Disneyphile
Image default
Editos

Nos Attractions Disney de la décennie 2010

En préparant notre traditionnel bilan de fin d’année dans l’équipe, nous avons également été traversés par l’envie d’en faire un peu plus en cette fin 2019. Il est vrai, The Walt Disney Company entre non seulement dans une nouvelle décennie mais aussi une nouvelle ère où beaucoup de nouveaux défis seront à relever : faire fructifier ses derniers investissements comme l’acquisition de la Fox ou le lancement de Disney+, procéder à une transition en douceur avec un nouveau patron à même d’entrer dans les pas de Bob Iger, parachever les plans de ce dernier notamment dans les parcs à thèmes (et pour Disneyland Paris, tout reste à faire par exemple), réussir à redorer le blason des films live de Disney car les remakes ne seront pas éternels…

De 2010 à 2019 : les Attractions et Parcs Disney

Mais avant de croquer à pleines dents tous ces sujets passionnants, revenons sur ces dix dernières années et penchons-nous sur les nouveautés apparues durant toutes ces années dans toutes les Destinations Disney à travers le monde. Attractions évidemment mais aussi spectacles, services et hôtels. Quelles nouveautés ont marqué leur année voire la décennie toute entière ? Qu’avons-nous finalement retenu du travail accompli dans les Parcs Disney notamment par Tom Staggs puis son successeur Bob Chapek ? Quels sont nos vrais coups de cœur ? Un édito qui parcourt les destinations de 2010 à 2019 : Disneyland Resort, Walt Disney World Resort, Tokyo Disney Resort, Disneyland Paris, Hong Kong Disneyland, Shanghai Disney Resort, Disney Cruise Line, Aulani, a Disney Resort & Spa….

2010 – Toy Story Playland

Premier du nom, ce land Toy Story ouvre ses portes au Parc Walt Disney Studios sous l’impulsion du Président-Directeur Général Philippe Gas. Comportant trois attractions originales, RC Racer – Vitesse Maximale, Toy Soldiers Parachute Drop et Slinky Dog Zigzag Spin, ainsi qu’une boutique (Barrel of Monkeys), cette parcelle du jardin d’Andy reconstituée tombait à point nommé avec la sortie quelques mois plus tôt de Toy Story 3. On passera le choix douteux d’avoir implanté cette zone dans des « studios de cinéma » puisque l’immersion dans la saga des jouets était plutôt réussie. Et le but était probablement de nous faire croire que l’on quittait les studios pour plonger directement dans les films (comme ce sera le cas avec la Place de Rémy quelques années plus tard), et ce, à l’échelle des personnages.

toy story playland disneyland paris

Second atout de Toy Story Playland : se focaliser non pas sur les stars de la franchise (Woody, Buzz et Jessie) mais sur des personnages secondaires qui ont droit à leur propre attraction, de quoi éviter la redondance avec certaines choses déjà proposées par le passé (rencontres avec les personnages principaux, Buzz Lightyear Laser Blast…). Notre version parisienne contient quelques pépites comme la photolocation avec Rex (et par le passé celle avec RC Racer). Enfin, il faut saluer le sens du détail qu’offre Walt Disney Imagineering dans ce land, qu’il s’agisse des décors dont certains prolongent l’univers cinématographique de Pixar ou de la végétation, l’aménagement urbain ou la musique. Les Toy Story Play Days créées en 2019 n’ont fait d’ailleurs que renforcer ce sentiment d’immersion quasi-totale. Quasi en effet car une fois en l’air avec les parachutes militaires ou RC Racer, vous pourriez être déçus en apercevant d’autres zones du Parc voire ses coulisses…

Notre autre coup de cœur : Disney’s World of Color (Disney California Adventure)

