Disneyphile
Image default

Les derniers conseils de Bob Iger à Bob Chapek avant son départ de Disney

Dans un peu plus de deux mois aux dernières heures de 2021, Bob Iger quittera officiellement Disney après près de 30 ans de maison dont 15 à la tête de la plus grosse entreprise de divertissement. Si la transition entre Bob Iger et son remplaçant Bob Chapek se veut en douceur depuis la nomination de ce dernier en février 2020, elle n’en est pas moins délicate puisque les deux hommes ont à la fois savouré le carton de Disney+ mais aussi subi de plein fouet les répercussions de la pandémie avec (entre autres) la fermeture des cinémas et des destinations touristiques de la compagnie durant de longs mois.

Ne pas se fier aux chiffres, un subtil tacle de Bob Iger adressé à Bob Chapek

Dans un long article du The Hollywood Reporteron y apprend qu’au mois de juillet, Bob Iger a organisé un dernier colloque depuis la destination hawaïenne d’Aulani où il a convié certains exécutifs de Disney et Bob Chapek pour un passage de flambeau solennel.

Bien que Bob Iger ait été un redoutable homme d’affaires et a a emmené Disney au firmament du succès, l’ancien dirigeant a toujours veillé à mettre en avant les talents des équipes créatives aux dépens des résultats. Il a conseillé à Bob Chapek de suivre cette ligne et de ne pas s’arrêter simplement qu’à la comptabilité et à différentes analyses statistiques. Un reproche qu’on adresse souvent au nouveau patron de Disney qui est encore un novice à Hollywood.

« Dans un monde et une entreprise inondés de chiffres, il est tentant d’utiliser les données pour répondre à toutes nos questions, y compris les questions créatives. Je vous exhorte tous à ne pas faire cela. Si nous avions fait le contraire, nous n’aurions pas fait des films comme Coco, Black Panther ou Shang-Chi. »

L’article dit que Bob Chapek a compris le message mais a quand même rajouté que Disney est aujourd’hui devenu un entreprise comme les autres et doit prendre en compte les chiffres. Des sources qui ont assisté à la réunion ont déclaré que Chapek n’avait pas fait une déclaration aussi grossière. Ils disent qu’il était simplement lui-même : un homme d’affaires axé sur les chiffres et les résultats, sans expérience créative et sans le poli et le flair d’Iger. Néanmoins, l’anecdote de ce séminaire concordait avec un récit qui s’installait déjà parmi les confidents d’Iger : ce dernier a perdu confiance en Chapek et son discours devant le conseil d’administration était « un dernier avertissement » affirmant que Disney déviait de sa trajectoire. Et l’idée du mauvais homme à la tête de Disney attise beaucoup d’anxiété dans une industrie qui a vu la Fox et la MGM se faire engloutir, WarnerMedia phagocyté par AT&T et Paramount se transformer en l’ombre d’elle-même/

Malgré cela, Bob Iger affirme que la transition a été réussie de son point de vue et ne regrette pas de s’être retiré progressivement et médiatiquement.

bob chapek bob iger

« Avant d’annoncer mon départ, je devais faire en sorte d’avoir l’adhésion ultime et le soutien total du conseil d’administration. Je devais être présent pour guider Bob [Chapek] pendant un an et demi pendant que je me concentrais sur l’aspect créatif de la société. Il apprenait tout ce qui concerne Disney pendant cette période. Et puis, au moment où j’ai rendu ma carte Disney, nous passions à l’étape de transition qui se devait d’être aussi fluide que possible. »

