Disneyphile
Image default
Films Disney

Deadpool sera-t-il toujours R-Rated chez Disney ?

C’est un cas complexe qui mérite qu’on s’y attarde. Les deux films Deadpool précédemment sortis et produit par la 20th Century Fox (qui était alors encore indépendante) ont su trouver leur public à tel point que Ryan Reynolds est devenu l’idole de nombreux fans pour son interprétation du mercenaire clownesque au cinéma, et qu’il serait aujourd’hui probablement impensable de trouver un autre comédien pour ce rôle. Ce personnage est devenu populaire aussi pour ce qu’il dégage et parce qu’il est clivant. Aux Etats-Unis, la trash-attitude de l’anti-héros Marvel a forcé les instances de la Fox à classer ses films « R-Rated » pour leur exploitation en salles (en d’autres termes, les enfants de moins de 17 ans devaient être accompagnés d’un adulte). En France, les films furent interdits aux moins de 12 ans. Si nous sommes assurés de revoir Deadpool d’une manière ou d’une autre comme l’a confirmé le PDG de Disney depuis le rachat de la Fox et donc des droits d’adaptation cinématographique du personnage, le reverrons-nous également avec cette étiquette « R-Rated » qui lui colle à la peau ?

Deadpool va-t-il devoir s’autocensurer chez Mickey ?

Depuis début août, les médias s’affolent : selon les dernières rumeurs, les studios Disney qui, via Marvel Studios, ont désormais la gouverne totale sur le personnage de Wade Wilson, réfléchissaient à la meilleure manière de maintenir son niveau R-Rated dans ses films en solos ou dans son univers propre tout en lui permettant de faire ici et là des incursions dans d’autres films appartenant cette fois-ci au Marvel Cinematic Universe (celui des Avengers), qui ne sont pas des films R-Rated. On classe ces derniers dans une autre catégorie d’après l’échelle érigée par la Motion Picture Association of America. Il s’agit du PG-13 : certaines scènes peuvent heurter les enfants de moins de 13 ans et l’accord parental est recommandé, le film étant déconseillé aux moins de 13 ans.

Deadpool Phase 5

La semaine passée, nous assistions à un véritable raz-de-marée de colère des fans de Deadpool. Un problème de traduction par certains organes de presse avaient engendré une confusion. En effet, des sites avaient affirmé alors que Deadpool devrait suivre la règle du PG-13 pour tous ses prochains films à venir sous l’égide de Disney, incluant donc ses films autonomes. Il n’en sera rien : Variety confirme que les studios de Walt étudient toujours la question et restent assez fixés sur l’hypothèse la plus probable, celle mentionnée plus haut. Selon le site, l’objectif du studio aux grandes oreilles est de maintenir ce qui fonctionne déjà depuis 2016 avec ce personnage sur grand écran. Cela vient donc corroborer les dires de Bob Iger, patron de la firme, qui affirmait au moment de l’acquisition des actifs de la Fox, que l’ancien pote des X-Men continuerait à évoluer dans un univers qui lui sied.

Deadpool Spider-Man

MCU ou pas MCU : telle est la question Wade

Parallèlement, Deadpool ne se refusera pas des invitations dans certains films du MCU. Dans tous les cas, qu’il s’agisse de ses films en solo (à savoir si oui ou non, ils feront partie du MCU justement à l’avenir) ou des films déjà planifiés de l’univers des Avengers, Eternals et autres Gardiens de la Galaxie, ils seront tous produits par un seul et unique label désormais, Marvel Studios. Selon nous, le personnage par sa force, pourrait très bien s’adapter à ces deux niveaux de lecture. Dans un film à tendance plus familial, il n’aurait de toute façon pas le beau rôle et ferait plus davantage figure de « guest-star » aux allures marketeuses. Il remplirait une mission de fan-service, permettrait sûrement à certains films Marvel Studios de mieux « se vendre » et se fonderait dans un discours plus édulcoré, à base de vannes bien senties – « Nous sommes dans un film PG-13 donc il va falloir que je fasse gaffe à mon vocabulaire » – lui qui, chose assez rare chez Marvel, peut se permettre de délirer directement avec les lecteurs dans les comics ou les spectateurs au cinéma en cassant le fameux quatrième mur.

Le juste équilibre entre PG-13 et R-Rated

Et bien évidemment, le Deadpool de Ryan Reynolds n’est pas menacé. De l’univers construit par la Fox depuis les années 2000, il ne restera que lui comme survivant au rachat, Marvel Studios espérant rebooter à la fois les X-Men et les Quatre Fantastiques dans son propre univers partagé. C’est justement, comme on vous le disait plus haut, l’habileté du « Mercernaire à la grande bouche » de pouvoir casser le quatrième mur qui est intéressante à exploiter. Ainsi, Deadpool peut aisément se balader d’un studio à un autre, d’un univers (celui des X-Men de la Fox) à un autre (celui des Avengers du MCU) sans que cela ne soit choquant d’un point de vue narratif. On est donc à peu près fixé sur la tournure que les événements vont prendre à l’avenir pour son cas : le sadisme et le non politiquement correct seront réservés probablement à ses aventures en solo et le farceur à toutes épreuves aura une place de choix dans l’esprit déjà très fun du MCU.

Deadpool PG13 R Rated

Autre question qui se pose est de savoir si les prochains films consacrés au mercenaire seront inclus dans le MCU ? Auquel cas, les deux premiers existants en feront-ils partie d’une manière ou d’une autre ? Deadpool est toujours très surprenant et peut tout nous annoncer. PG-13 ou R-Rated, nul doute que Disney ne souhaite pas gâcher le potentiel immense de ce personnage déjà installé dans l’inconscient collectif (et qui a, au passage, teasé son arrivée dans la phase 5 du MCU). Il serait trop risqué d’en faire une simple marionnette commerciale au prix d’une politique de l’image trop soignée. Il faut faire confiance en Bob Iger sur ce coup : la patron de Disney a assuré que le personnage ne subirait pas de retouches après le rachat de la 21st Century Fox, Inc. Prenons ça à la lettre et patientons… De son côté, David Leitch, réalisateur de Deadpool 2, a récemment déclaré que le troisième volet (si tenté qu’il soit annoncé) pourrait attirer un public davantage jeune et large. Le juste équilibre est à trouver.

Phase 4 Marvel
Phase 4 des Marvel Studios

Ce rachat pose forcément de ce genre de problèmes à élucider en interne. Disney réfléchit également en ce moment au cas de Jojo Rabbit qui met en scène une parodie d’Hitler, une oeuvre difficilement assumée pour le moment par les pontes des studios. Et pourtant ce sont les mêmes qui ont participé à l’effort de guerre américain en parodiant ce même Führer dans les années 1940. La société a bien changé.

Articles en lien

Avengers Campus, land Marvel de Disneyland Paris

Florian Mihu

Shang Chi, un nouveau super-héros asiatique

Florian Mihu

Agents of SHIELD : la saison 6 dévoile sa bande-annonce

Florian Mihu

En poursuivant votre navigation sur Disneyphile, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. Je comprends En savoir plus