2011 – Aulani, a Disney Resort & Spa

Aulani, a Disney Resort & Spa est un paradis sur Terre, situé sur l’île d’Oahu à Hawaï. Offrant une expérience totalement différente d’un Parc Disney et même d’un Hôtel Disney situé dans un complexe de parcs à thèmes, la destination a pour mot d’ordre la plénitude. Ainsi, l’excitation de vivre des journées intenses et rythmées est à laisser de côté puisque dans ce cadre idyllique, on y passe des vacances relaxantes, le tout dans un cadre Disney idéal où le service y est optimal. Les petits détails font la différence et Aulani n’y échappe pas que ce soit dans les chambres ou durant les animations proposées toujours axées sur la culture et l’environnement de l’île. Il est en revanche difficile de recommander immédiatement cette destination à des fans Disney qui n’attendent que du contenu Disney, si ces derniers ne sont pas intéressés par la beauté d’Hawaï.

aulani disney resort spa

Un voyage à Aulani coûte globalement assez cher (il faut donc bien réfléchir avant de se lancer) bien que son rapport qualité prix dépasse de loin de nombreux Hôtels des autres complexes Disney américains. Des collections d’art hawaïennes à l’impressionnante piscine Waikolohe Valley aux multiples activités spécifiques (plongée sous-marine, spa, yoga sur la plage, petit-déjeuner traditionnel, initiation au Ukulele, rencontres avec des Personnages Disney hawaïen, randonnées, contes traditionnels au coin du feu, danses, chants et buffets traditionnels…) ou la décoration raffinée des chambres ou du hall, ce lieu est une vraie réussite et attire toujours plus de monde. Il est évidemment possible de visiter l’île et traverser son histoire et sa nature (Pearl Harbor, Paradise Cove, Diamond Head, Kualoa Ranch, cratère de Koko Head, côte Nord, chutes de Manoa…).

Notre autre coup de cœur : Star Tours: The Adventure Continues (Disney’s Hollywood Studios, Disneyland)

2012 – Cars Land

Quand le génie des créatifs de Pixar emmenés par John Lasseter en personne se mêle aux magiciens visionnaires de Walt Disney Imagineering, il en résulte un bijou et il s’appelle Cars Land. Concrétisant à lui seul l’apothéose de la mutation de Disney California Adventure, qui n’avait pas trouvé de réelle voie auparavant, cette zone mettant à l’honneur l’univers vrombissant de Flash McQueen impressionne à chaque visite de par sa densité, sa profondeur et son élégance esthétique. Vous entrez littéralement dans une version sublimée de Radiator Springs découverte six ans plus tôt au cinéma et c’est tout bonnement jouissif. Les cinq hectares de terre battue et de rocheuses vous emmène dans un autre monde et vous fait même oublier que le Anaheim Convention Center se situe juste derrière la chaîne de montagnes imposante et artificielle, dont chacune d’entre elles a un nom et représente un monument naturel américain.

cars land attractions disney
Crédit : Paul Hiffmeyer / Disneyland Resort

L’entrée principale de Cars Land sur la route 66 émerveille et reste un des plus beaux points photos tous Parcs Disney confondus. Aussi, tous les lieux incontournables de l’univers de Cars sont là et ont une utilité, qu’il s’agisse du dinner réconfortant et incontournable Flo’s V8 Café (à tester de nuit), des petits snacks Cozy Cone Motel remplis de créations culinaires surprenantes ou des boutiques Sarge’s Surplus Hut, Ramone’s House of Body Art ou Radiator Springs Curios (qui ont toutes leur spécificité en terme de produits). Mais les attractions sont la valeur ajoutée du land à commencer par Radiator Springs Racers qui combine une balade nocturne éblouissante en compagnie de Flash et Martin à une course effrénée de bolides dans le désert, faisant d’elle l’une des meilleurs attractions que vous trouverez dans un Parc Disney. Le Mater’s Junkyard Jamboree de Martin est une expérience étonnament vive, qui reprend le concept des tasses tournantes. Enfin, le bal italien de voitures de collection proposé par Luigi’s Rollickin’ Roadsters est une utilisation ingénieuse du système de « ride trackless ». Cars Land est le joyau de la couronne de Disney California Adventure !