L’ère de Chapek divise déjà

Le défi auquel sont confrontés Chapek et les dirigeants de toutes les autres sociétés de divertissement traditionnelles est de taille : ils doivent servir l’obsession de Wall Street de créer leurs services de streaming sans s’aliéner les créatifs, qui veulent toujours profiter des salaires époustouflants qui accompagnent le succès sous un modèle traditionnel. En octobre 2020, l’actionnaire principal et investisseur activiste Dan Loeb a commencé à faire pression sur Disney pour qu’il double son investissement dans le contenu pour Disney+. En août, il a poussé Disney à faire des « choix difficiles » et à proposer tout le contenu cinématographique sur le streamer le jour même de sa sortie dans les salles, sans frais supplémentaires pour les abonnés. « Les investisseurs de Disney poussent Chapek à se pencher davantage sur le streaming même si cela frustre les talents », déclare Rich Greenfield, analyste chez Lightshed Partners. « Il doit équilibrer cela avec la gestion des talents et des relations. »

En coulisses, certains exécutifs de Disney digèrent mal les premières mesures de Bob Chapek qui, sitôt arrivé, a décidé de réorganiser l’entreprise en rétrogradant ou écartant certains proches de Bob Iger. Le feuilleton de la plainte de Scarlett Johansson est mal passé en interne mais pourtant, le président de Marvel Studios, Kevin Feige (qui a pris parti officieusement pour Scarlett Johansson), n’en veut pas à son supérieur Bob Chapek en déclarant même qu’il est sous-estimé. De nombreux vétérans de Disney et observateurs extérieurs pensent que l’affrontement public entre Scarlett Johansson et la société n’aurait jamais eu lieu sous la présidence d’Iger, et même avant que cela n’explose, le sentiment parmi beaucoup à Hollywood était que Chapek utilisait la pandémie comme excuse pour lancer des films sur Disney+. « Le truc à propos d’Hollywood, c’est que vous pouvez vous comporter mal, vous pouvez être impoli, vous pouvez faire des ratés, mais la chose que vous ne pouvez pas faire, c’est faire n’importe quoi avec l’argent des gens », explique un producteur anonyme en lien avec Disney. « Vous ne faites pas cela et vous vous cachez derrière la technologie comme raison. »

« C’est un gars créatif et sympa, un vrai. J’ai de très bons rapports avec lui » Kevin Feige à propos de Bob Chapek.

De toute évidence, Chapek n’est pas inconscient de cela et a fait des efforts pour désamorcer la tension. Il a rappelé à plusieurs reprises sa haute estime pour les créatifs. Concernant l’affaire Scarlett Johansson, bien que le procès n’était pas gagné d’avance pour l’actrice, elle fut réglée très rapidement. Avant cela, Disney a conclu un nouvel accord avec Emma Stone et s’est engagé à proposer des des sorties exclusives en salles pour les films restants en 2021, bien qu’il ne s’engage à rien au-delà de cette année. Il y a également eu des signes de tension au sein de Disney. En avril, nous apprenions que Pete Docter, directeur créatif de Pixar, n’était pas satisfait de la décision de sauter la case cinéma et de mettre Soul sur le service Disney+ en décembre 2020 ; les animateurs auraient été consternés lorsque Disney a ensuite mis Luca directement sur le streamer, les deux sans frais supplémentaires (Soul a remporté l’Oscar du meilleur long métrage d’animation, éligible uniquement en raison du contexte exceptionnel).

Il est vrai que Bob Chapek est entré en fonction à un moment presque impossible, tout comme la pandémie a fermé toutes les sources de revenus de l’entreprise, à l’exception de Disney+ tout juste naissant. La crise a créé des conditions peu satisfaisantes pour l’entrée de Bob Chapek dans son mandat. Disney a licencié 28 000 employés en septembre 2020, la société ayant été critiquée pour passer plus de de temps à lutter contre le gouverneur de Californie Gavin Newsom pour maintenir les allocations de chômage et les subventions au loyer au lieu de faire pression pour rouvrir les parcs à thème.

Les créatifs malmenés par Chapek ?

