques peu hasardeuses, on oubliera ce détail grâce au fil rouge du Faucon. Il est désormais évident que cette version surpasse toutes celles déjà créées auparavant dans d’autres Parcs Disney, sauf si (il est bon de rêver), elle pourrait débarquer sur le sol français dans les années futures…

Pre show Soaring Fantastic Flight

Car, il est vrai, tous les défauts pointés du doigt par les fans dans les précédentes versions, à savoir, l’écran trop visible, des files d’attente peu immersives et sans cohérence ou encore les thèmes choisis (la version de Shanghai Disneyland n’est pas exceptionnelle), sont effacés grâce à Soaring Fantastic Flight, la nouvelle référence en la matière. L’avenir de Tokyo DisneySea est plus que radieux. Si aujourd’hui, le parc manque cruellement d’attractions pour réduire l’attente dans celles qui existent, ses prochaines expansions devraient résoudre ce problème et trouver le juste équilibre parfait. Si elles sont conçues avec le même engouement que Soaring Fantastic Flight, la même exigence, et l’investissement financier suffisant, il n’y a pas de doutes pour se dire que le parc restera une référence en terme d’expérience de par le monde pour encore de nombreuses décénnies.

Soaring Fantastic Flight Poster

Articles en lien

Tokyo Disney Resort ferme à son tour à cause du coronavirus

Florian Mihu

Fantasy Springs enchante Tokyo DisneySea

Florian Mihu

La Belle et la Bête prend vie à Tokyo Disneyland

Florian Mihu