Notre autre coup de cœur : The Little Mermaid: Ariel’s Undersea Adventure (Magic Kingdom)

2013 – Mystic Manor

Après trois attractions Haunted Mansion à Anaheim, Orlando et Tokyo et l’attraction Phantom Manor à Marne-la-Vallée, Disney réinvente le genre du manoir hanté dans une toute nouvelle direction artistique et technologique, avec la création de Mystic Manor, qui s’adapte aux attentes du public asiatique et à la culture chinoise à Hong Kong Disneyland. Cette toute nouvelle attraction prend place au sein du land Mystic Point et invite les plus téméraires à un voyage surprenant. Mystic Point est un territoire inconnu doté de forces mystérieuses et d’entités surnaturelles dans un cadre tropical inexploré et dense. La pièce maîtresse de ce land est évidemment Mystic Manor, demeure appartenant au lord Henry Mystic*, grand explorateur excentrique qui a passé sa vie d’aventurier à amasser de nombreuses collections d’objets exotiques et de reliques précieuses. Sa dernière expédition, nous explique-t-il au début de l’attraction, l’a conduit sur la piste d’une boîte considérée comme enchantée. Son fidèle compagnon, Albert, un singe malicieux, ne résistera pas à la tentation d’ouvrir cette boîte et de déchaîner les pouvoirs magiques qu’elle contient. De ce fait, le visiteur est plongé dans une maison pleine de souvenirs enchantés et animés dans un crescendo conduisant le petit Albert à des situations de plus en plus difficiles et incontrôlables…

mystic manor attractions disney

C’est Frank Welker, célèbre doubleur et grand spécialiste des cris d’animaux (Megatron dans Transformers : the Ride 3D pour Universal Studios) qui a prêté sa voix au facétieux singe Albert. Et vous n’êtes pas sans savoir que le compositeur musical attitré de Tim Burton, Danny Elfman a créé spécialement pour l’attraction une bande son digne des plus grands films étranges du duo prolifique. L’utilisation massive et ingénieuse de projections en vidéo-mapping, d’effets spéciaux en tout genre, d’audio-animatronics très développés et de véhicules sans rails confère à cette nouvelle attraction une expérience peu commune et impressionnante. Le jugement des visiteurs est plus que satisfaisant et l’unanimité qui s’en dégage ne peut que classer cette attraction désormais dans les grands classiques des Parcs Disney.

* Lord Henry Mystic fait partie d’un club d’aventuriers – la Society of Explorers and Adventurers – dont fait également partie Harrison Hightower III, le maître des lieux de la Tower of Terror de Tokyo DisneySea.

Notre autre coup de cœur : Disney Dreams ! version 2 (Parc Disneyland)

2014 – Seven Dwarfs Mine Train

Lultime attraction du New Fantasyland au Magic Kingdom à Walt Disney World Resort fut Seven Dwarfs Mine Train en mai 2014. Elle constitue tout d’abord un fier hommage à Snow White’s Scary Adventures, un « dark-ride » disparu pour laisser place à la nouvelle zone thématique. L’attraction est depuis son ouverture un must dans le parc et offre une perspective nouvelle au grand classique Blanche Neige et les Sept Nains grâce à l’intégration d’une histoire soignée, offrant un réalisme inégalable d’un point de vue technologique. La file d’attente interactive comble les fans en installant une ambiance immersive avec une vue sur l’attraction extérieure. En patientant, on peut en effet y classer des gemmes provenant de la mine des sept nains à l’aide d’un écran tactile géant intégré dans des cuves d’eau en bois. Les détails y sont nombreux comme la présence d’une porte menant vers le trésor de nos braves compagnons. Des petits animaux en bois sculptés déversent de l’eau dans un bac (une référence à l’orgue des nains). On peut laver des gemmes sous ces filets d’eau.  Chaque passage de gemme provoque une note sonore audible ainsi qu’un jet d’eau plus puissant pour arroser ses petits camarades…