Mais il s’est avéré qu’Iger deviendrait un modèle particulièrement difficile à suivre, non seulement avec un énorme succès dans la construction de l’entreprise, mais dans l’incarnation même d’un cadre de divertissement raffiné : impeccable dans sa présentation, amis avec Oprah et Lin-Manuel. Presque tout le monde semble vouloir le comparer à son successeur. Un vétéran de Disney – pas un fan de Chapek – compare auprès de THR un déjeuner avec Iger à un déjeuner avec Chapek. « Une conversation avec Iger ressemblait à ça : ‘Où puis-je vous aider ? Avez-vous regardé ce nouveau thriller islandais sur Netflix ? Je viens de finir ce livre sur Churchill. Bob Chapek ramène tout aux affaires. Il s’assoit au déjeuner, il y a 60 secondes de petites discussions sur sa maison à Key West, puis il ne fait qu’envoyer des messages sur la situation actuelle de son entreprise. Il est sur le message.' »

bob iger

Le conseil d’administration avait fait pression pour un plan de succession alors même qu’Iger construisait l’empire Disney avec une acquisition après l’autre : Pixar, Marvel, Lucasfilm, Fox. Au fur et à mesure que les succès se succédaient, selon un ancien collègue, Iger avait commencé à se sentir quelque peu sous-estimé et la pression pour choisir un successeur commençait à se faire sentir. Certains pensent qu’il aurait eu une presse un peu trop élogieuse, même s’il n’a jamais été le PDG le mieux récompensé par le système et en dépit du fait qu’il a – très objectivement – brillamment réussi à tous points de vue.

Iger dit que c’est lui qui a choisi son moment pour se retirer. Les plans pour lui de céder la place de PDG à Chapekont commencé à prendre forme vers Thanksgiving 2019, alors qu’il était à quelques mois de son 69e anniversaire. À ce moment-là, d’autres candidats internes étaient venus et repartis. Iger a rencontré un échec qui a provoqué le départ d’un successeur potentiel, Jay Rasulo, en 2015. L’industrie pensait que Tom Staggs qui avait été nommé directeur de l’exploitation en février de la même année, aurait été l’élu, mais Iger a changé d’avis, et Staggs est parti en avril 2016. Des sources proches de THR indiquent que des pro-Chapek auraient justement permis cela. Cela plaçait aussi Peter Rice en position confortable, alors président du contenu de divertissement général, mais bien qu’il ait subi beaucoup de soins au cinéma et à la télévision pendant ses années chez Fox, il était chez Disney depuis moins d’un an. Kevin Mayer, qui supervisait Disney+, était le candidat le plus sérieux, mais des sources affirment qu’il avait moins d’expérience opérationnelle que Chapek. Il a quitté l’entreprise suite à la nomination de ce dernier au poste suprême.

Le successeur légitime ?

Au final, Chapek fut le seul vrai candidat en interne. Compte tenu de son manque de formation dans le domaine créatif, il a peut-être semblé probable à Iger que le conseil d’administration voudrait qu’il reste dans les parages. Puis vinrent les défis de la pandémie. Plusieurs sources pensent qu’Iger était sûr que son plan de gérer le côté créatif des choses jusqu’à la fin de 2021 – et peut-être au-delà – fonctionnerait par nécessité. « Je pense qu’il pensait que Chapek n’était pas aimé et donc pas un cadre créatif qu’il serait certainement nécessaire dans un avenir prévisible », a déclaré un ancien employé de Disney. « Il pourrait être président exécutif pendant qui sait combien de temps, et Chapek pourrait être un directeur général glorifié. » Iger le conteste. « Je voulais qu’il soit PDG, pas COO, parce que je voulais qu’il ait le pouvoir de retirer de mon assiette le genre de choses que je ne pourrais pas faire si je devais me concentrer sur le côté créatif », dit-il à THR, ajoutant qu’il s’est senti dynamisé par sa liberté de se concentrer sur les histoires des films et séries et les premiers montages et de discuter avec les créateurs. « Les rôles que j’ai initialement conçus et annoncés sont les rôles que nous avons joués. »

