Disneyphile
Image default
Films Disney

Sony et Marvel Studios mettent fin à leur partenariat pour Spider-Man

Le divorce est consommé entre Sony Pictures et Walt Disney Studios : Marvel Studios, prend tes clics et tes clacs et va-t-en ! L’existence d’un super-héros est faite d’aléas, d’obstacles et de défis susceptibles de ne pas forcément servir les intérêts de tout le monde. Mais le cas de Spider-Man relève de l’exceptionnel : énormément de dollars en jeu sont évidemment la cause de cet imbroglio de l’été alors que le dernier opus de la franchise Spider-Man est devenu le film le plus lucratif du Tisseur, toutes sagas confondues. L’avenir de Peter Parker aux côtés des Avengers est incertain. Pire, l’avenir tout court du Tisseur interprété par Tom Holland l’est tout autant ! On vous annonce la mauvaise nouvelle et on tente d’en comprendre les tenants et les aboutissants.

Pourquoi Spider-Man est contrôlé par Sony et non Marvel ?

Une petite leçon d’histoire s’impose. A la fin des années 1990, l’éditeur Marvel est au bord de la faillite et pour éponger ses dettes, la Maison des Idées vend littéralement les droits d’adaptation cinématographique de ses milliers de personnages aux plus grandes majors hollywoodiennes. Sony Pictures, qui détient le studio Columbia Pictures depuis 1989, décide alors de faire une offre à Marvel pour acquérir les droits de l’Homme-Araignée, l’un des rares personnages Marvel à l’époque au potentiel assez fort pour se voir adapté sur grand écran. Cet achat implique également tous les personnages gravitant autour du super-héros, qu’il s’agisse de super-vilains ou des proches du personnage. De son côté, la 20th Century Fox met la main sur les X-Men et les Quatre Fantastiques. Universal Pictures détient quant à elle Hulk. Tout le reste des personnages reste dans le jiron de Marvel : de ce fait le rachat de la Maison des Idées en 2009 par Disney a impliqué des films autoproduits par la licence via Marvel Studios.

Tom Holland Glasses Tony Stark

Qu’a fait Sony de Spider-Man sans Marvel ?

Sony récupère donc les droits sur le Tisseur de New-York et lance une première trilogie confiée à Sam Raimi : un véritable succès ! Puis, le studio décide de rebooter sa franchise lucrative avec l’aide du réalisateur Marc Webb mais se prend les pieds dans le tapis avec le deuxième film The Amazing Spider-Man : Le Destin d’un Héros. Le blockbuster est critiqué pour ses défauts et nAjoutez à cela le piratage massif dont a été victime Sony en novembre 2014 qui a deux conséquences majeures, un manque à gagner cruel par la fuite sur le web de plusieurs films pas encore sortis au cinéma et la divulgation d’informations confidentielles. Résultat : Marvel Studios, déjà bien installé à Hollywood grâce à son Marvel Cinematic Universe, en profite pour entrer dans les négociations et peser dans la balance. Son but : faire entrer Spider-Man dans son univers partagé aux côtés des Avengers.

Hydro Man Spider-Man

Quel fut le premier contrat entre Sony Pictures et Marvel Studios ?

En découle un contrat juteux où Spider-Man, une nouvelle fois rebooté avec un jeune acteur Tom Holland, reste une propriété de Sony Pictures qui lui consacre de nouvelles aventures en solo et autorise Marvel Studios à le faire participer aux films collégiaux avec les Avengers notamment. Les films solos de Spidey s’intègrent évidemment dans le MCU, sont produits par Marvel Studios et distribués par Sony Pictures qui engrange la quasi-totalité des recettes. De son côté, Disney continue d’exploiter la figure créée par Stan Lee dans ses parcs à thèmes et en produits dérivés. Le nouveau super-héros en collants fait son entrée par la petite porte dans le MCU dans Captain America : Civil War. Tout reste minutieusement contrôlé par Sony en terme de temps d’apparition à l’écran ou de promotion. Ainsi, le Tisseur n’apparaît que succintement dans les bande-annonces du film. Si Marvel Studios outrepasse l’une des clauses, Sony peut à tout moment revenir sur sa décision et arrêter la collaboration avec le studio prolifique. Deux personnalités sortent de ces débats : Kevin Feige, tête à penser de Marvel Studios, qui a pour charge de produire tous les films du MCU incluant également les films en solo de Spidey et Amy Pascal, qui représente les intérêts de Sony Pictures. Depuis, le brave Peter Parker a été adopté du public : son rôle a pris une ampleur considérable non pas grâce à ses films en solo mais bel et bien par ses liens désormais indéfectibles avec les personnages du Marvel Cinematic Universe et ses apparitions très remarquées dans Avengers Infinity War et Avengers Endgame. Enfin, son deuxième film Spider-Man Far From Home connaît un succès sans précédent et a l’honneur de refermer « The Infinity Saga » composée de 23 long-métrages.