seven dwarfs mine train new fantasyland

Le parcours de l’attraction en lui-même est sensationnel, fait de plusieurs virages et descentes. La vitesse faible n’est seulement qu’apparente. Le train mène sa folle course à travers la nature enchantée tout droit sortie du long-métrage animé de David Hand. L’immersion est totale ! Et l’on se surprend à découvrir de multiples références au film, comme les célèbres vautours ou la mélodie culte des nains, composée par Frank Churchill, résonnant au loin. Le point culminant de la balade est la découverte de la mine des sept nains. Des multitudes de pierres précieuses, tous plus brillantes les uns que les autres, illuminent cette caverne et émerveillent le visiteur. La technologie avancée de Walt Disney Imagineering à l’époque prenait  toute son ampleur avec les sept audio-animatronics des nais, bluffant de réalisme, que ce soit leurs expression faciales, leurs mouvements fluides et leur allure naturelle, le tout sublimé par des couleurs phosphorescentes avec la lumière noire. Heigh-Ho, Heigh-Ho : Seven Dwarfs Mine Train est une attraction perfectionnée, familiale, aboutie, fidèle à l’esprit du premier long-métrage Disney et très divertissante.

Notre autre coup de cœur : Place de Rémy (Parc Walt Disney Studios)

2015 – Disney Paint the Night Parade

L’année 2015 fut rythmée par les célébrations du 60ème anniversaire de Disneyland Resort, qui furent l’occasion de fêter plus généralement les six décennies d’existence des Parcs Disney. La Diamond Celebration a proposé nombre de nouveautés au sein de la destination californienne pour créer l’événement. Parmi elles, on retiendra la création de la Disney Paint the Night Parade, une réitération améliorée de la parade nocturne déjà présente à Hong Kong Disneyland. Cette parade unique en son genre, composée intégralement de DELs, réparties sur pas moins de huit chars, et contenant plus d’un million et demi de petites lumières a été pensée durant plusieurs années et a nécessité la création de milliers de dessins préparatoires, tant sur papier que sur support numérique. Emmenée par le metteur en scène Steve Davison, cette féerie entre dans les pas de la Main Street Electrical Parade tout en lui rendant hommage musicalement, son thème musical s’inspirant à la fois de « When Can I See You Again? » de Owl City mais aussi des arrangements de Jean-Jacques Perrey et Gershon Kingsley pour « Baroque Hoedown ».

paint the night disneyland 60

Les 76 artistes de la parade portent des costumes lumineux synchronisés avec le spectacle offert par les chars. Les univers présentés font la part belle autant à Disney qu’à Pixar, comme ce fut le cas pour Tokyo Disneyland Electrical Parade: DreamLights. Se succèdent sur la Route de la Parade la Fée Clochette, Peter Pan et son tambour, la Dance Party de Sully et Mike, le roadtrip de Flash McQueen, Mack et DJ, la féérie aquatique de Ariel, Sébastien, Polochon, le Roi Triton, Marin et Nemo, le rodéo électrique de Woody, Buzz, Jessie, Zig-Zag, Woody et les aliens, les rêves lumineux des princesses Belle, Raiponce et Cendrillon, les fractales givrées de Anna, Elsa et Olaf (le char inédit de Disneyland Resort) et le final éblouissant de Mickey, apprenti sorcier, accompagné de Dingo, Donald Duck et Minnie Mouse. Le Génie, Lumière et Tigrou sont aussi trois personnages inédits du cortège en Californie tandis qu’un neuvième char inspiré de l’univers des Indestructibles a été ajouté en 2018 lors du transfert de la parade à Disney California Adventure. A Hong Kong, durant seulement quelques semaines  après le lancement, les Visiteurs pouvaient eux-mêmes interragir avec le défilé en changeant ses couleurs grâce à un système de pointe : ils pouvaient en effet lors de « show-stops » faire changer les couleurs des performeurs grâce à des pinceaux lumineux qu’ils pouvaient acheter (Mickey Mouse Paintbrushes) mais ce concept n’a pas été transféré à Disneyland en Californie.

