Disneyphile
Image default
Disney+

Disney+ est avancé au 24 mars en France et coûtera 6,99 €

Après la grosse annonce de Netflix hier matin, Disney a contre-attaqué gentiment ce mardi 21 janvier 2020, en annonçant ni plus ni moins la sortie anticipée de sa nouvelle plateforme de vidéo à la demande en France, Disney+. En effet, le service de streaming lancé depuis le mi-novembre aux Etats-Unis, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux Pays-Bas, sera disponible non plus le 31 mars prochain mais le 24 mars, soit une semaine à l’avance. Cette date concerne également le Royaume-Uni, l’Irlande du Nord, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, la Suisse et l’Autriche.

Disney+ : plus que deux mois d’attente pour les français

Que nos amis belges se rassurent, Disney+ sera déployé dans leur pays mais aussi dans les pays scandinaves et au Portugal dès l’été prochain. Si il n’est pas encore possible de s’abonner sur le sol français ni ailleurs, on connait en revanche le prix que nous vous avions révélé en exclusivité sur les réseaux sociaux il y a trois semaines. Le prix de l’abonnement sera en effet de 6,99 € ou 5,99 £ par mois ou de 69,99 € et 59,99 £ pour une souscription annuelle. Rappelons que ce service offre aux utilisateurs de tous âges, l’accès à une collection inégalée de programmes inédits et à un catalogue de contenus représentant près d’un siècle de créativité de Disney, Pixar, Marvel, Star Wars, National Geographic, et bien plus encore.

Le catalogue de lancement le 24 mars

Dès le 24 mars 2020, les abonnés français pourront ainsi profiter de contenus originaux exclusifs tels que :

  • The Mandalorian : saison 1 intégrale, série produite par Jon Favreau
  • High School Musical : La Comédie Musicale, LA SÉRIE : saison 1 intégrale, qui apporte une toute nouvelle approche de la franchise à succès avec de nombreuses références, un style documentaire et une bande son qui comprend neuf nouvelles chansons originales qui devraient ravir les fans des 3 films,
  • Le Monde selon Jeff Goldblum : saison 1 intégrale de cette série documentaire de National Geographic dont chaque épisode est consacré à un objet en apparence ordinaire, pour en dévoiler les secrets
  • La Belle et le Clochard : le remake du film de 1955

Mais aussi…

Et c’est sans compter le catalogue cinématographique et télévisuel de The Walt Disney Company bien que cela reste encore flou compte-tenu de la réglementation de la chronologie des médias dans l’Hexagone. (Re)Découvrez toutes les nouveautés attendues en 2020 sur Disney+. Comme dans les pays qui l’ont déjà, il sera possible de s’abonner à Disney+ avant son lancement en France le 24 mars. La programmation intégrale pour la France sera annoncée d’ici quelques jours / semaines. Inscrivez-vous à la newsletter du site français pour recevoir les dernières informations. Et restez connectés sur Disneyphile pour rester au plus près de l’actualité Disney.

disney+ 24 mars

Les abonnés pourront profiter dès le 24 mars du service Disney+ sur la plupart des téléphones portables et écrans connectés (consoles de jeux, lecteurs multimédia, téléviseurs connectés, etc.). Disney+ propose l’intégralité de ses contenus en haute définition et sans publicité, avec la possibilité de disposer de 4 flux en simultané, de téléchargements illimités sur 10 appareils, de recommandations personnalisées et la possibilité de configurer jusqu’à 7 profils différents.  En outre, les parents ont la possibilité de définir des profils « Enfants » avec une interface conviviale et facile d’utilisation pour accéder à tous les programmes adaptés à leur âge. Un accord a été signé avec CANAL pour que les abonnés puissent profiter d’un bouquet Disney+ mais il sera évidemment possible de s’abonner en OTT (sans un FAI ou un opérateur donc).

Disney+ sera par ailleurs disponible sur les lecteurs multimédia en streaming Fire TV Stick/4K avec télécommande vocale Alexa, ainsi que les tablettes Fire.

Source : Disney+

Articles en lien

D23 Expo 2019 : Panel Disney+

Florian Mihu

Le Monde selon Jeff Goldblum aura sa saison 2

Florian Mihu

Une ludothèque à la Fondation Ellen Poidatz co-financée par Mickey

Florian Mihu