Pourquoi étions-nous déjà inquiet sur son avenir ?

Nous le savions depuis un moment. Ce contrat juteux autant avantageux pour Sony que pour Disney n’allait pas durer. Le Tisseur devait sortir à un moment ou un autre du MCU car le contrait incluait seulement un certain nombre de films en solos et collectifs produits par Marvel Studios, dans lequel il devait apparaître. Il est, somme toute, assez logique, qu’après l’événement le plus important de l’univers Marvel au cinéma -l’affrontement contre Thanos, les deux partis fassent le point et se concertent à nouveau. L’avenir de Spidey était d’autant plus incertain que Marvel Studios n’a pas été autorisé de le mentionner une seule fois lors de l’annonce de la phase 4 du Marvel Cinematic Universe au Comic Con de San Diego en juillet 2019. Le doute commencait à s’installer… Cependant, il fallait raison garder. Le dernier succès en date de Spider-Man au cinéma pouvait nous conforter dans l’idée qu’un nouvel accord allait être conclu pour prolonger le contrat de Tom Holland dans le MCU.

Pourquoi ce nouvel accord n’a pas abouti ?

Le site Deadline a été le premier média à révéler cette information exclusive. Tom Rothman, dirigeant de Sony Pictures, aurait rompu les liens avec Marvel Studios au cours de cette phase de renégociation. Le studio reprocherait au label super-héroïque de Disney son orgueil et sa gourmandise. En effet, Disney en tant que faiseur de succès du personnage depuis 2016 et producteur de ses films en solo, souhaitait rétablir l’équilibre en posant la nouvelle condition de bénéficier de 50 % des futures recettes des films solos du personnage, qu’il continuerait à produire donc (jusqu’à maintenant, Marvel Studios ne touchait que 5 % des recettes sur les sorties cinéma et vidéos, Sony Pictures les financait et distribuait). Evidemment, il s’agit d’un combat de coqs, afin que chacun y trouve le plus d’intérêt et que l’univers propre et l’univers élargi de ce personnage restent cohérents. Mais, en nous plaçant dans l’autre camp, Sony aurait tort de lâcher du leste comme ça avec sa franchise la plus lucrative du moment. D’autant que le studio construit actuellement son propre « Spider-Verse », déconnecté du MCU, avec des films aux personnages proches du Tisseur comme Venom ou Morbius, mais qui jusqu’à maintenant ne mentionnaient pas Spidey. Cela pourrait changer…

Spider-Man Far From Home Spoilers
Spider-Man Far From Home Spoilers

Spider-Man va-t-il quitter le Marvel Cinematic Universe ?

L’offre faite par Disney a donc été rejetée en bonne et due forme par Sony, qui préfère préserver ses avantages actuels et toucher la majorité du pactole à chaque film, tout en continuant de contrôler le temps et la forme d’apparition de son personnage dans le MCU. A cette réponse, Disney aurait contré en essayant de trouver accord à terme, en ajoutant d’autres films gravitant autour du Tisseur dans le contrat On pense donc à ce fameux « Spider-Verse » sans Spider-Man ; mais l’idée était évidemment de rendre canonique au MCU des films comme Venom 2, Morbius etc. Sony n’a pas vu ça d’un bon oeil et a rompu illico presto les négociations avec Kevin Feige. Résultat : les prochains films du Tisseur devraient se dérouler hors du MCU. Oui, vous vous dites comment Peter peut-il faire fi dans ses prochaines aventures de tous les liens avec les personnages du MCU, qui ont fait de lui qui il est ? Ce Spidey est beaucoup trop installé aujourd’hui dans le MCU pour s’en extirper aussi facilement. Son mentor est Tony Stark, son beau-père est Happy Hogan, son employeur est Nick Fury et ses proches amis sont Pepper Potts et certains Avengers avec qui il a vécu l’épisode le plus traumatique de sa vie de petite araignée du Bronxs.

Spider-Man New York

Des conséquences fâcheuses ?