Notre autre coup de cœur : Tangled: The Musical (Disney Magic, Disney Cruise Line)

2016 – Mickey et le Magicien

Mickey et le Magicien reste à n’en point douter le nouveau point de référence de l’Entertainment pour un Parc Disney. Fruit du travail d’équipes américaines et française, ce spectacle sait mettre en avant la marque Disney avec classe autant qu’il s’intègre merveilleusement bien au cadre culturel qu’offre la France de par sa scénographie et ses divers hommages à notre culture notamment au célèbre Musée de la Magie à Paris ou à l’héritage de George Méliès ou Jean-Eugène Robert-Houdin. Il sait aussi surprendre en redonnant ses lettres de noblesse à la magie traditionnelle et offre des numéros musicaux et chorégraphiques d’une rare qualité pour un Parc à thèmes Disney. La musique tantôt originale, tantôt réorchestrée signée du grand Joël McNeely participe du succès du spectacle. La mise en scène très inspirée est quant à elle de Katy Harris, assistée de Louisa Kriouche. Enfin, l’illusionniste Paul Kieve a offert ses talents à Disneyland Paris pour créer les tours du show.

Dans cette attraction exclusive de Disneyland Paris qui fait salle comble depuis 2016 à Animagique Theater, les spectateurs sont plongés dans l’atelier enchanté d’un grand Magicien (sorte de synthèse entre Harry Houdini, Ace Cooper et Docteur Strange) sur les toits de ce qui semble être la Ville Lumière au début du XIXème siècle… L’assistant du prestidigitateur n’est autre qu’un certain… Mickey Mouse. La nuit est tombée. La Fée Clochette a répandu un peu de poussière d’étoiles. Alors qu’il a pour mission de ranger les lieux avant que la lune ne disparaisse, le jeune apprenti qu’il est va se laisser distraire. Tout objet a son histoire et le grenier du grand Magicien regorge de merveilleux artéfacts, de curieux accessoires et de mystérieux objets, tels qu’un chapeau, un chandelier, un zootrope, une lampe, une boule de cristal. En se laissant détourner de sa mission première, Mickey réveille la magie de chacun de ces objets. Rien ne se passe comme prévu. Mickey se retrouve transporté malgré lui dans les univers les plus magiques des films Disney. Il devient ainsit le héros d’un incroyable spectacle où l’illusion est au rendez-vous, invitant les spectateurs à plonger dans l’univers de la Magie. Ce voyage initiatique extraordinaire parsemé d’illusions à couper le souffle lui permet de croiser le destin d’emblématiques Magiciens Disney.

mickey et le magicien disneyland paris

La Marraine la bonne Fée de Cendrillon dévoile sa célèbre formule « Bibbidi Bobbidi Boo ». Rafiki, le mandrill et grand sorcier du film Le Roi Lion lui rappelle le sens de « L’histoire de la vie ». Le Génie d’Aladdin lui réserve un numéro empli d’excentricité au son du célèbre « Je suis ton meilleur ami ». Lumière, le chandelier français de La Belle et la Bête surprend avec sa nouvelle version ensorcelée de la scène « C’est la fête ! ». Enfin, Elsa, La Reine des Neiges, lui montre comment être… « Libérée, délivrée » ! Tour à tour, ils l’aident à approfondir ses connaissances et partagent avec lui des tours d’illusions étonnants, pour lui permettre de découvrir le véritable sens du mot « magie ».

Notre autre coup de cœur : Pirates of the Caribbean: Battle for the Sunken Treasure (Shanghai Disneyland)

2017 – Pandora : The World of AVATAR

Pour faire patienter les fans de la saga et capitaliser sur cette nouvelle franchise de science-fiction des années 2010, Disney et 20th Century Fox, à l’époque pas encore fusionnées, concluent un accord de taille, l’un acquérant les droits d’adaptation de l’univers créé par James Cameron pour ses parcs à thèmes, et en particulier Disney’s Animal Kingdom en Floride. Le défi est de taille pour recréer de toutes pièces la patrie des Na’vi à la peau bleue : Pandora : The World of AVATAR relève la mission exigeante haut la main. Placée plusieurs générations après les événements du film, la vaste zone à thème invite les Visiteurs à s’immerger pleinement dans la vallée de Mo’ara, une toute nouvelle région de Pandora spécialement conçue pour le parc. Ici, l’authenticité règne et rien n’est fait par hasard, de la simple plante bioluminescente à l’aménagement des bâtiments dans la flore en passant par les imposantes montagnes flottantes, les cscades jaillissantes ou les guides de terrain Alpha Centauri Expedition, qui montent d’un niveau la créativité au service de l’immersion.