Plusieurs vétérans de Disney pensent qu’Iger n’avait pas prévu avec quelle agressivité Chapek prendrait les choses en main. Dans le New York Times en avril 2020, le chroniqueur médiatique Ben Smith a rapporté qu’Iger, quelques semaines à peine après que Chapek soit devenu PDG, avait « réaffirmé en douceur le contrôle » et était « revenu effectivement à la direction de l’entreprise ». Iger aurait clairement fait part de ses intentions à Chapek lors d’un vol en mars. Dans un e-mail au Times, Iger a expliqué : « Une crise de cette ampleur, et son impact sur Disney, aura nécessairement pour conséquence que j’apporte mon aide active à Bob [Chapek] et l’entreprisepour y faire face, d’autant plus que j’ai dirigé l’entreprise pendant 15 ans ! »

iger chapek
Les deux Bob aux 50 ans de Walt Disney World Resort, l’un félicitant l’autre pour sa carrière chez Disney. Photo de Gerardo Mora / Getty Images

Une source anonyme de THR a déclaré ceci : « [Iger] a oublié que dès qu’il quitte ses fonctions de PDG, la gravité se déplace vers le nouveau PDG. Il a mal calculé cela à cause de sa croyance en sa propre maîtrise. [Et] il pensait que Chapek aurait un sentiment d’allégeance ou de devoir. Au lieu de cela, Chapek en voulait vraiment à l’article de Ben Smith. Et il n’est vraiment pas une personne collaborative. Il a placé ses proches dans des positions de pouvoir et a marginalisé les disciples d’Iger. » Iger de son côté a malgré tout voulu préciser auprès de THR que le papier du Times était « injuste », signifiant que son aide se limitait à un rôle bien défini durant la crise et qu’il ne s’agissait pas de prendre la place de Chapek.

En mai, le président de l’IAC, Barry Diller, a déclaré à un intervieweur de CNBC qu’Iger était « mis à l’écart par son successeur – pas très bien, d’ailleurs ». Iger a déclaré à THR que Barry Diller est un ami mais ajoute qu’il a été « choqué » lorsqu’il a entendu ces commentaires et ne sait pas comment Diller s’est fait ce ressenti. Il est possible que les contraintes de la pandémie aient enflammé la perception de relations tendues avec Chapek. Un associé d’Iger dit que la situation serait beaucoup plus délicate si les deux étaient forcés d’être dans le même bureau sous les yeux anxieux du personnel.

La première action du nouveau Bob

En octobre 2020, Chapek a annoncé une réorganisation majeure qui continue d’être opaque pour beaucoup dans l’industrie et même à Wall Street. Cela a effectivement transféré le pouvoir de la bourse de l’équipe de direction créative d’Iger à Kareem Daniel, un subordonné de longue date de Chapek qui n’a pas plus d’expérience créative que Chapek. « Vous ne pouvez pas blâmer Chapek pour cela », déclare Hal Vogel de Vogel Capital Management. « Il a dû apporter sa propre empreinte sur l’entreprise assez rapidement ou il n’aurait pas été efficace ou respecté. Je pense qu’il a dû bouger aussi fort qu’il le pouvait. »

La mission de Bob Chapek est désormais de s’imposer tout en ne détruisant pas ce que Bob Iger a bâti durant son règne. Devra-t-il suivre à la lettre les préceptes de son prédécesseur qui martelle à quel point les propriétés intellectuelles ne sont pas plus importantes que leurs créateurs ? Bob Chapek doit redonner confiance aux Cast et Crew Members, Imagineers et autres créatifs (acteurs, réalisateurs, scénaristes, producteurs…) mais aussi au public de Disney surtout dans un monde en constante évolution. Hollywood surveillera de près ce règne pour discerner la réponse. Bob Iger conclue dans son entretien accordé à THR que tout deviendra clair. « Il est très différent de moi », dit-il. « Cela ne veut pas dire qu’il ne peut pas bien faire le travail. Donnez-lui du temps. C’est la seule chose juste à faire. »



© Disneyphile 2021 / Tous droits réservés / Reproduction interdite

Laisser un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site.