Sony prévoit ainsi deux films en solo prochainement, toujours réalisés par Jon Watts, et qui se dérouleront forcément dans un univers plus restreint mais malgré tout très riche. Dans les faits, cela veut dire aussi que ces films seront produits intégralement par Sony Pictures et que Marvel Studios sera totalement exclu du processus créatif. Les fans et le public qui risquent d’être assez déroutés, accepteront-ils ces nouveaux films ? Kevin Feige n’a plus son mot à dire sur les films en solo de Spider-Man, qui n’apparaîtra plus aux côtés des nouveaux Avengers. Mais Sony semble assez déçu par ailleurs d’avoir rompu les liens avec Marvel et notamment de Kevin Feige (en témoigne des tweets officiels), qui avec ses petits bras, a construit littéralement le MCU, chose que Sony aurait bien été incapable de faire, lui qui a déjà eu du mal à intaller dans la durée ses différents Spider-Man (souvenons-nous de la fin hasardeuse de la première trilogie et du gâchis de la deuxième saga). Aussi, raisonnons autrement, serait-il possible pour Sony de détruire toute cette oeuvre et donc cette énième franchise en rebootant à nouveau sa franchise avec un nouvel acteur ?

spider-man captain america civil war
Cette photo devenue culte.

Vers un nouvel accord entre Sony et Disney ?

La porte de Sony ne semble pas totalement fermée ; il est aussi normal et sain de passer par ce type de vague pour mieux assainir les relations entre les deux cadors. Spidey est une poule aux oeufs d’or et l’empressement des uns et des autres est humain. Cela se passe souvent en plusieurs temps à Hollywood pour arriver à des accords concrets, établis sur de bonnes bases. Cet épisode est l’occasion pour Sony de réaffirmer sa suprématie sur Marvel Studios concernant le contrôle de son personnage mais aussi à Disney de rappeler à Sony que le succès critique et commercial de Spidey n’est pas de leur fait (ou quasiment pas) et qu’il serait plus sage d’aborder son cas dans des relations cordiales. Bref, pour Disney, faire que le MCU ne soit pas entâché de cette épreuve (faire comme si Spidey n’avait jamais existé dans cet univers) et, pour Sony, continuer à exploiter le même personnage de manière plus ou moins cohérente (ce qui est de notre avis impossible). Attention tout de même aux bruits raccoleurs, cela ne veut pas pour autant dire que tout est arrêté. Peut-être que Spider-Man pourrait continuer à apparaître dans le MCU avec l’accord de Sony qui toucherait une rente évidemment, tout en produisant ses films en solo. Bref, les hypothèses sont variées. Mais un nouvel accord est nécessaire ou l’avenir de Spidey au cinéma n’est plus. Le pauvre Tom Holland, quant à lui, plus talentueux que jamais dans la peau de l’Homme-Araignée, n’a pas vraiment son mot à dire – tiraillé entre son amour pour le MCU et ses personnages et le propre chemin qu’il doit tracer – et si l’avenir de son personnage est bafoué, sa carrière pourrait également en pâtir.

L’erreur est humaine ?

L’erreur revient surtout à Sony et son dirigeant enfermés dans leur propre orgueil de pouvoir se considérer comme plus talenteux pour se passer des services de Kevin Feige. Car oui, Sony, conforté ou aveuglé par le succès de Spider-Man Far From Home (et son Oscar pour son film d’animation cette année), qui a certes porté le personnage durant des décennies au cinéma et le connait très bien, ne peut se passer de Kevin Feige aujourd’hui. La donne a changé. Plus personne ne souhaite revoir le Tisseur isolé d’un monde beaucoup plus large et riche : imaginez toutes les possibilités infinies qu’il existe encore pour lui ? Le faire cotoyer Daredevil, les Quatre Fantastiques que Disney compte ramener dans le MCU ou lui faire prendre la tête des Avengers pourquoi pas dans dix ans ? Tout cela serait profitable pour Disney comme pour Sony. L’idée d’un simple crossover avec Venom aurait été excitante il y a dix ans : aujourd’hui, le public n’attend plus ça (ou plus que ça). Résumons simplement les choses : Tom Holland est lié au MCU. Si le choix est fait de ne plus l’inclure dans le MCU, Tom Holland n’a presque plus aucune chance de continuer à incarner le personnage. La victime collatérale qui n’a rien demandé à personne. Tout ceci, qui n’est qu’une simple affaire de gros sous, est profondément injuste pour lui, pour nous, les fans, et pour le MCU. Stan Lee qui s’était félicité de l’arrivée de son personnage dans le MCU s’en retournerait dans sa tombe.

Spider-Man Far From Home Prague

En poursuivant votre navigation sur Disneyphile, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de données personnelles. Je comprends En savoir plus