attractions disney

Si vous explorez le land en pleine journée, The Na’vi River Journey – l’une des deux principales attractions du land – offre un avant-goût de Pandora après la tombée de la nuit. Il s’agit d’une promenade paisible en bateau à travers une forêt tropicale bioluminescente peuplée de loups-vipères et d’autres bêtes indigènes, qui mélange une esthétique très attrayante à de la musique tribale pour plonger les Visiteurs dans un rite sacré lors de la rencontre avec la Chamane des Chants. Bien sûr, les explorateurs les plus curieux peuvent également passer leur temps à déguster les délices et les boissons exotiques de Mo’ara, adopter un bébé Banshee, ou simplement écouter les contes et les enseignements racontés par les habitants et les guides. Mais le clou du spectacle est évidemment Flight of Passage qui vous permet de voler à dos de Banshee ! Cette attraction époustouflante combine savamment technologie de simulation de mouvement à la pointe et imaginaire poussé grâce au talent des équipes de James Cameron : Flight of Passage met à terre la plupart des attractions du genre qui existent déjà en 2017. Outre une file d’attente là encore très riche, Flight of Passage est remplie de détails, de moments palpitants, d’effets de pointe et d’un sens inégalé de la vitesse et du vol.

Notre autre coup de cœur : La Grande Célébration du 25ème Anniversaire de Disneyland Paris (Parc Disneyland)

2018 – Dreaming Up!

La nouvelle parade diurne de Tokyo Disneyland arrive à point nommé pour les 35 ans de la destination nippone. Un must de pure magie Disney survitaminé. Un poil plus merveilleuse que Happiness is Here, elle s’inscrit dans la continuité des « gros » défilés créés dans les Parcs Disney à travers le monde durant les années 2010 (Disney’s Festival of Fantasy Parade, Disney Stars on Parade…). Il faut dire que le Japon prend son divertissement très au sérieux, et de nombreux Visiteurs campent pendant plus d’une heure pour découvrir les parades, et cela est doublement vrai avec Dreaming Up! qui a conquis les foules. Qu’a-t-elle de si spéciale ? Tout d’abord sa musique, partie intégrante d’une parade, est une réussite. Cette bande sonore reste non seulement en tête mais est un condensé de fantasie enfantine, absolument addictive. Son son très pop propose une approche très axée sur le public japonais.

Les costumes des performeurs comportent des styles très élaborés et variés. Les artistes s’amusent et ont des accessoires très fantaisistes pour cela : cette folie douce est sans doute ce qui distingue le folklore tokyo-disneylandesque du reste des Resorts Disney. L’enthousiasme des artistes est sans limite. Les chars de Dreaming Up! sont absolument spectaculaires et proposent des thèmes très originaux, parfois classiques, parfois très récents : Mickey & ses Amis, Fantasia, Alice au Pays des Merveilles, Pinocchio, Cendrillon, La Belle au Bois Dormant, Blanche Neige et les Sept Nains, Raiponce, La Belle et la Bête, Winnie l’Ourson, Toy Story, Les Nouveaux Héros, Mary Poppins, Peter Pan, les Trois Petits Cochons, Aladdin. Tous ces univers se rassemblent dans plusieurs unités : « Dream Up! – Dreams Can Take Us Anywhere », « Playful Dreams – Dreams That Make Us Smile », « Dreams from the Heart – Romantic Dreams », « Dreams of Enchantment » et « Dreams Take Flight ».

Notre autre coup de cœur : Disney FanDaze Inaugural Party (Parc Walt Disney Studios)

2019 – Star Wars : Galaxy’s Edge

Point culminant du savoir-faire de Walt Disney Imagineering allié à la rigueur incommensurable de Lucasfilm Ltd., Star Wars : Galaxy’s Edge atteint un niveau d’exigence immersive sans précédent dans l’histoire des lands Disney (exception faite de Tokyo DisneySea). Un land comme aucun autre : c’est probablement la phrase qui ressort des bouches des chanceux qui ont pu visiter la zone reculée de Black Spire Outpost sur Batuu. Le scénario proposé aux Visiteurs qui deviennent dès lors des acteurs de la galaxie lucasienne à part entière est non seulement ultra approfondi mais tout est prétexte à éblouir. Les attractions tout d’abord comblent autant les fans de la première heure que les plus récalcitrants : monter à bord du Faucon Millenium est, il est vrai, tout aussi jouissif que de faire partie d’une histoire intégrée dans la postologie de la saga avec Star Wars : Rise of Resistance. Les décors sont magnifiques en particulier les flèches qui surplombent le poste avancé Black Spire. Il faut dire que leur créateur n’est autre que l’Imagineer Zsolt Hormay (le même à qui l’on doit Pandora : The World of AVATAR, Tree of Life, Cadillac Mountain Range à Cars Land et Mysterious Island à Tokyo DisneySea).

Galaxy's Edge Adventure Awaits

L’environnement de Star Wars : Galaxy’s Edge est encore plus poussé grâce à une variété de détails : des gravures étrangères, des symboles sculptés et des minéraux colorés. Des références sont disséminées à peu près partout, y compris dans les fontaines à boire, les magasins et dans les toilettes. Vous n’avez pas besoin de parler couramment Star Wars pour apprécier la plupart d’entre elles. Les sentiers sinueux du land, ses ruelles étroites compensent avec les larges chemins tentaculaires et sa végétation luxuriante. Aussi, chaque boutique est à sa place et chaque place a sa boutique. Parmi les lieux que nous avons adoré, nous pouvons relever la Cantina d’Oga, premier lieu public à vendre de l’alcool à l’intérieur de Disneyland, mais aussi le restaurant au comptoir Docking Bay 7 Food and Cargo. Le Lait Bleu est à consommer aussi à Galaxy’s Edge et uniquement dans ce land. Enfin, Droid Depot est une remise de pièces détachées qui fait le bonheur des fans de droïdes. Mais ce n’est qu’une partie des surprises qu’on vous détaille là.

rise of the resistance
Star Wars : Rise of the Resistance

L’immersion est donc le maître-mot. Chaque restaurant, chaque snack, chaque bar, chaque boutique, chaque réverbère… a un sens et se fond dans un univers plus cohérent que jamais. Teasé par Bob Iger en 2015, le rêve ultime de The Walt Disney Company pour les années 2010 de ses parcs à thèmes se concrétise en Californie et en Floride, avant que le concept ne soit adapté à la France à l’horizon 2024. Inutile de rappeller que ces plus grandes expansions de lands Disney jamais construites ont quelque peu provoqué des frayeurs aux exécutifs de Disney, qui après y avoir investi des milliards, n’ont pas été satisfaits de la fréquentation plutôt calme des lands lors de leur lancement mais l’ouverture en deux temps a eu raison de ce semi-échec avec l’arrivée de Star Wars : Rise of Resistance venue redorer le blason de Galaxy’s Edge. Les superlatifs ne manqueront pas pour ces lands si bien que les sens des Visiteurs sont en émoi : on ne respire plus l’air des Etats-Unis mais celui de Batuu. Le tout est sublimé par la musique originale du maestro John Williams. C’est beau, c’est émouvant parfois et comme pour n’importe quel film Star Wars, nous sommes transportés il y a longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine…. N’est-ce pas là la rançon du succès ?

Notre autre coup de cœur : Inside Out Emotional Whirlwind (Disney California Adventure)

Articles en lien

Main Street Electrical Parade de retour à Disneyland

Florian Mihu

Mickey et son Orchestre PhilharMagique : focus sur sa création

Florian Mihu

Moments de Magie en Plus à Disneyland Paris, c’est quoi ?

Florian Mihu